Blues du déconfinement : le retour brutal à la réalité

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Je vous ai tous vu attendre avec hâte cette date du 11 mai et jubiler le jour du déconfinement. Moi, j'étais prostrée sur mon canapé en me demandant comment ça avait pu passer si vite. Le retour à la vie d'avant, un moment que j'appréhendais.

Blues du déconfinement : le retour brutal à la réalité
Sommaire : 

J'ai vécu ma meilleure vie !

On ne faisait que se croiser dans cet appartement et avant ça, nous avions couru toute la journée, avec pour seule pause, ces 8 heures assis à notre bureau.

Lorsque le confinement a été annoncé, tout le monde est rentré au bercail. J'ai retrouvé mon mari et mon fils. Ça avait à peine commencé et j'étais déjà comblée. Pendant deux mois, on a fait des siestes à trois, bien mangé, télétravaillé ensemble, déjeuné sur notre petit balcon et fait quelques petites balades tous les trois. Que souhaiter de mieux ?

Luxe, calme et volupté

Pour moi, le confinement avait vraiment du bon. Alors que tous avaient la sensation d'être privé de liberté, j'avais l'impression de retrouver la mienne, de pouvoir enfin m'accorder une pause. Un vrai luxe !

On écoute les oiseaux chanter, on marche... pas loin... pas longtemps, mais plus qu'avant, en fait. On prend le temps de faire tout ce qu'on a envie de faire et qu'on ne faisait pas avant. Et enfin, malgré la distance, nous n'avons jamais autant appelé nos proches et pris de leurs nouvelles.

Nostalgie et anxiété

Quelques jours avant le 11 mai, je n'écoute plus la radio, je ne regarde plus les infos, je stresse quand j'entends parler de déconfinement, je dors mal et j'ai l'impression d'être la seule à ressentir cette appréhension du monde d'après.

La réalité revient frapper

Après deux mois à un rythme ralentit, le déconfinement frappe un peu comme la fin des vacances. Allez demain tu remontes en voiture te confronter à d'agaçants conducteurs, tu cours après le temps, stresse à l'idée d'arriver en retard et tu retournes t'asseoir pendant 8 heures d'affilées sur ta chaise.

Je ne suis pas prête à retrouver cette vie faite de consommations abrutissantes, de sourires forcés et d'impératifs quotidiens. Le confinement m'a permis de comprendre que je ne voulais plus passer mes samedis à chercher un jean ou ma future table de chevet avant d'aller à un énième apéro avec une motivation toute relative.

Je ne ferais pas petit syndrome de la cabane ?

Le syndrome de la cabane, c'est la peur de quitter son lieu de confinement et de devoir à nouveau se confronter au monde extérieur.

Ce syndrome est né au début de XXème siècle, à l'époque de la Ruée vers l'or. Il touchait les chercheurs d'or qui étaient nostalgiques de leur vie recluse, dans leur petite cabane, une fois qu'ils retrouvaient la civilisation.

Pour les plus angoissés ou les plus introvertis d'entre nous, l'ordre de rester chez nous, dans notre cocon protecteur, nous permettait de protéger notre santé, mais aussi de fuir un quotidien et une vie sociale stressante (mal être au travail, peur du regard des autres, difficulté de communication, timidité). A présent, il faut s'adapter à nouveau, retourner à la réalité et c'est une vraie source d'anxiété.

L'avis de la rédaction - Non à l'injonction au bonheur !

J'ai bien conscience que ce discours est politiquement incorrecte. On parle tout de même d'un contexte de pandémie et si pour certains le confinement a été douloureux pour d'autres, il était tout simplement dramatique. Cette privation de liberté peut avoir un goût amer, mais je refuse catégoriquement et ne me reconnais absolument pas dans cette injonction au bonheur du déconfinement. Je ne ressens pas la joie d'une hypothétique liberté retrouvée. Et je suis sûre que je ne suis pas la seule... c'est juste un point de vue difficile à partager.

Contacter un thérapeute

Et si le confinement avait eu du bon ?

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici