Dysmorphophobie : une mauvaise image de soi aux conséquences catastrophiques

Mis à jour le par Justine Guilhem

La dysmorphophobie est la crainte obsédante d’être laid ou mal formé. Ce trouble atteindrait 2% de la population mondiale. Bien plus qu’un simple complexe physique, la dysmorphophobie peut conduire au repli social, à la dépression, voire au suicide. Qu’est-ce que la dysmorphophobie ? Comment la détecter et comment la soigner ? On vous en dit plus.

Dysmorphophobie : une mauvaise image de soi aux conséquences catastrophiques
Sommaire :

Des petits complexes vous empêchent peut-être de faire telle ou telle chose ou de porter tel ou tel vêtement. Eh oui ! Dur de comparer sa silhouette à celles parfaites et inatteignables des magazines. Mais lorsque le défaut sort du cadre du complexe pour devenir une véritable obsession, on parle alors de dysmorphophobie, un trouble obsessionnel compulsif (TOC). Peu connu, ce trouble est parfois même ignoré de ceux qui en souffrent, tant ils sont focalisés sur leur corps. 

Qu’est-ce que la dysmorphophobie ? Symptômes et signes

L’adolescence est un passage difficile pour l’acceptation de son corps et si ces jeunes passent de nombreuses heures à s’observer, rien de pathologique ici. C’est pourtant à l’époque de l’adolescence qu’apparaissent les symptômes de la dysmorphophobie, bien que le diagnostic soit plutôt établi vers la trentaine. 

Dysmorphophobie du visage ou dysmorphophobie corporelle

Les personnes qui souffrent de ce trouble ont honte d’une ou de plusieurs parties de leur corps, souvent la tête et le visage, mais l’obsession peut s’étendre à toute la silhouette ou être focalisée sur le poids, dans le cas de troubles alimentaires. Ils peuvent passer de longues heures à s’observer dans le miroir, s’inspectant sous toutes les coutures, tentant de masquer leurs défauts ; oreilles, nez, dents, etc.

😧 Leur corps est un véritable objet de souffrance.

Les dysmorphophobiques se sentent défigurés, voire monstrueux et ce comportement peut altérer le fonctionnement psychologique et social de ces personnes.

Dysmorphie musculaire

Si la dysmorphophobie touche autant les hommes que les femmes, la dysmorphie musculaire serait le pendant masculin de la névrose anorexique. L’individu très musclé continue de se voir trop fluet, trop maigre, trop petit. Son obsession l’entraîne donc vers une pratique sportive intensive, accompagnée de régimes alimentaires et suppléments nutritionnels.

Conséquences et causes de la dysmorphophobie

La honte ressentie pousse souvent les dysmorphophobiques à avoir des difficultés sociales. Ils peuvent rester cloîtrés chez eux par temps de pluie ou de vent par peur d’être démaquillés ou décoiffés, pouvant passer la journée entière à penser à leurs défauts, beaucoup vivent seuls et n’ont pas de travail, car ce TOC pousse au repli sur soi. Certains s’appliquent tant de crème ou de traitement qu’ils se provoquent des blessures.

Les individus qui souffrent de dysmorphophobie ont une estime d’eux très basse et les dépressions ne sont pas rares. Ils vont souvent chercher la solution auprès d'un dermatologue ou d’un chirurgien esthétique, mais ce n’est qu’un leurre car l’intervention chirurgicale va déplacer le problème sur une autre partie du corps. Dans les cas les plus sévères, pour améliorer leur état physique certains vont jusqu’à pratiquer l’auto-chirurgie, faire des tentatives de suicides, ou se suicider. 🚨 Crise et idées suicidaires, comment réagir ?

Les causes de ce trouble sont assez diverses :

  • Des sévices ou moqueries sur le physique durant l’enfance
  • Un échec, une rupture, une trahison pousse à se focaliser sur un défaut et à se persuader qu'il est la cause de sa souffrance
  • La peur de la sexualité dont le défaut ou la laideur imaginés protègent

L'avis de la rédaction : l'importance de se soigner

Lorsque l’isolement social et la dépression sont importants, il faut se tourner vers la psychothérapie. La dysmorphophobie est source de grandes souffrances, il est urgent de réagir. S’agissant d’un TOC, la thérapie cognitive et comportementale a fait ses preuves pour soigner les dysmorphophobiques. Ce trouble psychique se soigne bien, n'attendez pas pour prendre rendez-vous avec un psychologue si vous en souffrez. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue


Vous aimerez aussi : 

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Je ne suis pas très famille, est-ce ok ? Suis-je une horrible personne ?

Je n’habite pas très loin de chez mes parents et pourtant je ne les vois pas si souvent. Idem pour mes beaux-parents et quelques-uns de mes oncles et tantes. Nous nous entendons bien et je crois pouvoir dire qu’en cas de besoin, nous serions là les uns pour les autres. C’est simplement que je ne ressens pas le besoin de passer du temps régulièrement avec eux. Cela fait-il de moi quelqu’un de pas « très famille » ? Ou même pire, une mauvaise personne ?! Parlons-en.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube