Fatigue sociale et déconfinement: pourquoi est-on à plat ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

“Tu viens samedi à la soirée ?”. Après des mois de couvre-feu et plusieurs confinements, je dois avouer que c’était inespéré d’entendre cette phrase. Du coup, j’ai enchaîné, je suis allée boire des verres avec les copines, j'ai fait des soirées, des déjeuners, etc. Et sans m’en rendre compte, ça m’a épuisé. Nous sommes à peine à la moitié de l’été et je ressens une immense fatigue. Pourquoi avons-nous les batteries à plat depuis le déconfinement ?

Fatigue sociale et déconfinement: pourquoi est-on à plat ?

L’explosion sociale après des mois de coupure

🍹La première terrasse, je l’ai attendu comme le messie depuis l’an dernier. La joie de retrouver mes amies dans cette ambiance euphorique m’a fait plaisir, mais j’ai ressenti un drôle d’effet. En rentrant chez moi, j’avais comme une grande fatigue qui m’a assommé

Cette reprise sociale, on a été nombreuses à l’attendre. Néanmoins, là où on a été surprises, c’est qu’on ne s’attendait pas à être éprouvées de voir notre agenda se remplir de soirées, d’expositions, de sorties au restaurant ou au cinéma 🎥…

Trop de stimuli d'un coup

🥊 À peine 1 mois après la fin des restrictions, je me sens épuisée. D’après le chercheur en psychologie, Christophe Haag, nous sommes en train de nous prendre un “uppercut de la société”. Les interactions sociales ont repris d’un coup et se sont multipliées à cause du manque. Sauf que cela crée en nous une tempête émotionnelle qui est énergivore. 

Le cerveau est débordé et n’arrive plus à gérer les émotions et les nombreux stimuli 🌪️!

La fatigue pandémique, déjà présente

On s’est tellement réjouie de la levée des restrictions, qu’on a un peu oubliées la fatigue accumulée par cette crise qui dure depuis 1 an et demi. En effet, le nombre de burn-out a doublé à cause de la pandémie, il y a forcément une répercussion sur notre mental. D’ailleurs, selon une étude menée par Diffusis France, 71% des Français estiment que la crise a eu un impact négatif sur leur santé mentale

🥵 C’était donc ambitieux de vouloir reprendre “la vie d’avant” sans se ménager !

La peur que le schéma se reproduise

En plus de la fatigue accumulée, due à la crise, je vis dans la peur permanente de la 4e vague. Difficile donc de repartir de façon légère, il y a toujours dans un coin de notre tête la menace d’être à nouveau enfermé. D’où l’urgence de vivre pleinement ces quelques mois d’été. 

😰 Cela signifie que nous sommes tout le temps alerte et sur le qui-vive. On a peur de revivre l’effondrement psychologique vécu pendant les mois d’hiver. L’hypercontrôle et la conscience de tout cela, ne nous permettent plus de vivre dans l’insouciance d’avant.

La tentation de rattraper le temps perdu

Lors du premier confinement, on a été contraintes de ralentir et de trouver un rythme de croisière. Je n’ai pas bien vécu les confinements, mais certaines ont pu lever le pied, retrouver leur famille, faire des activités méditatives, etc. Il a été globalement plus simple de ralentir le rythme, même s’il ne faut pas négliger les risques de dépressions.

Seulement là, il faut vite se réadapter aux bruits de la ville, aux gens en nombre, à retourner au bureau, etc. On a, en plus, envie de rattraper le "temps perdu” pendant les confinements, mais c’est comme faire du sport. Il est évident qu’on ne peut pas courir un marathon d’un coup après des mois de pause. Sinon, on risque le claquage et l’épuisement mental ! Il faut donc faire un retour dans la vie progressivement, en y allant étape par étape 🧘‍♀️.

Quelles solutions pour notre fatigue sociale ?

Pour ma part, la première chose que j’ai faite, c’est de refuser les sollicitations. Ça peut paraître impensable aux yeux de certaines personnes après des mois de restrictions. Cependant, il faut pouvoir apprendre à dire non et ainsi s’écouter. Pas d'obligation d’assister à tous les événements sociaux pour faire plaisir aux autres. Surtout que, si ce sont des personnes qui nous aiment, elles peuvent être compréhensives. 

⚠️ Attention, il ne faut pas pour autant s'isoler et passer son été enfermé. Néanmoins, il faut trouver un équilibre entre les différents événements et notre réadaptation.

De même qu’il est important d’avoir un rythme sain. On ne se couche pas trop tard, on met l’alimentation intuitive au cœur de nos repas, on évite de consommer trop d’alcool, on fait du sport… En bref, on prend du temps pour soi ! Le meilleur remède à la fatigue sociale post-confinement, c'est de se reposer et d'y aller petit à petit 😴.

L'avis de la rédaction : à chacune son rythme

Si vous êtes fatiguée depuis le déconfinement, ne cherchez plus, c'est la fatigue sociale ! C'est tout à fait normal d'avoir envie de profiter, mais n'abusez pas, prenez le temps de vous réacclimater tout en douceur… Et en la matière, il n'y a pas de règles, à chacune son rythme, écoutez votre corps ! Si vous vous sentez épuisée, mal à l'aise ou perdue depuis la levée des restrictions sanitaires, n'hésitez pas à contacter l'un de nos psychologues :

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : madame.lefigaro.fr

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici