Antipathique, moi ? Peut-être un peu...

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Ça a commencé de façon tout à fait banale. Une copine arrive, me dit bonjour, me demande si ça va, je réponds et elle me demande de but en blanc si je fais la gueule. Ce n'était pas la première fois qu'on me faisait ce type de réflexion, parce que visiblement, je serais antipathique... Moi ? Antipathique ? Je suis peut-être juste moi-même !

Antipathique, moi ? Peut-être un peu...
Sommaire : 

Et puis d'ailleurs, c'est quoi être antipathique ?

Être antipathique c'est ressentir une aversion, des sentiments désagréables face à un comportement ou une personne et manifester cette aversion, son opposition voire son dégoût. Ça nous arrive à tous. Parfois, on croise une personne qui ne nous plaît pas, une personne qui nous énerve et à qui on n'a pas envie de parler. La plupart du temps, on se force, on fait bonne figure et parfois, non... parfois on est antipathique.

Qu'est-ce qui rend antipathique ?

Le problème, c'est que l'antipathie, on s'en doute, est assez nocive pour les relations. En effet, en se montrant antipathique, on indique à l'autre que l'on se sent supérieur à lui ou à ce qu'il dit. L'antipathie crée un fossé entre deux personnes et née souvent de la peur de l'autre et de toutes les émotions négatives qu'il peut nous inspirer : le dégoût, la colère, l'impatience, l'exaspération, etc.

>>> Cet article pourrait vous intéresser : La communication non violente avec la méthode OSBD

Et moi, pourquoi dit-on que je suis antipathique ?

Alors oui, il m'arrive d'être clairement et ostensiblement antipathique. C'est moche, mais un coiffeur qui m'oublie 20 minutes au bac avec les cheveux mouillés, une blague sur les blondes, oui, ça me procure une certaine aversion. Le souci, c'est qu'on pointe souvent du doigt mon antipathie dans des situations où justement j'essaie d'apparaître sous mon meilleur jour. Mais que se passe-t-il donc ?

Introversion, bitchy resting face, mauvaise humeur, etc. tout ce qui joue contre moi

Alors oui, il est possible que je ne passe pas mon temps à sourire et oui aussi, je l'admets, je ne suis pas toujours sympa. Je suis un être humain. Et puis souvent, trop souvent même, j'ai envie que les gens m'aiment bien, donc je suis polie, et gentille, parfois même trop gentille, mais ça, c'est aussi parce que je suis nerveuse, parce que je suis timide et introvertie et que je suis donc souvent mal à l'aise avec les gens et aussi et surtout parce que je ne sais pas faire la conversation. Alors je me tais et j'observe. Et pendant que j'observe les autres et bien parfois, je dois l'avouer, je m'évade en pensée, je rêvasse quoi et là bim : bitchy resting face.

Bitchy resting face ? La bitchy resting face ou resting bitch face c'est ce qu'on pourrait appeler en français, une tête qui fait la gueule. Cette tête que l'on fait sans le vouloir, sans même s'en rendre compte, une sorte de tête au repos, mais qui est, vu de l'extérieur comme une tête qui lance un regard noir, est en train de juger, voire en train de critiquer. Cette tête à qui l'on donne souvent l'injonction de sourire ! 🤮

⚠️ Bon à savoir : les hommes aussi peuvent avoir une tête qui fait la gueule, mais comme on ne leur demande moins d'avoir l'air heureux et souriants, ça se remarque moins.

Donc l'un de mes problèmes c'est que quand je n'y fais pas attention, mon visage a l'air de faire la gueule, de juger mon entourage et de se croire au-dessus de tout le monde. Bref, je n'ai pas vraiment l'air sympa. Mais est-ce que c'est grave ?

>>> Cet article pourrait vous plaire : Comment avoir de la conversation ? Je suis enfin intéressante !

Je ne suis pas tout le temps sympa et ça va

Oui, il m'arrive d'être mauvaise humeur, de ne pas aimer quelqu'un, d'être triste, d'être choquée par des propos ou d'avoir envie d'être seule alors que je suis entourée et donc parfois, surtout quand je suis avec des personnes proches, que j'aime et en qui j'ai confiance, je suis désagréable et peut-être un peu antipathique. Je ne ris pas aux blagues, je ne souris pas à une conversation inintéressante, je suis un peu moins sympa et ça se voit, mais il faut aussi parfois, savoir relâcher la pression.

Se remettre en question

Déjà, il est bon de savoir que ne pas être toujours sympa, ce n'est pas forcément être antipathique. Être soi-même, être naturelle c'est très bien, mais pour conserver des relations paisibles avec les autres, il faut parfois faire l'effort d'aller vers eux, de comprendre que ce sont aussi des humains, des êtres sensibles qui ont des sentiments et recherchent une compréhension mutuelle. Et si jamais vous pensez être trop antipathique, ou pas assez sympa, une petite remise en question s'impose :

  • est-ce que j'aime m'intéresser aux autres ?
  • est-ce que les gens sont contents de passer du temps avec moi ?
  • est-ce que j'aime faire plaisir aux autres ?
  • est-ce que j'aime partager des moments avec des personnes agréables et sympathiques ?
  • est-ce que je sais faire preuve d'empathie ?

Si vous répondez oui à ces questions la plupart du temps, alors pas de panique, vous n'êtes pas si antipathique que vous le pensez !

Pourquoi devient-on plus antipathique en vieillissant ?

Est-ce que vous avez déjà remarqué que les personnes âgées sont toujours un peu plus antipathiques que les autres ? Visiblement, ça s'explique : en vieillissant en deviendrait moins tolérant à la bêtise des autres. L'âge nous apprend aussi à un peu plus penser à nous, on privilégie son épanouissement avant celui des autres et surtout on sait mieux sur qui compter. En effet, la réussite sociale vient souvent avec le temps, quand l'intérêt de se faire des nouveaux amis est moindre parce que l'on a déjà le cercle d'amis qu'il nous faut. Et puis, il faut l'admettre, souvent avec l'âge, les priorités changent et l'expérience nous a appris à être plus méfiante, à savoir ce qui est bon pour nous... ce qui nous permet d'être heureuses et épanouies.

L'avis de la rédaction : parlez-en !

Si on vous reproche souvent le fait d'être antipathique et que cela vous blesse, parlez-en à cœur ouvert avec vos proches : pourquoi vous disent-ils cela ? Dans quel contexte ? Pour quelle raison ? Communiquez, exprimez les émotions que cela génère en vous. 👉 Et si rien n'y fait, que cela continue de vous blesser, que vous aimeriez paraître moins antipathique, n'hésitez pas à contacter l'un de nos psychologues :

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Sources : J’ai peur d’être antipathique, c’est grave docteur ? - Madmoizelle - L'antipathie naturelle, ça vous parle ? - Psychologue.net

Besoin d'aide ? Quelles questions poser pour faire connaissance ?

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici