Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Avoir un préféré créé du mal-être

Il peut arriver que les grands-parents aient plus d'affinités avec l'un de leurs petits-enfants, de manière consciente ou non. Parce qu'il est le premier, parce qu'il ressemble terriblement à son père / sa mère, parce qu'ils passent plus de temps avec lui ou encore parce qu'il leur rappelle quelqu'un qu'ils ont aimé très fort... Les raisons de cette préférence peuvent être nombreuses et bien sûr, inconscientes !

📌
Selon une étude menée par les sites Mumsnet et Gransnet, 42% des grands-parents avouent avoir un "chouchou" parmi leurs petits-enfants 😥.

La préférence n'est donc pas qu'une question de ressentis, c'est une réalité ! Elle peut donc avoir une conséquence concrète sur les petits enfants et créer un manque affectif qui perdurera à l'âge adulte. Sentiment de rejet, d'être mal aimé, de ne pas être digne de cet amour, croyances limitantes ou manque de confiance en soi... Autant de choses qui peuvent se produire à cause de la différence de traitement. 

Intervenir, le rôle des parents 

Quand on remarque que les grands-parents font une différence de traitement ou qu'ils comparent les enfants entre eux, il faut le faire le dire 💬. Les affinités ne se contrôlent pas et on ne peut pas aimer tout le monde de la même manière, mais il y a un minimum de respect à avoir. Avoir le statut d’un sénior ne donne aucunement droit à l'immunité diplomatique. Être adulte et à la tête d’une famille ne les autorise pas à avoir ce comportement et c'est le rôle du parent de faire remarquer cela. C'est ce qu'explique le pédopsychiatre Stéphane Clerget : 


"Les parents ont la responsabilité de poser un cadre bienveillant mais ferme avec les grands-parents, afin de préserver l'équilibre émotionnel de leurs enfants".


Bien sûr, il faut discuter calmement, on leur explique, sans les accuser, qu'on a remarqué un traitement différent et que cela nous préoccupe. On essaie de comprendre leurs raisons, mais il faut leur rappeler l'importance de l'équité. Tous les enfants méritent de se sentir aimés et valorisés de la même façon par leurs grands-parents. On leur explique que cela contribue à l'équilibre affectif des enfants. Les parents peuvent vraiment aider les grands-parents à prendre conscience de l'impact de leurs attitudes sur le bien-être des enfants, comme l'a dit la thérapeute familiale, Virgnie Tesson.

👉 Attention cependant à avoir de bonnes relations avec les grands-parents et à veiller à ne pas les prendre pour des baby-sitters. Une relation équilibrée, c'est dans tous les sens ! 

Rassurer les enfants

Une fois qu'on a mis le point sur les "i" avec les grands-parents, sur leur différence de traitement entre les enfants, il est maintenant nécessaire de rassurer les enfants 👩‍👦. En particulier celui qui est moins chouchouté. Il est primordial de valoriser l'enfant pour ce qu'il est, de lui montrer qu'il est aimé et apprécié pour ses qualités propres, indépendamment de la relation qu'il entretient avec ses grands-parents, c'est ce qu'a souligné la psychologue Marie-Claude Vallières.

Il faut donc prendre le temps de mettre en avant ses forces, ses talents, sa personnalité unique. Lui dire et lui répéter qu'on l'aime profondément pour tout ce qu'il est, avec ses différences 💗. Quand on est enfant, on a besoin de se sentir valorisé, soutenu et de ressentir l'amour inconditionnel de sa famille pour construire une bonne estime de soi, d'après le pédopsychiatre, Stéphane Clerget. Ça évitera à l'enfant d'intégrer des blessures émotionnelles qui pourraient avoir des répercussions à long terme 😔... 

Parents qui font un gros calin à leur enfant

Répéter à l'enfant que l'on aime, pour tout ce qu'il est, est primordial ! 

👉 Et puis ça montrera l'exemple aux grands-parents, l'exemple qu'il faut suivre. En voyant les parents valoriser chaque enfant dans sa singularité, ils comprendront mieux l'importance d'une approche bienveillante et équitable. Les parents posent les bases d'une relation saine pour toute la famille. Ils ouvrent la voie à un rééquilibrage des liens grands-parents/petits-enfants comme le dit la psychologue Virginie Tesson.

Et le traitement de faveur continue quand les petits enfants sont adultes ?

Même adulte, ressentir qu'on passe après son frère ou ses cousins dans le cœur de ses grands-parents reste douloureux 😅. Alors que faire ? Il est alors important d'exprimer son ressenti à ses grands-parents, lors d'une discussion à cœur ouvert ou par écrit si c'est plus facile. La thérapeute familiale, Isabelle Filliozat, conseille d'exprimer ses sentiments et sa souffrance sans reproches, dans le but d'amener une prise de conscience et une remise en question.


"Le besoin d'être aimé et valorisé de façon équitable par ses grands-parents ne disparaît pas à l'âge adulte. C'est un élément clé pour préserver une bonne estime de soi." - Stéphane Clerget


Si malgré les tentatives de dialogue, les grands-parents ne changent pas d'attitude, il peut être nécessaire de prendre ses distances pour se protéger, voire de couper les ponts avec sa famille 🙁. Marie-Claude Vallières rappelle qu'"une relation saine se construit à deux". Il est parfois préférable de s'éloigner des personnes toxiques, même s'il s'agit de membres de sa famille, pour préserver son bien-être émotionnel. 

👉 On doit s'entourer de relations bienveillantes et nourrissantes pour véritablement s'épanouir. Il faut donc oser décevoir ses parents et ses grands-parents, parfois, pour mieux se concentrer sur soi !

L’avis de la rédaction : respectez le fait que chaque enfant soit unique

Le respect que l'on montre aux enfants va leur servir de base pour plus tard, alors grands-parents, n’en manquez pas ! Votre rôle est important, et la relation que vous devez instaurer est un mélange de tendresse et de transmission de beaux souvenirs, de valeurs. Si vous ne le faites pas, d’autres s’en chargeront, car l’enfant doit s’éloigner de ce sentiment d'abandon, qui peut lui tenir longtemps la jambe. Si cette situation vous fait souffrir, que vos parents font des différences avec vos propres enfants ou que vos grands-parents agissent ainsi avec vous, n'hésitez pas à contacter un psychologue pour comprendre cette situation et trouver des solutions. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Sources : "Parents, frères, sœurs, famille : mode d'emploi" de Stéphane Clerget et Sophie Bordet-Petillon  // silvereco.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Bonjour je me présente, je m'appelle elodie , je suis la sœur d'un frère qui est atteint d'un handicap , quand quelque chose ne va pas , mon père s'en prend à moi et ne s'en prend surtout pas à mon frère. Moi je suis la bête noire , je suis tellement gentille, j'encaisse sans arrêt ,.je suis faible et je n'ose pas lever la voix et lui faire comprendre qu'il profite justement parce que je suis faible . J'en ai plus que marre . Je ne sais plus quoi faire , aidez moi,.je me rend compte que mon père ne m'aime pas et rejette sa violence sur moi.. Il ne supporte pas que je sois venue au monde . Plusieurs fois il m'a dit qu'il ne souhaitais pas que je vienne au monde en m'insultant. En définitive j'ai l'impression qu'il ne souhaitais pas que je sois là Et que sa colère 😠 est refoulée sur moi . Pourquoi. Quand je pense qu'il a osé baiser ma mère. Franchement ma mère le défend. J'en ai plein le cul qu'il ne me respecte pas . Je ne souhaite qu'une chose c'est lui faire comprendre que je ne suis pas un souffre douleur mais ça il ne le comprend pas.

Pagni il y a 2 ans

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube