Blues du déconfinement : le retour brutal à la réalité

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Je vous ai tous vu attendre avec hâte cette date du 11 mai et jubiler le jour du déconfinement. Moi, j'étais prostrée sur mon canapé en me demandant comment ça avait pu passer si vite. Le retour à la vie d'avant, un moment que j'appréhendais.

Blues du déconfinement : le retour brutal à la réalité
Sommaire : 

J'ai vécu ma meilleure vie !

On ne faisait que se croiser dans cet appartement et avant ça, nous avions couru toute la journée, avec pour seule pause, ces 8 heures assis à notre bureau.

Lorsque le confinement a été annoncé, tout le monde est rentré au bercail. J'ai retrouvé mon mari et mon fils. Ça avait à peine commencé et j'étais déjà comblée. Pendant deux mois, on a fait des siestes à trois, bien mangé, télétravaillé ensemble, déjeuné sur notre petit balcon et fait quelques petites balades tous les trois. Que souhaiter de mieux ?

Luxe, calme et volupté

Pour moi, le confinement avait vraiment du bon. Alors que tous avaient la sensation d'être privé de liberté, j'avais l'impression de retrouver la mienne, de pouvoir enfin m'accorder une pause. Un vrai luxe !

On écoute les oiseaux chanter, on marche... pas loin... pas longtemps, mais plus qu'avant, en fait. On prend le temps de faire tout ce qu'on a envie de faire et qu'on ne faisait pas avant. Et enfin, malgré la distance, nous n'avons jamais autant appelé nos proches et pris de leurs nouvelles.

Nostalgie et anxiété

Quelques jours avant le 11 mai, je n'écoute plus la radio, je ne regarde plus les infos, je stresse quand j'entends parler de déconfinement, je dors mal et j'ai l'impression d'être la seule à ressentir cette appréhension du monde d'après.

La réalité revient frapper

Après deux mois à un rythme ralentit, le déconfinement frappe un peu comme la fin des vacances. Allez demain tu remontes en voiture te confronter à d'agaçants conducteurs, tu cours après le temps, stresse à l'idée d'arriver en retard et tu retournes t'asseoir pendant 8 heures d'affilées sur ta chaise.

Je ne suis pas prête à retrouver cette vie faite de consommations abrutissantes, de sourires forcés et d'impératifs quotidiens. Le confinement m'a permis de comprendre que je ne voulais plus passer mes samedis à chercher un jean ou ma future table de chevet avant d'aller à un énième apéro avec une motivation toute relative.

Je ne ferais pas petit syndrome de la cabane ?

Le syndrome de la cabane, c'est la peur de quitter son lieu de confinement et de devoir à nouveau se confronter au monde extérieur.

Ce syndrome est né au début de XXème siècle, à l'époque de la Ruée vers l'or. Il touchait les chercheurs d'or qui étaient nostalgiques de leur vie recluse, dans leur petite cabane, une fois qu'ils retrouvaient la civilisation.

Pour les plus angoissés ou les plus introvertis d'entre nous, l'ordre de rester chez nous, dans notre cocon protecteur, nous permettait de protéger notre santé, mais aussi de fuir un quotidien et une vie sociale stressante (mal être au travail, peur du regard des autres, difficulté de communication, timidité). A présent, il faut s'adapter à nouveau, retourner à la réalité et c'est une vraie source d'anxiété.

L'avis de la rédaction - Non à l'injonction au bonheur !

J'ai bien conscience que ce discours est politiquement incorrecte. On parle tout de même d'un contexte de pandémie et si pour certains le confinement a été douloureux pour d'autres, il était tout simplement dramatique. Cette privation de liberté peut avoir un goût amer, mais je refuse catégoriquement et ne me reconnais absolument pas dans cette injonction au bonheur du déconfinement. Je ne ressens pas la joie d'une hypothétique liberté retrouvée. Et je suis sûre que je ne suis pas la seule... c'est juste un point de vue difficile à partager.

Contacter un thérapeute

Et si le confinement avait eu du bon ?

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube