Syndrome de Cotard ou délire de négation, tout savoir

Mis à jour le par Emilie Potenciano

Le Syndrome de Cotard surnommé également délire de négation a été défini par Jules Cotard neuropsychiatre français (1840- 1889). Il est classé parmi les affections psychiatriques délirantes et se caractérise par un épisode mélancolique intense duquel émergent trois types de manifestations distinctes, et touche le plus souvent des personnes déjà atteintes d’une maladie mentale.

Syndrome de Cotard ou délire de négation, tout savoir

Qu’est-ce que le syndrome de Cotard ?

Imaginez un moment que vous vous réveillez un matin en croyant que vous êtes déjà mort, que vous n'existez pas, que vous vous décomposez, ou que vous avez perdu votre sang ou vos organes internes 🤯. Cela semble incroyable, n'est-ce pas ? Et pourtant, c'est exactement ce que ressentent certaines personnes atteintes du syndrome de Cotard, un trouble mental rare. Incroyable, non ? Mais ne vous inquiétez pas, c'est très rare et il y a des traitements disponibles. Il y a même des livres et des films qui parlent de ce syndrome.

Et ce n'est pas tout ! Certaines personnes atteintes de ce syndrome peuvent penser qu'elles sont en train de pourrir, ou qu'elles ont perdu des organes, du sang, ou des parties du corps. C'est assez effrayant, n'est-ce pas ?

Je passe pour vous le syndrome au microscope. Le sujet souffre :

  • D’idées de négation d’organe, de damnation, d’immortalité.
  • Des manifestations cliniques dignes de scénario de film d’horreur : les séries Hannibal et Scrubs y ont d’ailleurs fait référence dans un de leurs épisodes.

Fort heureusement, rares sont les cas avérés de patients souffrants du syndrome. Toutefois il a été décelé chez des malades souffrants d’autres troubles mentaux plus connus comme la schizophrénie psychotique ou le trouble dissociatif de l’identité, ou encore étant atteints de dépression clinique, ou de maladie neurologique. Par ailleurs, certains cas du syndrome ont été diagnostiqués sur des patients souffrants de migraines, sclérose en plaques ou encore de patients présentant des lésions vasculaires, tumorales ou traumatiques au niveau de certaines régions cérébrales. Ces cas restent toutefois très exceptionnels !

Des symptômes effrayants

Les trois types de manifestations délirantes rencontrés sont : 

  • Des idées de négations d’organe ou de fonction : le patient est convaincu de ne plus avoir de cœur, de tube digestif, qu’il est incapable d’uriner, qu’il n’a plus de sang dans le corps etc…
  • Des idées de damnation : le patient se croit possédé par le Mal et il est persuadé qu’il peut contaminer les autres de ce mal par un simple contact, une pensée ou un regard. Dans ses formes les plus sévères le patient voit son corps en état de putréfaction ou pire se pense possédé par le Démon.
  • Des idées d’immortalité : le patient est alors convaincu qu’il ne peut pas mourir provoquant en lui un fort sentiment d’anxiété, des pensées suicidaires. Dans ses formes les plus sévères le patient peut être convaincu qu’il n’existe pas dans la vie réelle.

Quelles conséquences ?

Les manifestations délirantes évoquées précédemment donnent lieu à des états intensément douloureux pour le patient comme une douleur morale intense, une anxiété extrême, des troubles du sommeil, des pensées suicidaires, hallucinations, des gestes d’automutilations et même un refus de s’alimenter allant parfois jusqu’à provoquer la mort du malade. De par ce syndrome, la personne se réveille, prend son café mais peut être persuadée qu'elle n'existe plus. Difficile. 

Le traitement

Fort heureusement ce syndrome peut aujourd’hui être contrôlé médicalement en milieu hospitalier par certaines thérapies. Mais la gravité des symptômes et de leurs conséquences requiert des soins urgents. Le risque majeur vient du patient lui-même qui ne consulte pas car il est persuadé que personne ne peut lui venir en aide et par ses pensées suicidaires.

Pour cela le médecin traitant et l’entourage doivent jouer un rôle de donneur d’alerte pour accompagner le patient dans son diagnostic et son traitement. Deux recours médicaux sont principalement pratiqués selon les cas :

  • La prescription médicamenteuse de type anti-dépresseurs
  • L’usage de l’électroconvulsivothérapie (application de décharges électriques d’une intensité variable au niveau du cuir chevelu)

Ces deux thérapies voient des résultats probants dans l’amélioration et la réduction des symptômes. Plusieurs cures sont parfois nécessaires pour contrôler la maladie dans le temps. Pour cela un suivi médical assidu est indispensable.

L'avis de la rédaction : un syndrome très rare 

Vous l'aurez compris, ce syndrome est très rare et se soigne heureusement. Si de votre côté, vous ne vous sentez pas bien en ce moment, que vous vous trouviez dans un état dépressif léger ou avancé n’attendez jamais avant de consulter : des solutions existent. Si vous faites partie de l’entourage d’une personne présentant un mal-être ou des symptômes dépressifs, n’hésitez pas à l’accompagner dans cette prise de conscience parfois difficile et à la soutenir tout au long du processus de guérison.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue


Vous avez aimé cet article ? Vous aimerez aussi : 

Article proposé par Emilie Potenciano

Mon rêve de bonheur : toujours croire que tout est possible.

Nos derniers articles

Votre couple va-t-il durer ? Les 6 questions que vous devez vous poser

Selon les Rita Mitsouko, "les histoires d'amour finissent mal... en général". Bon OK, mais ça ne veut pas dire que nous n'avons pas envie de passer un peu plus de bon temps à deux. Mais pour que ce soit vraiment du bon temps, encore faut-il être sûre que cette relation vaut le coup… Et pour savoir si c'est le grand amour, il y a quelques questions à se poser.

Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur l'importance de couper le cordon avec sa mère

Vous êtes toujours à l’écoute, toujours là quand ça ne va pas, en somme la parfaite mère exemplaire ! Mais attention, ce surplus d’attention peut nuire à votre enfant (adulte !). Trop le/la materner alors qu’il/elle devient un·e jeune adulte peut freiner son développement personnel. Mais pourquoi est-ce si difficile de couper de cordon ? Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur le sujet.

La peur d'aimer : d'où vient-elle ? Comment la surmonter ?

En amour, il est rarement question de certitudes. Et quand on sait qu’un mariage sur deux se termine en divorce, pas étonnant que la peur d’aimer soit un mal de plus en plus courant. Cette peur cache des angoisses profondes et peut devenir handicapante. C'est la raison pour laquelle il est important de s'en libérer, mais pour vaincre ses peurs, il faut bien les connaître. Découvrez raisons qui font que vous avez peur d'aimer et comment vous en débarrasser pour donner une chance à vos relations.

Psychologie positive : Qu’est-ce que c’est ? Est-elle sans danger ?

Lorsqu’on décide de commencer un suivi psychologique, c’est généralement pour soigner des blessures. On se tourne vers notre passé pour comprendre ce qui nous entrave et plus globalement, ce qui nous rend malheureuse. On peut appeler la psychologique traditionnelle en opposition à la psychologique positive. Cette dernière est une autre approche visant à cultiver le bonheur. Bien sûr, elle est tout aussi légitime que sa consœur. Alors qu’est-ce que c’est exactement ? En quoi peut-elle nous aider ? Explications.

Pourquoi me voit-on comme une gamine dans ma famille ? Ras-le-bol de l’infantilisation !

J’ai bientôt 32 ans et pourtant, dans ma famille, je suis toujours traitée comme une enfant. On m’infantilise en critiquant mes choix, qu’ils soient importants ou insignifiants… Mais aussi, on me dit quoi faire, sans que cela soit un conseil, il s’agit vraiment d’une marche à suivre. Néanmoins, je me considère assez grande pour pouvoir faire mes propres choix et agir comme je le souhaite ! Pourquoi suis-je traité comme cela ? Comment sortir de l’infantilisation par nos parents, notre famille et, voire, par notre belle-famille ? Élément de réponse.

Limérence, quand aimer devient envahissant et obsessionnel...

Tout le monde tombe amoureux·se. C’est un sentiment merveilleux dans la plupart des cas, mais il peut parfois nous dépasser et se transformer en obsession. En effet, il y a un état psychologique lié à l’amour qui procure beaucoup de souffrance. Cela s’appelle la limérence ! Qu’est-ce que c’est exactement ? Quelles sont les causes ? Est-il possible d’en guérir ? Quand aimer devient obsessionnel… On vous explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Fleur au Vent 16 🌸 Cultiver l’élan du renouveau avec Anne-Fleur Saraux

4 avril · Wengood

10:52


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube