L'agression mignonne : Je vais te croquer... Littéralement ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Connaissez-vous "l'expression dimorphe d'émotion positive" ? Non, alors imaginez : votre meilleure amie vient d'accoucher et elle vous présente son tout frais, joli et mignon nouveau-né. Vous le trouvez adorable, magnifique avec ses grands yeux et ses petites joues. Si mignon que vous auriez envie de le fracasser. Oui, oui j’ai bien dit fracasser.

L'agression mignonne : Je vais te croquer... Littéralement ?
Sommaire :

T'es tellement mignon que j'ai envie de te faire mal

Pour ma part, je rencontre régulièrement le phénomène d'agression mignonne quand je suis chez la nounou de mon fils. Elle répète assez régulièrement que mon enfant est si beau, qu'elle le mangerait 😨. La chose me paraissait un peu exagérée, mais pas tellement grave, tant qu'un bout de mon enfant n'entrait pas dans la bouche de sa nourrice. Et, puis, voilà qu'un jour après une rude journée, mon conjoint me complimente et me prend tendrement dans ses bras. Je l'ai mordue ! Je n'avais pas envie de lui faire mal, au contraire, il était adorable et j'étais très heureuse. C'était tout simplement une expression dimorphe d'émotion positive.

Il se passe quoi dans notre cerveau ?

Rebecca Dyer et Oriana Aragón ont été les premières à explorer ce phénomène d'agressivité mignonne. L'une des théories de base était que l'agressivité mignonne nous aide à gérer un trop-plein d'émotions. En fait, face à une émotion positive très intense, on peut parfois ressentir une émotion négative simplement pour faire face au trop-plein positif. C'est exactement le même principe que pour les larmes de bonheur ou le rire qui peut se déclencher pendant une colère ou lors d'une grande tristesse. C'est donc ce que l'on appelle l'expression d'émotion dimorphe, à savoir, ce que j'exprime diffère de ce que je ressens ou ce que je ressens diffère de la façon dont je l'exprime.

Le schéma du bébé, c'est qui les plus mignons ?

Pour vérifier cette hypothèse, d'autres chercheurs ont cherché à comprendre ce qu'il se passe dans notre cerveau à ce moment-là. En 1943, l'ethnologue Konrad Lorenz avait établi le Kinderchenschema ou le schéma du bébé, qui décrit les caractéristiques que nous trouvons les plus mignonnes chez un bébé 👶 :

  • une grosse tête
  • un visage rond
  • des joues pleines
  • un grand front
  • de grands yeux

Ces caractéristiques mignonnes, déclenchent en nous une réaction protectrice et nourricière. On a envie d'en prendre soin et ça marche avec n'importe quelle espèce. C'est viscéral, plus l'individu est mignon, plus on veut le protéger et ça fonctionne même avec les voitures selon Vice : "Une étude réalisée en 2010 a révélé que lorsque les chercheurs modifiaient l'apparence des voitures pour leur donner des caractéristiques plus proches de celles d'un bébé, par exemple en agrandissant les phares pour imiter de grands yeux et en rétrécissant la calandre pour imiter un petit nez, les participants réagissaient de manière plus positive aux voitures « bébés » qu’aux voitures « adultes »." 🚗

Un moyen de faire des économies d'énergie

Si le caractère mignon d'un bébé, humain ou animal, nous donne envie de prendre soin de lui, d'où vient cette agressivité qui peut l'accompagner ? Eh bien, c'est toujours un moyen de faire face à un trop-plein. En effet, lorsque nous ressentons une forte émotion, nous consommons une grande quantité d'énergie. Pour éviter de dépenser trop d'énergie à regarder des bébés au lieu de s'en occuper correctement et donc d'être productif, notre cerveau compense avec l'agressivité. En réalité, c'est une réaction de type évolutionnaire. Avoir envie d'écraser quelque chose de mignon nous permet de mettre fin à un fort ressenti et de nourrir, de protéger, de prendre soin.

l'expression dimorphe d'émotion positive

Comment réussir à s'occuper de ce magnifique bébé ? En ayant envie de le bouffer, bien sûr !

Passage à l'acte ?

La plupart d'entre nous ont déjà éprouvé ou éprouveront cette expression dimorphe d'émotion positive, mais à moins d'être déséquilibrées, nous n'aurons pas de réaction physique violente. La réaction est même plutôt saine. Elle nous permet de ne pas nous laisser submerger et nous aide à réguler et gérer nos émotions.

L'avis de la rédaction : une réaction normale !

Voilà, vous savez désormais que c'est un moyen pour votre cerveau de réguler trop d'émotions, pas de panique si vous avez déjà expérimenté ce genre de comportement ! Si la gestion de vos émotions est problématique, que vous avez le sentiment de perdre pied, de vous perdre ou de vous sentir mal au quotidien, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un psychologue afin d'en parler.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Source : Vice

Au pays des émotions : Quelles sont les 6 émotions primaires ? Peur, joie, et cetera

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici