Le Covid chez les enfants, quelles conséquences ? Delphine Py, psychologue, nous dit tout !

Mis à jour le par Emilie Potenciano

Tout est parti d’un post Instagram du compte “Cestquilaboss”. Une lettre ouverte de cette préparatrice en pharmacie qui explique qu’elle est devenue “ celle qui fait pleurer les enfants pour les tester coûte que coûte. ” Elle explique : “Les enfants pleurent, se débattent, hurlent à la mort, sont maintenus de force par leurs parents, eux aussi, à bout.” Un constat alarmant qui soulève de nombreuses questions. Delphine Py, Psychologue Psychothérapeute TCC à Clermont-Ferrand nous dit tout sur le sujet.

Le Covid chez les enfants, quelles conséquences ? Delphine Py, psychologue, nous dit tout !
null

Delphine Py, la période est déjà suffisamment stressante pour tout le monde, comment préserver au maximum les enfants ?

Les parents doivent parvenir à réguler leurs propres émotions pour éviter de les transférer à leur enfant. On peut :

  • dédramatiser l’événement et adapter le vocabulaire selon l’âge de son enfant ;
  • répondre à toutes ses questions mais sans être dans l’anticipation. On va répondre aux questions de l’enfant sans forcément essayer de le rassurer sur quelque chose qui ne l’inquiétait pas.

Le fameux post qui nous a interpellé à la rédaction. " Je suis préparatrice en pharmacie. Et aujourd'hui rien ne va plus....Je suis devenue celle qui fait pleurer les enfants pour les tester coûte que coûte. Les enfants pleurent, se débattent, hurlent à la mort, sont maintenus de force par leurs parents, eux aussi, à bout. Parfois l'enfant est positif, et je vois alors des parents paniquer, pleurer, gronder punir et menacer l'enfant qui "n'a pas fait assez attention à l'école". "

Avez-vous des conseils pour les préparer à passer un test Covid sans stress ?

La première chose que l’on peut faire c’est :

  • montrer par des gestes ce que l’on va faire sur le doudou ou sur une poupée de l’enfant. Cela peut permettre de rassurer, de dédramatiser.
  • dans la mesure du possible, attendre d’avoir l’accord de l’enfant avant de procéder aux gestes. On essaie d’être dans un climat de calme et de sérénité.
  • faire attention à sa communication. Souvent on est dans une communication négative. Imaginez-vous à la place de l’enfant. Si je lui dis : “ tu ne vas pas avoir mal [...] Ce n’est pas douloureux [...] Cela ne va pas durer longtemps. ” 👉 L’enfant ne va pas entendre les négations. Il va entendre : “ avoir mal ”, “ douloureux ”, et “ longtemps ”Dans la mesure du possible, on va essayer de formuler de façon positive. Exemple : “ Rassure-toi [...] Cela va aller vite [...] Tu vas rester confortable, ça chatouille un tout petit peu. ” En disant cela, l’enfant va être rassuré.

Enfin, on peut aussi :

  • distraire l’enfant : c‘est ce que l’on appelle l’hypnose conversationnelle. On peut par exemple : demander à l’enfant de faire attention à sa respiration, ou de compter sa respiration, en combien de temps il inspire, en combien de temps il expire ;
  • lui donner une tâche cognitive : “peux-tu me donner 5 noms d’animaux qui commencent par la lettre M ? ” Faire des blagues, donner une information qui va créer de la surprise, ou qui ne veut rien dire. L’enfant sera interpellé ainsi il n’a pas le temps de réfléchir à ce qui se passe, il n’est pas connecté à ses sensations à ce moment-là.

Comment réagir quand son enfant est positif Covid pour ne pas ajouter de stress à la situation ?

L’idéal est de faire :

  • comme s’il était question d’une grippe tout simplement ;
  • de ne pas surréagir ;
  • de rassurer si besoin ;
  • de répondre à ses questions ; 
  • et surtout de cocooner son enfant au maximum.

Nous avons maintenant un peu de recul depuis mars 2020, quels sont les premiers effets de cette pandémie constatés sur les enfants ?

Dans un premier temps, il y a eu énormément d’anxiété, de dépressions et notamment des tentatives de suicide chez les très jeunes, ce qui était très inquiétant. Il y a eu une petite accalmie et là, on voit depuis la rentrée que l’anxiété s’invite à nouveau chez les enfants.

👉 Il faut vraiment surveiller les troubles anxieux.

Y a-t-il des craintes à avoir sur de possibles conséquences psychologiques à moyen et long terme pour les enfants ?

Il y a peu d'études sur le sujet mais celles qui ont été effectuées chez les adultes montrent qu’effectivement après une crise sanitaire moins importante que celle-ci, il y a des effets sur 2 à 3 ans par rapport à la santé mentale. On peut donc supposer qu’il y aura des effets sur les enfants.

N’oublions pas que les enfants sont très résilients, donc il sera je pense possible de les accompagner pour récupérer leur bien-être.

En tant que professionnelle, entendez-vous des questions qui reviennent de manière récurrente ?

Souvent les parents s’inquiètent sur les effets du port du masque par rapport aux enfantsPar exemple, dans les crèches les assistantes maternelles portent des masques, et les parents ont peur que cela bloque l’entrée dans le langage de l’enfant ou même que cela ait un impact sur sa capacité à repérer les émotions.

C’est vrai que cela peut gêner certaines informations mais malgré tout il y a beaucoup de micro-expressions qui se passent aux niveaux des yeux et du regard.

Il y a par exemple des études qui montrent que les enfants aveugles rentrent très bien dans la communication. Donc on peut prendre du recul par rapport à cette inquiétude. Et puis l’enfant n’est pas 100% de sa journée en contact avec des adultes masqués. Les interactions à la maison sont très importantes, donc s’il y a un petit retard c’est quelque chose qui s’atténuera dans le temps.

Merci Delphine Py.


Delphine Py - PSYNERGY Psychologue Psychothérapeute TCC

Delphine Py est spécialisée en thérapies cognitives et comportementales. Psychologue depuis 10 ans, elle possède son cabinet, Psynergy et souhaite rendre accessibles à toutes et tous la psychothérapie. En 2020, elle a co-fondé la première application mobile de psychothérapie, Psynergy, qui fonctionne par tchat vidéo. Avec beaucoup de respect de professionnalisme, elle vous propose une approche concrète et progressive très appréciée.

Portable : 06 88 63 63 67
21 rue Blatin, 63000 Clermont-Ferrand

Prendre RDV


Vous aimerez aussi :

Article proposé par Emilie Potenciano

Mon rêve de bonheur : toujours croire que tout est possible.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube