Comment ne plus avoir de regrets ? Les attitudes à adopter

Mis à jour le par Anaïs Andos, rédactrice indépendante

« Quand il est sans remède, un chagrin est fini, et qui n'a plus d'espoir n'aura plus de regrets. » Ce que je retiens de cette citation issue d’Othello de William Shakespeare, c’est que les regrets sont liés à l’espoir. Or, si ne plus avoir de regrets signifie également ne plus avoir d’espoir, à quoi bon ? Les regrets sont intimement liés à la vie, aux choix que l’on fait chaque jour. N’avoir aucun regret paraît donc impossible, mais mieux les vivre, ça c’est envisageable.

Comment ne plus avoir de regrets ? Les attitudes à adopter

C’est quoi les regrets ?

Tout le monde a des regrets, c’est normal. Bien sûr, on aimerait ne pas en avoir, car ces regrets sont souvent associés à des émotions peu agréables... On peut regretter de n’avoir pas osé parler à une personne ou d’en avoir trop dit à une autre ; on peut regretter un comportement, une action, un choix. Dès lors que l’on vit, on avance en faisant des choix plutôt que d’autres.

Pour illustrer cette idée, j’avais envie de vous partager ce court-métrage d’animation intitulé Le Portefeuille que j’ai découvert il y a longtemps. Il nous montre un homme qui, à partir d’un événement du quotidien (il trouve un portefeuille par terre dans la rue), va faire différents choix en fonction de son humeur, du contexte, etc. Sans spoiler (c’est pas mon genre 😏), on comprend que la vie est un enchaînement de choix qui nous mène à différentes situations, et que ces choix s’inscrivent aussi dans une image plus large qu’on ne maîtrise pas toujours.

null

👉 Tout ça pour dire : les regrets sont là, quoi qu’’il arrive. Il n’est pas possible de s’en débarrasser. En revanche, ce qui est possible, c’est de vivre en plutôt bonne entente avec eux et de cohabiter pour éviter les débordements d’émotions négatives.

Quelles attitudes adopter ? 4 conseils pour mieux vivre avec les regrets

1. Faire la paix avec ses regrets et la guerre au mythe du bon choix

Le psychiatre Christophe André (dont je vous recommande chaudement les lectures et séances de méditation) explique que pour utiliser au mieux nos regrets, il faut « tordre le cou au mythe du bon choix, qui consiste à se dire quand j’ai une décision à prendre : ‘’il y a forcément un bon et un mauvais choix. Je ne dois pas me tromper.’’ » 🤔 Il est essentiel de se défaire de cette idée manichéenne fausse. Tout n’est pas tout noir ni tout blanc : dans certaines situations, le choix n’est pas si évident et il faut peser le pour et le contre avant de faire un choix qui sera, finalement, juste une option (ni la meilleure, ni la pire) parmi d’autres.

2. Garder une attitude positive et laisser le passé au passé

Il y a quelques années, je suis tombée sur cette vidéo de « Et tout le monde s’en fout » sur l’échec.

Depuis, j’essaye de garder très précieusement en tête que je ne dois pas avoir peur de l’échec parce qu'il n’est pas l’inverse de la réussite, mais plutôt un apprentissage et un tremplin ! Finalement, il me semble qu’on peut avoir le même raisonnement avec les regrets... C’est-à-dire les voir comme une somme d’apprentissages, qui vont nous permettre de mieux comprendre les choses et peut-être d’avoir de moins en moins de regrets au fil de notre vie ? Ce qui est certain, c’est que ressasser sans cesse ses regrets avec des « j’aurais dû » ou « je n’aurais pas dû » n’est pas une bonne idée. Le passé est passé et on n’a plus de prise dessus, à moins de parvenir à remonter le temps, mais les travaux à ce sujet ont l’air de patiner un peu 🤦. Ressasser risque donc juste de nous rendre malheureuse, alors autant apprendre à lâcher prise. Et, au contraire, voir le regret comme un tremplin pour nous aider à mieux sauter vers l’avenir, voilà un projet qu’il est chouette !

3. Oser davantage

« Ce n'est pas ce que l'on a fait que l'on regrette ici ; mais bien ce que l'on n'a pas fait et que l'on aurait pu faire. » C’est à l’écrivain français André Gide que l’on doit cette pensée. Et notre contemporain Christophe André (encore lui) le confirme : les études menées pour évaluer ce que l’on regrette le plus sur la durée de toute une vie, montrent que les regrets les plus grands, douloureux et durables proviennent de ce que l’on n’a pas fait. Ce sont les regrets de non-action. Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, c’est très vrai… Alors, je ne dis pas qu’il faut se lancer dans tout et n’importe quoi, mais peut-être questionner les barrières qui nous ont empêchées ou nous empêchent encore de faire des choses que l’on regrettera ensuite.

4. S’écouter et se faire confiance

Pour finir, ce qui peut aussi aider à éviter au maximum de se créer des regrets, c’est de prendre le temps. Lorsque l’on se trouve face à un choix difficile : prendre le temps de peser le pour et le contre, prendre le temps d’écouter son ressenti et son sixième sens, prendre le temps de demander à nos proches ce qu’ils en pensent, et prendre le temps de laisser reposer notre décision avant de la prendre si on peut se le permettre. L’astuce que j’utilise parfois pour m’aider à prendre des décisions, c’est la règle des 10-10-10. Elle permet de prendre du recul sur une situation en se demandant : quelles répercussions aura ce choix dans 10 minutes, 10 mois et 10 ans ? Essayez, c’est vraiment pas mal. Testé et approuvé 👍

L'avis de la rédaction : parce que ce n'est pas si simple

On ne peut pas évincer les regrets de notre vie, il est donc nécessaire d’apprendre à vivre avec eux et d’en tirer le meilleur sans toutefois y revenir sans arrêt. Mais comme tout, c’est parfois plus simple en théorie qu’en pratique, alors n’hésitez pas à travailler avec un psychologue pour essayer de faire de vos regrets de belles rampes de lancement !

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
 #BornToBeMe


Contacter un psychologue

Allez plus loin :

A

Article proposé par Anaïs Andos, rédactrice indépendante

Nos derniers articles

La personne caractérielle : la reconnaître et comprendre son origine

Jamais je ne me suis décrite comme caractérielle. Par contre, je n’ai jamais eu de mal à associer ce mot à mon père. En vieillissant, j’ai peur de devenir comme lui, alors vais-je adopter le même comportement que lui ? D'ailleurs, comment peut-on définir la personne caractérielle ? Comment la reconnaître ? Quelles sont ses origines ? Autant de questions que je me suis posées et pour lesquelles j'ai trouvé mes réponses que je vais vous partager. Explications.

Je parle seul⋅e, c'est grave Docteur ? Pourquoi donc ?

Si vous avez lu ce titre à voix haute, alors cet article est fait pour vous ! Dans la rue, au travail ou encore chez vous, vous vous êtes déjà surprise à parler tout haut alors qu’il n’y avait personne d’autre que vous dans la pièce. Cela peut surprendre votre entourage ou provoquer en vous une sensation de gêne, mais pas de panique ! Personne ne s’est jamais fait interner pour avoir parlé toute seule. Il s’agit au contraire d’un comportement normal, et tenez-vous bien : positif ! Alors en quoi est-ce une bonne chose ? Comment se contrôler ? On vous explique tout.

12 leçons de vie que j'ai apprises au fil des années

L'autre jour, je fouillais dans le grenier, chez mes parents, je suis tombée sur les albums photos que ma mère remplissait avec une certaine frénésie. En les feuilletant, je suis inévitablement tombée sur l'ado mélancolique, colérique et acnéique que j'étais et j'ai soudain eu envie de me faire un gros câlin du genre "Retour vers le futur". Je détestais l'école, alors en me prenant dans les bras, je me serais sûrement dit "ne t'inquiète pas, la vie se chargera de t'apprendre tout un tas de leçons dont tu auras tout autant besoin. Et j'aurais glissé dans l'oreille de la moi du passé ces 12 leçons que la vie m'a apprises.

Est-ce grave de ne pas avoir de rêve dans la vie ?

J'ai acheté un journal intime. Un journal qui me donne des thèmes sur lesquels écrire. Ce journal m'a demandé de lui décrire le rêve de ma vie. Et là, page blanche. Impossible de trouver quoi écrire. J'avais quelques trucs qui me venaient : voyager, apprendre ça, travailler ici, mais rien que je ne trouvais assez grand, ni assez important pour être LE rêve de ma VIE. Cette histoire m'a inquiétée. Est-ce qu'il faut absolument avoir un rêve dans la vie ? Est-ce que c'est essentiel ? Et est-ce grave si on n'en a pas ? 🤔

Être humble : pourquoi l’humilité est une qualité précieuse ?

Je me suis toujours demandé si je faisais preuve d’humilité. Je trouve qu’il est difficile de dire en toute transparence si on est humble ou pas. J’ai l’impression que cela est contradictoire : si on l’affirme, c’est que quelque part, on n’est pas humble. 🤔 Alors comment définir l’humilité ? Pourquoi est-ce une qualité précieuse ? Comment faire la différence avec le manque de confiance en soi ? Explications.

Vivre sans se projeter : Est-ce que le Carpe Diem peut être nocif ?

Regardez-nous mi angoissées, mi blasées, mais pleines d'une profonde incertitude. À peine avions-nous envisagé une vie sans virus mortel que la guerre est venue toquer à la porte de nos voisins. Je ne sais pas vous, mais pour moi, impossible d'envisager quoi que ce soit. Je me sens forcée de vivre au jour le jour, d'avancer sans percevoir l'horizon, de ne pas pouvoir me projeter. Si cueillir le jour, sans se soucier du lendemain (le fameux Carpe Diem) peut avoir quelque chose de romanesque, pour un être humain, avancer sans savoir où il va est extrêmement perturbant.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube