Je suce mon pouce à l'âge adulte, c'est grave docteur ?

Mis à jour le par Justine Guilhem

Généralement, la succion du pouce prend fin vers l’âge de 6 ans. Je dis bien « généralement » et pas « normalement », car l’adulte que je suis ne se sent ni bizarre ni particulièrement dérangée. En cas de stress, je m’autorise à lâcher prise et à retomber en enfance en suçant mon pouce. Ceux qui le savent ou qui me surprennent me font comprendre que j’ai de quoi avoir honte… Mais est-ce que cette manie est vraiment grave ? Et si moi ça me fait du bien ? Ce n'est certainement pas pire que d'allumer une cigarette ou se ronger les ongles...

Je suce mon pouce à l'âge adulte, c'est grave docteur ?

Pourquoi un adulte continue à sucer son pouce ?

Personne ne rit en voyant un bébé séparé de sa mère ou un petit tomber et se faire très mal. Ces derniers n’ont pas d’autres moyens de s’exprimer que les pleurs. Voyant que l’effet sur l’entourage est nul, ils se tournent alors vers leur pouce, pour se rassurer, pour trouver le réconfort dont ils manquent.

À l'âge adulte, c'est le même mécanisme qui se met en place. Malgré ce que pensent les autres, il s'agit simplement d'un rituel réconfortant, apaisant et rassurant, d'un petit cocon qu'on cherche à recréer pour se protéger. Certains se rongent les ongles ou se tortillent les cheveux. D’autres sucent leur pouce. Chacun sa technique, celle-ci est moins habituelle et plus enfantine, c’est pour ça qu’il est mal vu en société. Pourtant, le but de la manœuvre est le même : atténuer mon anxiété.

Sucer son pouce, un acte réconfortant et apaisant en cas de coup de stress trop important.

Un acte très mal perçu par les autres

On dit souvent qu’entre eux, les enfants sont cruels, mais les adultes ne sont parfois pas mieux. Passé un âge, sucer son pouce est perçu comme une pratique honteuse, qui suscite les moqueries. Un tel geste donne l’apparence d’un bébé de grande taille et renvoie l'image d'une personne fragile, vulnérable, qui aurait tendance à se replier sur elle-même.

Pourtant, il n’y a aucun mal à retomber en enfance, à se réfugier dans son cocon pour un temps. Juste le temps qu’il faut pour redevenir insouciant et se rassurer. Que celui ou celle, qui n’a jamais apprécié regarder un Disney bien au chaud dans un plaid me fasse signe ! Psychiatres et psychanalystes ne manquent pas de rappeler combien il est bon parfois de lâcher prise, de s'autoriser à retrouver une part d'enfance. Tant que les moyens utilisés pour combattre le stress sont bénins. 

⚠️ Attention cependant à ne pas tomber dans le syndrome de Peter Pan, le syndrome qui nous bloque dans un monde enfantin.

Sucer son pouce n'est pas problématique... 

Quand on se penche sur le sujet, sucer son pouce est une addiction saine, contrairement à beaucoup d'autres choses comme l'alcool et la cigarette 😅. 

Le problème vient du fait qu’en public, sucer son pouce peut être vraiment gênant. C'est un geste intime qu'il faut garder pour les moments où on est seul, car il y a des codes sociaux à respecter. Après tout, on ne se cure pas le nez ou on ne se coupe pas les ongles en public (sauf si on a cure du regard des autres et de l'hygiène !). 

... C'est l'anxiété qui l'est !

Si vous voulez mettre fin à cette manie, des thérapies corporelles peuvent vous aider à libérer le trop-plein d'émotions. La sophrologie, le reiki ou la méditation pleine conscience sont des exemples. Certaines astuces existent, comme mettre du sparadrap autour de son doigt, ou du vernis avec un goût écœurant. 

Cependant, il faut garder en tête que l’on suce son pouce quand on se sent vulnérable et qu’on cherche à lutter contre le stress ou à se protéger. Reste à savoir de quoi🤔 ! Pour en finir avec la succion du pouce, il faut donc traiter le problème de fond et déterminer l'origine du stress ou du mal-être. 

Selon les psychologues, les patients qui les consultent pour ce motif sont rares :"ils demandent à nous voir pour un contexte plus global, sucer son pouce n’est qu’un symptôme" affirment-ils. Le véritable problème est donc plus profond et peut donc être traité pour ne plus subir ces symptômes… Et laisser son pouce dans sa poche ! 

L’avis du psy : le véritable problème est ailleurs

Vous l'avez compris, sucer son pouce n'est pas grave, sauf si vous le faites souvent et que c'est accompagné par une anxiété envahissante. Dans ce cas-là, il est important d'avoir un suivi psychologique pour comprendre les origines de vos angoisses et les traiter. Si vous vous sentez concerner, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un de nos spécialistes.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Mais aussi : 

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Je suce moi-même mon pouce même si je ne le suce jamais en public. Je n'ai réussi à le dire qu'à quelques femmes avec qui j'ai partagé de l'amour et à une connaissance qui ne me juge pas. Cette dernière m'incite à faire l'effort de ne pas le sucer mais en ce moment c'est plus difficile. Comme je suis seul il m'arrive donc de le remettre à la bouche mais je suis quand même confus de le sucer encore vu mon âge (86 ans). Chaque fois j'ai l'impression de revenir en enfance et comme je fais aussi pipi sur moi, quand je suis mouillé je me remet à sucer mon pouce. Connaissez-vous des adultes de mon âge qui le suce encore ?

Picapou il y a 7 mois

Nos derniers articles

Je ne me sens plus désirée, comment faire monter la température ?

C'est l'été et la température va monter... du moins à l'extérieur, parce que chez moi, ce n'est plus trop ça. Quinze ans de relation ont fini par émousser le désir. Un bisou par habitude, une caresse par là et l'amour quand on y pense. S'il existe des relations platoniques et épanouies, je ne veux pas être de celles-ci. Je vais faire monter la température dans mon couple et je vais le faire maintenant ! 🔥

Ma soeur est jalouse de moi... Comment gérer sa jalousie ?

“T’es la préférée de toute manière”. Cette phrase, je l’ai entendue maintes et maintes fois dans la bouche de ma sœur. Sa jalousie nous a longtemps pourries la vie, pourtant je ne souhaitais qu’une chose : qu’on soit proches et unies. Elle m'a déversé sa rancœur au visage pendant de nombreuses années jusqu’à ce que ça devienne ingérable. Je n’en pouvais plus de ressentir à la fois autant de colère et de culpabilité. Apaiser 30 ans de jalousie n’a pas été évident, mais il existe des solutions pour ne pas en arriver à ce point. Je n’ai pas voulu que la jalousie me fasse couper les ponts avec ma sœur !

Comment reconnaître une personne psychorigide et comment réagir ?

“Il faut que tu fasses ça”, “Non, hors de question que tu y touches”, “c’est comme ça et pas autrement”. Ahhh, je n’en peux plus de ce genre d’injonctions ! Adieu la liberté, bonjour l’angoisse… Alors, non, ce n’est pas une maladie d’être strict, mais ça casse l'ambiance. J’ai pris l’habitude d’identifier les personnes psychorigides pour mieux m’adapter. Car oui, il y a une bonne façon de réagir face à ce genre de personnes qui nous disent quand respirer.

Isabelle Vuillemin, coach, explique le Reiki pour calmer les angoisses

Le Reiki, une forme ancienne de thérapie énergétique, a longtemps été reconnu pour sa capacité à équilibrer le corps et l'esprit. En canalisant l'énergie universelle, le Reiki aide à évacuer les émotions négatives, y compris les angoisses qui peuvent souvent nous submerger. Isabelle Vuillemin, coach, nous explique comment le Reiki peut vous permettre de calmer vos angoisses. Retrouvez un sentiment de calme et de sérénité intérieure grâce à cette pratique holistique. Explication.

Comment faire 10.000 pas par jour en étant en télétravail ?

Chères toutes, je suis comme beaucoup d'entre vous, en ce moment je vis et travaille à la maison, sauf que cette année, j'ai décidé de rester en forme et donc de faire les 10.000 pas quotidiens recommandés pour les non-sportives, comme moi (6.000 pour les sportives) Je n'ai pas vraiment le moral et j'ai une activité sédentaire depuis chez moi... Mission impossible ? Pensez-vous !

Faut-il être prêt·e à tout, vraiment tout pour réussir ?

À l’heure où notre société encense la réussite et le pouvoir, nous rêvons tous et toutes de reconnaissance et de succès, mais comment parvenir à garder le cap ? Comment garder les pieds sur terre et la tête froide ? Comment ne pas renier ses valeurs et tout son être ? Faut-il être prête à tout pour réussir ? Même s'il n'y a pas de réponse universelle, je peux vous donner quelques conseils pour éviter que vous vous perdiez en route. Explication.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

La science du bonheur : les secrets du bonheur [ Dr JEAN DORIDOT, Psychologue et hypnothérapeute ] 🥳

8 février · Wengood

9:13


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube