Faire des listes, bonne ou mauvaise idée ? Stop ou encore ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Impossible de commencer la semaine sans avoir fait la liste des choses à faire. Rendez-vous, tâches à accomplir, repas... tout y passe. C'est la meilleure façon que j'ai trouvée pour éviter d'oublier des choses et surtout pour me libérer l'esprit. Pour moi, cependant, son application ne doit pas être stricte : c'est moi qui régis la liste, jamais le contraire, sinon, c'est juste une contrainte, et de la charge mentale en plus ! Comme en toute chose, il faut savoir trouver le juste milieu.

Faire des listes, bonne ou mauvaise idée ? Stop ou encore ?
Sommaire : 

« Nous ferions mieux de nous mettre plus haut sur notre propre liste de choses à faire. » Michelle Obama

Faire des listes pour se faire du bien

Une liste comme un gentil pense-bête qui permet de classer ce qu'on a dans la tête et éviter la peur de l'oubli, mais pas seulement...

Bucket list, wish list... des vertus rassurantes et thérapeutiques

La liste est un moyen de se rassurer, en effet, elle évite les trous de mémoire. En listant ce qu'on a à faire, impossible d'oublier mamie à la gare ou le rendez-vous chez le dentiste du petit dernier. Mais la liste n'est pas qu'une béquille pour notre charge mentale, c'est aussi un outil bien-être 😊.

L'une de mes amis est totalement fan de l’application Google keep pour l’aider à faire ses listes. Et ses listes sont vraiment de toutes sortes ! Elle fait la liste des choses qu’elle s’achètera un jour, des plats qu’elle a envie de cuisiner, des chansons qu'elle voudra réécouter, la liste de ses émotions du jour, des mots qu'elle a appris… C'est pour elle une sorte de second cerveau. Pas besoin de faire d'efforts pour garder toutes ces choses en mémoire. C'est aussi une boîte à souvenir. Ces listes lui permettent de conserver des choses qu'elle aime, des petits trucs qui lui rappellent de bons moments de sa vie passée ou à venir. 

Les listes peuvent aussi être très utiles pour soigner certaines affections. Il existe par exemple des nutritionnistes qui demandent à leurs patients de prendre leurs repas en photo et de les garder afin de suivre leur évolution. Une personne souffrant de dépression peut aussi être encouragée à rédiger une bucket list des pays qu’elle aimerait voir, des expériences qu’elle voudrait vivre, des lieux qu'elle souhaiterait visiter... la liste devient alors un moyen efficace pour l’aider à se projeter positivement dans le futur.

La liste est un bon moyen de ne rien oublier, mais aussi de garder la trace de bons souvenirs et d'envisager sa vie future.

4 bonnes raisons de faire des listes

1. Pour réduire l’anxiété

En faisant des listes, vous réduisez votre anxiété et votre charge mentale. L’effet est très positif sur notre stress qui diminue. Une liste permet de rester attentif à une information dont nous devons nous souvenir, d’être mieux concentrées et de hiérarchiser nos priorités. Une to-do list par exemple, aide à savoir rapidement où on en est, ce qu’on a fait, ce qu’il reste à faire et nous évite de courir après le temps, d’être toujours dans l’urgence.

>>>> Cet article pourrait vous plaire : 10 solutions pour mieux gérer le stress au travail

2. Pour renforcer l’estime de soi

Pour les listes addicts, quoi de plus jouissif que de barrer une ligne sur sa liste. Certains poussent même le vice jusqu’à ajouter une chose faite, achetée, vue, à leur liste pour avoir le plaisir de la barrer. Et voilà qui fait grimper l’estime de soi ! Et pourquoi ne pas en profiter pour se féliciter et commencer une liste de récompenses, de tout ce qui vous rend heureux, de vos qualités, de compliments à vous faire…

3. Pour organiser ses pensées

En écrivant ses idées on les rend plus réelles. La liste permet donc de faire le point sur ses envies les plus profondes et permet d’aider à prendre une décision face à un choix important.

4. Pour voir loin

Faire des listes permet aussi de compiler ses envies et ses rêves, qu’ils soient plus ou moins accessibles, mais c’est déjà une idée de l’avenir. Avec ces listes, on montre que l’on a des projets et des aspirations positives pour le futur. 👋Le moodboard : un bon moyen de ne pas perdre ses rêves de vue. 

Les listes rendraient heureux, mais quel est vraiment le point commun des gens heureux ?

L’avis de la rédaction : Attention à ne pas faire de la liste une charge mentale supplémentaire...

Quand la liste est poussée à l’extrême ou devient une obsession, c’est là qu’elle est néfaste. Si les tâches de la liste ne sont pas exécutées à temps, voire pas du tout, bonjour les remords, les reproches et le sentiment d'échec ! Dans un certain sens, la liste est aussi une sorte de pression. Le fait que l’on y ait écrit quelque chose à faire, lire ou voir donne plus d’importance à cette chose. Se dire, un jour je verrais ce film ou l’écrire dans une liste, n’a pas le même impact sur notre esprit. Lorsqu’une chose est notée dans une liste, c’est une sorte de pression, il faut qu’elle soit rayée. Si la liste peut aider à ne pas rester inactif, elle rappelle aussi qu’il y a toujours quelque chose à faire et on en oublie les bienfaits de l’ennui, de ne rien faire, de laisser les choses en suspens. Si vous êtes stressée au quotidien, que vous vous sentez mal et que la crise d'angoise n'est pas loin, n'attendez pas pour prendre rendez-vous avec un psychologue. Ensemble, vous apprendrez à gérer cette pression.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Les listes vous aident à garder le contrôle, mais pourquoi avez-vous besoin de tout contrôler ?

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici