Je suis casanière, et fière d'être pantouflarde !

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

J'aime être et rester chez moi. C'est presque impensable de dire ça, après avoir vécu des années de pandémie et de confinements et pourtant, je suis de celles qui ne s'ennuient pas chez elles, et je l'avoue, qui rechignent parfois à sortir de la maison. Blasphème ! Être casanière, c'est souvent mal vu, mais moi, j'assume, et je ne suis pas si asociale qu'il n'y paraît…

Je suis casanière, et fière d'être pantouflarde !

Casanière, une vie dans ma parenthèse enchantée

J'arrive très bien à ressentir le plaisir de sortir. Avant la pandémie, j'adorais même aller au restaurant, ou parfois au ciné entre amis, mais, chaque fois que le moment de mettre le pied dehors arrivait, il me fallait une bonne dose de motivation pour passer la porte. Finalement, j'étais bien plus attirée par l'idée de rester tranquillement sur mon canapé, de me préparer un bon petit plat et de terminer la journée devant un bon film, au chaud. Je n'ai pas particulièrement d'attrait pour le monde extérieur et je m'épanouis pleinement à l'intérieur, chez moi

There's no place like home, ou home sweet home pourraient être mes mantras. Et si ces phrases existent, c'est bien que je ne suis pas la seule à aimer retrouver mon nid, coucou les introvertis ! 👋

Moi-même, chez moi

Bien sûr, avant 2020 et l'arrivée de la Covid, je passais plus de temps à l'extérieur et ma maison représentait ma parenthèse enchantée. Cet espace à l'abri des regards où je peux enfin être moi-même, tomber le masque, être en sécurité et reprendre le contrôle de mon univers. Alors, évidemment, quand le premier confinement est arrivé, je suis devenue cette fille bizarre qui ne voyait pas une privation de liberté, mais une liberté nouvelle : j'avais enfin l'autorisation de rester chez moi ! Loin de l'agitation du monde, je prenais mon temps, je faisais le point, je profitais de ma famille en toute intimité, j'apprenais à me connaître, j'échappais enfin au stress et à l'angoisse 😊. 

Alors bien évidemment, avec le déconfinement, c'est le syndrome de la cabane qui m'a guettée. Comment quitter ce cocon apaisant et sécurisant ? C'est loin tout ça, et pourtant, je n'ai pas repris ma vie d'avant et j'en suis bien contente... Je crois avoir trouvé mon équilibre.

>>> Cet article pourrait vous intéresser : Symptômes et causes d'une crise d'angoisse

Casanière, mais pas misanthrope

Si je suis casanière, c'est parce que chez moi, je me sens plus en sécurité qu'à l'extérieur. Je me suffis à moi-même et je n'ai pas besoin du regard des autres pour exister, d'autant plus que c'est ce même regard des autres qui m'insécurise. Pour autant, j'ai des amis et je perpétue une longue tradition familiale : si je sors peu, en revanche, je reçois beaucoup. J'adore voir du monde, mais chez moi, là où je me sens le mieux, sur mon terrain. Comme avant une représentation théâtrale, je soigne l'éclairage, je m'apprête, j'installe le décor de la soirée et quand tout le monde est parti, je ferme la porte, comme je tire le rideau. Ce sont toutes ces petites choses qui me manquent quand je dois sortir. Dehors, je ne suis plus la maîtresse de cérémonie, je redeviens spectatrice, j'ai moins de contrôle, moins d'importance aussi.

Une question d'équilibre

Mais l'amour naît du désir et l'on n'est jamais autant content de retrouver ceux qu'on a dû, un temps, quitter. Alors, si j'aime tant mon chez-moi, c'est bien aussi parce que je dois le quitter. Dans la vie, tout est question d'équilibre et je serais hypocrite en ne disant pas que l'extérieur recèle aussi quelques plaisirs. Cependant, si le confinement m'a appris quelque chose, c'est bien à être mon propre moteur, à plus m'écouter. Je mets le nez dehors par envie et (presque) plus jamais par contrainte, ou poussée par le groupe : "allez viens, tu vas voir, ça va être super.", "allez, tu vas pas encore rester chez toi." J'apprends à dire non et je sélectionne mes sorties afin de n'en retirer que le meilleur.

Comment assumer d'être plan-plan ?

Peut-être en arrêtant déjà d'employer le mot de pantouflarde, qui n'est pas flatteur et qui ne représente plus vraiment la réalité. Les nouvelles technologies, la prise de conscience écologique et la Covid permettent plus que jamais d'assumer sa vraie nature de casanière. Le chez soi, la maison, n'est plus le lieu de l'inactivité et plus seulement celui du repos. Aujourd'hui, chez soi, on télétravaille, on crée et surtout, on réduit son empreinte carbone !

Inutile donc de chercher à lutter, à devenir moins casanière. Aimer rester chez soi est un bonheur comme un autre. Rien de malsain, rien de honteux, alors comme pour tout ce qui nous fait plaisir et qui nous fait du bien, on assume, on ne culpabilise pas et on profite 😊. 

L'avis de la rédaction : à chacune sa vision du bonheur !

L'important, ce n'est pas d'être casanière ou non, c'est de trouver SON bonheur, ce qui vous rend heureuse et vous permet de vous épanouir. À chacune ses envies, le tout est d'être en phase avec soi-même, avec ses valeurs et ses besoins. Il y en a pour tous les goûts ! Attention cependant à ne pas confondre "être casanier" et "avoir peur de l'extérieur". Si vous êtes dans le second cas, contactez un psychologue afin de faire le point ensemble sur votre situation et mettre en place de nouvelles habitudes qui vous permettront de vivre plus heureuse.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici