Je suis trop gentille, au secours !

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

J'ai toujours été la fille sympa. Celle qui sourit même si on ne lui sourit pas, qui rend service même si on ne lui parle pas toujours bien et qui en plus trouve toujours des excuses aux comportements des autres. Trop bonne, trop conne ? Non j'avais surtout l'impression d'être une super héroïne qui répandait sa bienveillance sur le monde. Mais une super héroïne un peu malheureuse...

Je suis trop gentille, au secours !
Sommaire : 

Gentille ou trop gentille ?

Nombreuses sont les personnes qui pensent qu'on ne peut pas être trop gentilles, que l'on attend toujours quelque chose des autres, en retour. Respect, complaisance, amour. Pourtant, il arrive parfois que notre gentillesse ne soit pas récompensée. Que l'on ne reçoive pas la pareille. D'après mon expérience, je ne peux pas dire que les autres profitaient vraiment de ma bonté. Ils n'en avaient juste rien à faire de mes sentiments. Sous couvert de vouloir éviter le conflit je ne répondais pas aux piques désagréables et je faisais même attention à ne pas blesser en retour. Je me suis souvent demandée si telle ou telle personne méritait vraiment mon amitié et ma gentillesse ? La réponse n'était pas évidente.

>>> Cet article pourrait vous plaire : 10 signes qu'une amitié n'est plus réciproque

Impossible de dire non

Les personnes trop gentilles ont les plus grandes difficultés du monde à dire non. "Je n'ai pas le temps de rendre ce service, mais j'y vais quand même.", "Je n'ose pas couper cette conversation inintéressante et j'arrive très tard chez moi". Tout ça arrive parce que nous sommes incapables de mettre des limites aux autres. Nous n'arrivons pas à nous affirmer et à dire non. La différence qu'il y a entre être gentille et être trop gentille, c'est justement la capacité que l'on a à se faire passer en première, à ne pas se rendre malheureuse pour les autres. C'est difficile, mais pas impossible.

Comment ne plus être trop gentille sans être un monstre ?

Être gentille n'est pas un défaut. L'empathie est essentielle, ce qu'il faut modifier c'est la peur du regard des autres et l'incapacité à poser des limites. Et la bonne nouvelle c'est que l'on peut tout à fait faire ça sans écraser personne et sans devenir méchant. Dans la réalité, il n'y a pas les gentils d'un côté, les méchants de l'autre. Il faut seulement réussir à s'exprimer, à avoir des relations épanouissantes et à vivre heureux.

1. Ne vous excusez plus à longueur de temps

Essayez de passer tout une journée sans dire "désolée" et vous vous rendrez compte à quel point vous utilisez ce mot. Souvent pour rien ou simplement pour apaiser votre culpabilité. Pourquoi ne pas essayer de remplacer "désolée" par "merci". Vous verrez que vos relations gagneront en qualité.

2. Pensez aussi (d'abord) à vous

Lorsque quelqu'un vous demande votre aide, votre affection, votre temps, au lieu de courir vers cette personne demandez-vous d'abord si vous pouvez le faire : Avez-vous fait tout ce que vouliez faire ? Avez-vous résolu vos problèmes ? Avez-vous la capacité physique et mentale de rendre service tout de suite ? Vous devez d'abord satisfaire vos propres besoins ! C'est aussi un bon moyen de faire fuir les profiteurs.

3. Faites part de vos blessures

En tant que gentilles on a tendance à pardonner trop facilement quand bien même la blessure serait indélébile. Si quelqu'un vous blesse, il faut le lui dire, gentiment mais clairement, sinon cette personne ne prendra jamais conscience des conséquences de ses actions. Pardonnez, parce que la rancune est inutile, mais ne pardonnez pas trop vite.

4. Dites non

Si en disant "oui" vous n'avez pas la satisfaction d'aider ou de voir un ami, c'est que vous avez dit oui par obligation. Entraînez-vous à dire non. Vos amis seront sans doute un peu surpris au début, mais vous n'êtes pas là pour dire amen à tout ce qu'ils proposent.

5. Donnez votre avis

Partagez votre opinion. Qu'il s'agisse d'un débat entre amis, du choix du restaurant ou du film à voir, donnez votre avis et ne laissez pas toujours les autres décider à votre place. Soyez assertive et n'ayez pas peur du conflit. Nul besoin de le rechercher, mais n’essayez pas coûte que coûte de le fuir.


L'avis de la rédaction - Pourquoi ne pas être trop gentille ?

La question pourrait être légitime. Il est vrai que la gentillesse est une qualité dont nous avons besoin pour entretenir de bonnes relations. Ceux qui sont trop gentils sont souvent dans des relations déséquilibrées. Ils s’accommodent sans cesse des désirs des autres, et sont parfois gentils jusqu'à s'en rendre malheureux. Ce comportement biaise les relations. Les autres perçoivent un masque, quelqu'un qui rend service pour ne pas déplaire, qui les brossent dans le sens du poil et qui manque d'honnêteté. Bref, il n'y a rien à gagner à être trop gentille pour les autres.

Contacter un coach bien-être

Besoin d'un expert pour savoir "pourquoi j'ai tant besoin d'être aimé" ? On en a un !

Découvrez aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici