Femme fontaine : un plaisir qui coule de source

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Quand on parle d'éjaculation, ne nions pas que l'on pense presque tout le temps au sperme et à leur propriétaire. Il faut dire que la femme fontaine est encore trop peu abordée. Par tabou ? Peut-être. Par jalousie ? Pourquoi pas. Par ignorance ? Plus pour longtemps en tout cas... Loin du fantasme et surtout loin du porno, le phénomène de femme fontaine est encore et surtout une bonne occasion de nous concentrer sur nos corps, de lâcher prise et de prendre beaucoup (beaucoup) de plaisir.

Femme fontaine : un plaisir qui coule de source
Sommaire :

Toutes femmes fontaines !

Il n'existait, jusque très récemment, que peu d'études autour du phénomène de femme fontaine. On note d'ailleurs que les premières études au sujet du plaisir féminin datent des années 1970. Le domaine reste donc encore largement méconnu ce qui engendre alors des tabous, des clichés, de la honte et parfois même du dégoût.

Qu'entend-on par femme fontaine ou squirting ?

Il s'agit d'un phénomène qui veut, qu'au cours d'un rapport sexuel, une femme expulse puissamment, une importante quantité de liquide, parfois jusqu'à 300 ml.

Il n'existe pas les femmes fontaines d'un côté et les autres de l'autre. Celles qui en sont, et celles qui n'en sont pas. On peut toutes connaître un jour cette sensation, quelle que soit la forme de notre vulve, il faut juste... maîtriser le système !

Le jaillissement ! ⛲

Enfin maîtriser, pas vraiment... En effet, pour beaucoup la fontaine arrive par surprise la première fois. C'est un hasard. Un hasard qui se reproduira peut-être, mais pas forcément. Squirter n'a rien de définitif. On peut être fontaine pendant un temps seulement ou de façon très occasionnelle. L'émission non plus n'est pas systématique, elle peut être retenue ou même déclenchée et n'arrive pas toujours au moment de l'orgasme. En fait, il n'y a pas de profil particulier de fontaineuse, mais celles qui l'ont expérimenté parlent de confiance et d'un grand lâcher-prise.

>>> Sexualité, 7 conseils simples pour lâcher prise et s'abandonner

Expulsion ou éjaculation ? Quelle est donc cette mouille ?

Je vous parlais en introduction "d'éjaculation", mais il faut savoir que squirter n'est pas éjaculer. En fait, il ne s'agit ni du même liquide, ni de la même origine.

🩺 Petit moment anatomie : comme pour les hommes, l'éjaculation féminine existe. Il s'agit alors d'une libération d'environ 1 ml de liquide prostatique, qui passe le plus souvent inaperçu au milieu de la cyprine (plus communément appelée, la mouille). En effet, alors que la prostate de l'homme pèse environ 30 gr, les femmes possèdent l'équivalent d'une prostate, les glandes de Skene qui sont toutes petites. Le liquide qui s'échappe lors du squirting, jaillit de l'urètre et serait un dérivé de l'urine dont le taux d'urée est quasi nul, donc ni odeur, ni couleur.

On s'en donne à corps joie ?

Bon, les tabous ce n'est pas tellement mon truc. Exit l'idée des hommes pénétrants et jaillissants et des femmes pénétrées et intérieures. Certes la réalité du phénomène de femmes fontaines est encore très méconnue, il n'y a d'ailleurs même pas de terme scientifique pour le définir, mais il est temps de libérer cette part brute de notre sexualité. Si notre corps est capable d'avoir un orgasme si fort qu'il en squirt, qui ne voudrait pas en être ? Apprendre à se connaître encore mieux et trouver de nouvelles sources de plaisir, c'est toujours une bonne chose, n'ayons pas peur des capacités exceptionnelles de nos corps et ne laissons surtout aucun amant nous dégoûter du sexe ou de nous-même.

À vos doigts, prêtes, partez !

Un peu de patience et de doigté semble être des prérequis pour espérer un jaillissement. Vous pouvez profiter d'une séance de masturbation pour expérimenter ou donner des consignes à votre partenaire. Côté sexe, la communication est essentielle.

  • Commencez par vous relaxer. Un massage peut-être approprié.
  • Ensuite, il faut stimuler le point G en faisant agréablement pression sur l'urètre. Une double stimulation du clitoris, via le gland et via le vagin est préconisée.
  • Le mieux c'est d'insérer deux doigts dans le vagin, paume vers le haut et de secouer énergiquement la main de haut en bas. 🔃
  • N'oubliez pas de vous laisser totalement aller, de tout oublier et de vous lâcher ! 🤤 Ça finira par venir...

Pour aller plus loin vous pouvez trouver des exercices pratiques dans le livre de Samuel Salama et Pierre Desvaux, Femmes fontaines & éjaculation féminine : mythes, controverses et réalités et aussi trouver de l'inspiration dans le livre Jouissance Club de Jüne Plã.

L'avis de la rédaction : quand il y a de la gêne, il n'y a pas de plaisir !

Nous espérons avoir démystifié le mystère de la femme fontaine et des fantasmes qui vont autour ! S'il n'y a qu'une chose à retenir de tout ceci : à chacune son corps, à chacune son plaisir, le tout étant de se laisser aller, de s'abandonner et d'être parfaitement en phase avec tout son être. La sexualité n'est pas un tabou, on dit souvent en psychologie que tout ce qui n'est pas dit s'imprime, il en est de même dans ce domaine. Si vous ne vous sentez pas à l'aise, que vous avez le sentiment que quelque chose ne va pas, n'attendez pas pour contacter un psychologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Et pour vous accompagner : 9 podcasts érotiques pour faire grimper la température

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici