La charge sexuelle : quand la charge mentale s’invite au lit

Mis à jour le par Camille Lenglet

S’épiler la moindre partie du corps, penser à la contraception, dépenser une fortune en lingerie, aller chez le gynécologue… Je parie que si vous êtes une femme, vous connaissez très bien tout cela. C’est mon cas et si je le faisais automatiquement avant, depuis quelques années j’en ai ras le bol ! Les hommes ne font pas un dixième de ce que l’on fait, c’est d’ailleurs pour cela que deux autrices, Caroline Michel et Clémentine Gallot, ont défini la “charge sexuelle”. Eh oui, la charge mentale s’invite aussi dans notre lit. Explications.

La charge sexuelle : quand la charge mentale s’invite au lit
Sommaire : 

Qu’est-ce que la charge sexuelle ?

Est-ce que je suis bien épilée ? Comment pourrais-je lui donner davantage de plaisir ? Est-ce qu’on fait l’amour assez fréquemment ? Est-ce que j’ai bien pris ma pilule ce soir ?... Autant de questions que l’on peut se poser lorsqu’on est une femme cis-genre hétérosexuelle et c’est bien la preuve qu’il y a une charge mentale dédiée à la sexualité. D’ailleurs, ce sont deux autrices qui ont mis en lumière le terme de “charge sexuelle”, Caroline Michel et Clémentine Gallot, dans leur livre qui porte le même nom. Elles définissent ainsi la charge sexuelle 🧐 :

"C’est l’addition de la charge mentale, qui consiste à toujours anticiper un milliard de choses, et de la charge émotionnelle, qui consiste à toujours être au petit soin pour les autres."

Comme l’expliquent les deux autrices du livre, nous sommes tellement conditionnées à penser à tout, tout le temps et à tout le monde, que cela nous rattrape même au lit. Et il est hors de question de dire que l’on a juste à arrêter de “penser”. Cela est bien plus complexe que cela, puisqu’on porte un poids que les hommes n’ont pas envie de partager.

Illustration sur la charge sexuelle : une femme pense toujours à la contraception ou au dépistage.

Un exemple de charge sexuelle avec une illustration de Maedusa.

Pourquoi a-t-on cette charge sexuelle sur nos épaules ?

Tout “simplement” : parce qu’on vit dans une société patriarcale et androcentrée, c'est-à-dire, avec un mode de pensée envisagé uniquement du point de vue masculin 😅. Cela passe, bien sûr, par une éducation très genrée dans laquelle les enfants grandissent.

Les petites filles intériorisent dès leur plus jeune âge à être disponible, à l’écoute, sensible, à se faire belle, etc. Tout cela pour plaire au “male gaze, le fameux regard masculin. À l’inverse, les garçons sont élevés pour être autonome, rationnel, courageux, voire égocentrique. Sans compter qu’en grandissant, on est très vite confrontée à la normalisation de la sexualité, via l’hétérosexualité....

Conditionnée au plaisir masculin

On grandit donc dans une atmosphère qui n’est vraiment pas propice au développement d’une sexualité féminine épanouie. D’ailleurs, c’est encore pour cela que l’éjaculation masculine clôture un rapport sexuel, il faut s’arrêter quand monsieur a joui 😤.

"La sexualité telle qu’on nous l’a apprise tourne autour du plaisir des hommes. Le pénis est au cœur de tout et le plaisir masculin a toujours été plus important que le féminin."

À partir de là, nous avons deux fonctions 🍆. Faire jouir les hommes en faisant autant de pirouettes qu’une actrice de film X, mais attention ! On ne doit pas avoir eu trop de partenaires au risque de perdre notre “respectabilité”. La deuxième fonction reste encore bien trop associée à la procréation. Le plaisir féminin est alors inexistant dans beaucoup de couples hétérosexuels, à tel point que certaines femmes n’ont jamais joui avec leur partenaire… Certaines arrivent à découvrir l’orgasme via l’utilisation de sextoys, mais cela ne résout pas la problématique de la charge sexuelle 😖.

>>> Rien d’étonnant à ce qu’on finisse par avoir la flemme de faire l’amour

Une charge sexuelle “banale”

On pourrait croire qu’avec les mœurs qui changent et la libération de la parole féminine, que cela évolue dans notre sens, mais ce n’est pas le cas. Au contraire, d’après les deux autrices, la charge sexuelle se renforce avec cette idée que les femmes doivent être performante pour le plaisir masculin 😪 :

"Si l'on devait résumer la pression des années 2020, le credo serait plutôt de réussir sa vie sexuelle et d'être à tout prix un bon coup".

Malheureusement, plus elle se renforce, plus elle revient invisible, surtout dès lors que l’on est dans un couple hétérosexuel. Même lorsqu’on est avec un partenaire déconstruit, il y a toujours des résidus de cette charge. On ne la perçoit pas, car elle est profondément assimilée dans nos esprits, homme comme femme. Ce n’est que le résultat de notre société genrée. Une question subsiste alors : comment faire pour en sortir 😫 ?

Comment se libérer de la charge sexuelle ?

Témoignage d'une femme qui dit "pour moi la charge mentale, c'est de gérer 2 enfants toute la semaine, en plus de mon travail d'infirmière et de le voir bouder parce que je refuse de faire l'amour."

Un autre exemple de la charge mentale / sexuelle dans un couple hétérosexuel

Rien est immuable, même si la charge sexuelle est solidement ancrée dans nos esprits, comme on l’a vu. Pour commencer, on peut décider d’aborder avec ses partenaires, le sujet de la contraception. C’est un bon indicateur pour voir si Monsieur s’intéresse à cette problématique et s’il a une volonté de prendre sa part en essayant la contraception masculine, par exemple 😬.

Cela reste quelque chose de “concret”, mais il faut aussi s'explorer et écouter ses envies. C’est un exercice beaucoup plus difficile à faire, car on a la sensation d’être égoïste en faisant ça, mais c’est tout sauf le cas. On n’a pas envie de faire l’amour ? Hors de question de se forcer 🙅‍♀️, car sinon c’est le meilleur moyen de développer un vaginisme.

En fait, on doit tout remettre en question pour se sortir de cette charge mentale. C’est le meilleur moyen de déconstruire toutes les pensées automatiques que l’on a autour de la sexualité. On se fait passer en premier, on pense à son plaisir, on arrête de penser à plaire à tout prix et on met dans les mains de son partenaire, ses responsabilités. Et toc 👏 !

Envie d’en savoir plus sur la charge sexuelle ? Je vous invite à découvrir le livre des deux autrices citées dans cet article :

L'avis de la rédaction : une prise de conscience nécessaire

Et vous, ça vous parle ? Aviez-vous conscience de cette charge mentale supplémentaire qui repose elle aussi sur nos épaules ? En tout cas, nous espérons que cet article vous aura amené à vous interroger sur votre intimité, et si celle-ci ne vous convient pas, que vous sentez que quelque chose coince, n'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un sexologue.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un sexologue

Mais aussi :

Source : "La charge sexuelle", Clémentine Gallot et Caroline Michel, juin 2020, First édition.

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube