Comment gérer les conflits ? Par Stéphane Masson, coach

Mis à jour le par Emilie Potenciano

Les conflits sont normaux. Ils résultent d’une divergence de points de vue. Que ce soit sur le terrain personnel ou professionnel, il est sain de pouvoir échanger sur ses opinions alors que le manque de communication entraîne des non-dits, des frustrations et à la clé, des conflits. Certaines situations conflictuelles peuvent parfois être évitées, mais parfois, la situation dégénère et alors attention aux dégâts. Il existe pourtant des manières de prévenir, gérer et désamorcer les conflits. C’est ce que nous allons voir aujourd’hui avec Stéphane Masson, coach professionnel certifié.

Comment gérer les conflits ? Par Stéphane Masson, coach

Comment arrive-t-on à une situation de conflit ? Quelle est la mécanique ?

😠 Le conflit est une discussion sur un point de désaccord qui tourne à la mésentente souvent parce que l’émotion va prendre le dessus sur l’entente cordiale. Le manque de conversation pondérée, la rupture de la communication sereine avant l'embrasement font glisser la situation sans transition du silence au conflit.

🎤 Écouter le podcast 

Comment Gérer Les Conflits [par Stéphane Masson, Coach Professionnel Certifié] 😠

juillet 2021 · Wengood

13:10

Les ressorts :

  • défendre ses idées, ses valeurs, ses libertés, ses intérêts, son confort ;
  • faire des reproches à quelqu’un quand l’on juge qu’un comportement n’est pas adéquat par exemple.

Que ce soit au travail, dans le voisinage, en famille, en couple ou encore avec ses ados, le conflit provient de toute façon d’un manque d’écoute mutuelle et d’un manque d’empathie. Chacun campe sur ses positions sans vouloir négocier une entente, car cette entente implique des compromis. Chacun veut avoir raison.

👉  Vivre une situation conflictuelle n’est pas agréable, pourtant le conflit au sens de l’explication nécessaire peut s’avérer salutaire.

Quels sont les pièges à éviter pour ne pas entrer dans un conflit ?

La première des choses est de se contrôler, de contrôler ses émotions :

  • ne pas s’énerver, ne pas se mettre en colère ;
  • ne pas avancer dans le débat avec notre interlocuteur si lui aussi est dans un énervement avancé ;
  • Ne pas entrer frontalement dans la discussion ;
  • Ne pas être agressif ;
  • Ne pas acculer son interlocuteur avec des listes de reproches ;
  • Essayez d’endosser une part de la responsabilité du conflit.

Un bon moyen pour ne pas entrer dans le conflit est l’anticipation. En ayant des discussions régulières, posées et hors émotion si possible. Cela permet de dire les choses et notamment de rappeler régulièrement ses besoins, ses ressentis, ses limites.

Comment canaliser une émotion pour éviter qu’une situation ne dégénère en conflit ?

Accueillir, reconnaître et gérer ses émotions relève d’un travail de fond. Cela étant, l’idée est de s’extraire rapidement de la confrontation et d’ajourner si cela est possible la confrontation pour discuter avec notre interlocuteur ultérieurement, quand l’on se saura plus serein, hors émotion. Pour être en mesure de proposer cela, de faire redescendre la pression, il est important de bien respirer.

Le fait de bien respirer est primordial dans la gestion des émotions. Cela permet de se concentrer sur soi, sur son corps, et de sortir du débat houleux. Cela permet de faire chuter et de rééquilibrer les tensions du système nerveux pour un retour au calme.

Quelles sont les principales règles pour désamorcer le conflit quand il est là ?

La discussion calme peut suffire quand :

  • Il s’agit d’un malentendu ;
  • Les protagonistes partent d’un bon sentiment et souhaitent trouver une solution à un terrain d’entente.

Les clés de l’apaisement :

  • laisser la parole à l’autre, le laisser expliquer son point de vue sans l’interrompre ;
  • écouter attentivement son interlocuteur. Il ne faut pas parler en même temps, ni hausser le ton. Il est important de donner rigoureusement la parole à son interlocuteur en précisant que l’on n’est pas forcément d’accord, mais que l’on va écouter. Votre interlocuteur se sentira apaisé s’il se sait entendu ;
  • reconnaître une certaine part de responsabilité ;
  • rester courtois et respectueux.

Quelle est la meilleure attitude à adopter pour apaiser les tensions laissées après un conflit ?

Le conflit a éclaté, des mots malheureux ont peut-être fusé. Le mal est fait. Des deux côtés…La tension est palpable et impacte fortement la relation. Rien n’est gravé dans le marbre pour autant. La meilleure des attitudes est d’ouvrir la porte à votre interlocuteur et l'inviter, à nouveau, à un autre moment, à une discussion que l’on espère sereine.

S’il y a besoin : 

  • formuler des excuses ;
  • et accepter celles de son interlocuteur si  c’est nécessaire et que la personne veut bien en formuler.

Il faut instaurer le dialogue en étant fortement à l’écoute, et laisser parler son interlocuteur surtout si on manage la nouvelle rencontre. On pense aussi à la relation que l’on a avec cette personne : quelle est la nature de notre relation ? Est-elle importante ? Quelle valeur je donne à cette relation ? Quels soins je souhaite apporter à cette relation ? En fonction des réponses, on va apporter le comportement adéquat.

Que faire lorsque le conflit s'enlise et perdure ?

Dans ce cas, le mieux est de faire appel à un tiers, une personne neutre : un médiateur ou un coach qui maîtrise les rouages de ce type de problématique. Il fera en sorte que chaque partie puisse exprimer son point de vue, ses rancœurs sans être interrompue et avoir ainsi le sentiment d’être entendue, écoutée.

Le coach avec des outils spécifiques fera en sorte d’extraire les personnes de cette “ dynamique problème ” pour amener les personnes vers le champ du possible et phosphorer sur LA solution. A ce moment-là, on entre dans un travail de collaboration pour trouver une solution. Il aidera à trouver un terrain d’entente commun.

Stéphane Masson, coach certifié

Stéphane Masson vous accompagne dans une démarche personnelle pour tout type de problématique d'ordre professionnel et privé ainsi que dans la préparation mentale de grands objectifs personnels, professionnels, sportifs…  Plus de conseils sur mon compte Instagram 📸

Contacter Stéphane Masson

Vous aimerez aussi ces articles :

Article proposé par Emilie Potenciano

Mon rêve de bonheur : toujours croire que tout est possible.

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube