J'ai testé pour vous... le retour au bureau après 1 an de télétravail !

Mis à jour le par Lauriane Amorim

7h30, je suis enfin devant la porte d'entrée. Ma robe, étrangement immaculée, a résisté à toutes les attaques de gouttes de café ou traces de dentifrice, je suis donc prête et plus que prête à retourner au bureau, après avoir passé plus d'un an en télétravail. Et pourtant, c'est bizarre, j'ai du mal à passer le pas de la porte...

J'ai testé pour vous... le retour au bureau après 1 an de télétravail !

Un retour au bureau entre excitation et crises à répétition

7 minutes. C'est exactement le temps qu'il m'a fallu pour réussir à sortir de chez moi. Entre l'angoisse d'oublier quelque chose et l'appréhension de quitter mon nid (syndrome de la cabane, bonjour !), j'ai bien dû passer 50 fois devant le miroir, pousser des dizaines de petits cris de motivation et envisager diverses façons d'échapper à cette situation. On dirait une rentrée scolaire.

😨Je suis heureuse de retrouver mes collègues, de pouvoir leur parler, leur parler vraiment et d'avoir à la machine à café les échanges informels qui nous manquaient tant. Mais est-ce que j'ai vraiment envie de revoir Jean-Jacques ? D'entendre à nouveau ses blagues un peu lourdes, de supporter son haleine (ah non ouf, on porte le masque) ? Et que dire de Chantal et de ses réflexions… disons… passive-agressives ? Allez ouf, respire un grand coup, c'est parti !

>>> Cet article pourrait vous aider : Gérer un collègue difficile grâce à la méthode DESC

Comment ça je ne suis pas seule ?

Je me souviens encore du trajet pour me rendre au bureau. Ça commence bien. Je passe la première tout en me disant que je suis peut-être un peu trop habillée pour un mardi. J'ai perdu l'habitude de m'habiller selon les circonstances. A ma décharge, il n'y avait plus trop de "circonstances" ces derniers temps. Je reprends donc instinctivement le chemin vers mon travail, quand je tombe sur… un bouchon. Quoi ? Mais ça existe encore en 2021 les bouchons ? On dirait donc que c'est bel et bien la fin du travail depuis la maison et le retour des trajets de l'enfer. Sauf que je ne supporte plus ! 

🚗 🚗🚗 🚗Chaque minute que je passe dans ma voiture à l'arrêt me semble être une minute qu'on m'a volée. Alors que mon temps m'appartenait, que pendant toute cette période de confinement et de télétravail, j'étais la maîtresse de mes horloges, là je subis et c'est insoutenable. D'autant plus que je risque de rater le début de la toute première réunion en présentiel. Je sombre peu à peu sous la clim, la colère et l'impatience.

50 minutes et 5 vrais sourires plus tard

Après 50 minutes d'un trajet sans fin, je me gare enfin sur le parking de l'entreprise. En sueur, stressée et presque au bord des larmes, ce n'est pas comme ça que j'imaginais mon retour au bureau. On repassera pour la sérénité ! Je franchis le pas de porte de l'open space, anxieuse et déconfite et que vois-je ? 

😃 😃 😃 😃 😃 5 sourires qui m'accueillent et m'attendent à la machine à café. Divins collègues ! Enfin une discussion, une vraie. On parle tous en même temps et après avoir passé des mois à ne voir que des visages, je les vois enfin tous en pied. Cette vision me ravit et me fait rire. Qui aurait pu penser qu'on oublierait que nos collègues avaient un corps, un corps entier et pas seulement ce visage de visio.

>>> Cet article pourrait vous plaire : "Zoom fatigue" ou la fatigue zoom : comment la visio nous use ?

Retrouvailles - 1 Concentration - 0

Finalement, le stress du départ, la nervosité du trajet et l'angoisse des retrouvailles ont été vite balayés. Reste une chose importante : je suis là pour travailler, mais travailler avec autant de monde autour, je ne sais plus faire. Je regarde à droite, à gauche, tiens quelqu'un parle au fond de la salle, j'entends aussi un rire et par la fenêtre je vois un bus qui passe avec une pub pour du pain de mie. Tiens mais je n'aurais pas un peu faim moi ? Ecrire un article… je dois écrire un article. Réfléchis, réfléchis. J'ai mal aux pieds, ça fait combien de temps que je n'ai pas travaillé avec des chaussures ?

En bref, le reste de la journée s'est écoulé au rythme de mes doigts sur le clavier, des réunions animées et des cafés partagés. Au bureau comme partout ailleurs, les choses restent identiques, mais bien différentes quand même !

Ai-je perdu une part d'humanité ?

Les choses qui étaient normales, que je supportais avant, comme des bouchons sur mon trajets ou quelqu'un qui met un temps fou à acheter son café, sont aujourd'hui des choses qui me semblent insurmontables et mettent mes nerfs à vif. Être chez moi souvent, longtemps, la plupart du temps, m'a permis de me rendre compte des choses qui manquent et qui sont essentielles : voir et partager du temps avec des personnes que l'on apprécie, au travail, comme en dehors. Mais d'un autre côté, ce temps chez moi m'a déshabitué de tous ces tracas quotidiens. 

🤗 J'ai sans doute perdu en patience et en tolérance, mais j'ai gagné en sérénité, en apaisement et en jubilation. Alors pour conclure, le retour au bureau c'est bien… mais pas tous les jours !

>>> Cet article pourrait vous intéresser : Télétravail vs bureau, pourquoi je suis mieux chez moi ?

L'avis de la rédaction : ne pas laisser l'angoisse s'installer

Les différents confinements ont laissé des traces, retourner au bureau et voir du monde peut créer une certaine anxiété. Si vous sentez que la levée des restrictions sanitaires génère en vous une forte angoisse, il ne faut pas hésiter à contacter un psychologue. 

Contacter un psychologue

Attention ! Le nombre de burn-out à doublé depuis le début de la pandémie !

Mais aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube