Premier rencard en temps de Coronavirus, je te ressers un peu de gel hydroalcoolique ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Si le confinement a pu mettre les couples à rude épreuve, il a aussi compliqué la tâche des célibataires qui venaient de faire une rencontre ou espéraient en faire une. Et maintenant, comment pratiquer le dating en temps de coronavirus ? Entre vigilance et confiance, les célibataires lèvent le masque.

Premier rencard en temps de Coronavirus, je te ressers un peu de gel hydroalcoolique ?
Sommaire : 

Rencontres amoureuses et Codiv-19

Les sites de rencontres ont chauffé pendant le confinement. De nombreuses relations virtuelles sont même nées, mais maintenant que la vie doit reprendre son cours comment va se passer notre premier rencard ?

Entre attirance et gestes barrières

Alors que les rues sont à nouveau pleines, que beaucoup ont repris le chemin du bureau et qu'on nous invite à consommer de plus belle où est l'amour dans ce monde d'après ? L'amour et la rencontre amoureuse, au temps du Covid-19, c'est un date, des retrouvailles dans la vraie vie après des mois derrière l'écran, une attirance physique et... des mesures sanitaires qui imposent la distance. Alors si en temps normal on connait toutes la petite boule au ventre qui nous accompagne avant un premier rencard, quand s'ajoutent, des questions du type : j'arrive avec mon masque ? On se dit bonjour comment ? On reste à plus d'un mètre l'un de l'autre ? là, le stress entre carrément en jeu. On est vite partagée entre excitation et appréhension.

Quand la confiance règne

Pendant le confinement, une relation est peut-être née derrière l'écran. Voilà qui a laissé du temps, permis de se découvrir et de nouer une complicité. Lorsque le moment du premier rencard arrive l'appréhension monte, mais elle cède vite sa place à une confiance mutuelle. On se salue de loin, on n'ose pas être le premier à sortir son masque, on prend un café à emporter que l'on déguste en se baladant. La journée passe et l'on se décide à partager un resto et... on finit par s'embrasser, voire à coucher dès le premier soir (en ayant bien pris soin de se laver les mains avant). Difficile de lutter contre l'attirance et le désir quand on a l'impression de se connaître depuis longtemps et que l'on sait que l'autre n'a pas eu de comportements à risque. Ce n'est surement pas raisonnable, mais comment renouer avec l'amour quand on est célibataire en temps de pandémie ?

Quand la crainte gagne

Pour d'autres, le coronavirus c'est comme une IST (infection sexuellement transmissible). Les premiers rendez-vous se passent à distance, même si l'attirance est là. Embrasser, c'est prendre le risque de se contaminer et de contaminer. Sauf que parfois, après plusieurs rencards, l'appréhension laisse place aux baisers et aux câlins. Les risques existent, mais difficile de ne pas céder face aux sirènes de l'amour.

Pour certains, l'angoisse est trop forte, alors hors de question de se forcer. Mieux vaut être seule et en bonne santé ! A moins que l'on rejoue un éternel premier rendez-vous, fait de balades masquées dans les rues, de partage de banc publique avec un mètre de distance et de sourires avec les yeux. Si tout le monde semble reprendre une vie presque normal, pour certains, impossible de prendre de risques quitte à se faire la cour pendant plusieurs semaines. Après tout, l'amour au temps du coronavirus c'est peut-être le retour d'une forme de romantisme ? Moins de relations zapping et plus de profondeur.

Rencontrer l'amour en temps de pandémie. Je fais quoi ?

Si l'on applique les règles à la lettre, bien sûr, il ne faudrait pas rencontrer de nouvelles personnes, leur tenir la main, les embrasser, mais face à une vie qui reprend doucement et à la force de l'amour naissant ne pourrait-on prendre le risque ? Un risque maîtrisé qui fait appel à la confiance et à la vigilance face aux personnes vulnérables de notre entourage.

L'avis de la rédaction - soyons plus honnête que jamais

Ça vous viendrait à l'esprit de coucher avec un inconnu sans protection et sans en discuter ? Non, pas vraiment. En période de pandémie on devrait avoir les mêmes règles.Soyons honnête et ayons une discussion franche avec l'autre avant de se rencontrer. As-tu eu des symptômes du Covid-19 ? As-tu fait un test ? As-tu voyagé ? Fait une soirée avec beaucoup de monde ? La confiance est essentielle, mais il ne faut surtout pas oublier de se protéger. L'amour pendant le coronavirus n'est pas simple et il demande à chacun de se montrer plus franc et surtout plus responsable.

Contacter un thérapeute

Et pour les prochaines fois : premiers rendez-vous amoureux, on se voit où ?

Et découvrez aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Les commentaires

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici