Fasciathérapie : les bienfaits de la thérapie des fascias

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

La fasciathérapie, c'est une histoire de toucher et de mains qui soulagent. En effet, cette thérapie est une technique manuelle qui aide l'organisme à s'autoréguler et permet aux fascias de retrouver leur équilibre et leur élasticité. La fasciathérapie fait parti des kinésithérapie et s'avère très utile pour tous, que vous soyez sportive, migraineuse ou que votre nourrisson souffre de colique... En bref, pour tous, le résultat est le même, moins de douleur et plus de bien-être physique et psychique.

Fasciathérapie : les bienfaits de la thérapie des fascias
Sommaire : 

Que sont les fascias ?

Quand on parle de fascias, il s'agit en fait des membranes souples reliées aux muscles, aux os, aux vaisseaux, aux ligaments, aux nerfs et aux viscères.

Les fascias sont principalement constitués de collagène et ont un aspect gélatineux. On les divise en 3 couches :

  • superficielle, directement sous la peau
  • profonde, au niveau du cou, du thorax, de la cavité abdominale et pelvienne
  • méningée, intracrânien

Sous l'effet d'un traumatisme, d'une mauvaise position ou encore du stress par exemple, ces fascias se rétractent et entraînent une douleur. À force d'être sollicités, les fascias n'arrivent plus à retrouver leur souplesse et de fortes tensions s'installent causant des dysfonctionnements articulaires, digestifs, circulatoires, etc. Voilà pourquoi la fasciathérapie existe ! En stimulant manuellement les fascias, cette dernière va permettre aux tissus de retrouver leur mobilité et nous permettre de retrouver bien-être et bon état général.

Comment stimuler et soigner les fascias ? La fasciapulsologie

Pour bien stimuler, bien hydrater nos fascias, mais aussi pour bien en prendre soin, il faut commencer par chasser les stress et les tensions, bouger fréquemment au cours de la journée, bien penser à boire, faire du sport, notamment du renforcement musculaire, toujours bien s'étirer et pratiquer l'automassage.

Notez bien que pour bien hydrater ses fascias il ne suffit pas de boire. Boire de l'eau est certes fondamental mais ça ne suffira pas, il faut vraiment bouger, marcher, se déplacer, mobiliser son corps et ses articulations afin que les fascias soient hydratés, mais aussi réparés.

>>> Cet article pourrait vous aider : Comment faire 10.000 pas par jour en télétravail ?

Qu'est-ce que la fasciathérapie ?

La fasciapulsologie ou fasciathérapie se pratique aussi et surtout en cabinet avec un fasciathérapeute (médecin, kinésithérapeute ou ostéopathe formés à la méthode). Il s'agit d'une technique indolore basée sur des massages doux et profonds. La fasciathérapie permet de repérer les zones de tension et redonne aux fascias leur souplesse et leur mobilité grâce à des mouvements lents et des pressions douces et ciblées. Une fois que les fascias sont soignés, le corps est libéré de ses blocages, il peut ainsi s'autoréguler et restaurer son équilibre.

Pourquoi consulter un fasciathérapeute ?

La fasciathérapie est là pour vous aider en cas de fasciite, à savoir, une inflammation des fascias, c'est-à-dire, une douleur continue à un endroit bien localisé. Mais un fasciathérapeute s'avère aussi utile si le corps a subi un traumatisme physique ou psychologique. On pourra donc se tourner vers la thérapie des fascias en cas de :

  • entorses
  • fractures
  • tendinites
  • torticolis
  • arthrose
  • lombalgies
  • rhumatismes
  • lumbagos
  • sciatiques
  • mal de dos
  • troubles digestifs (constipations, maux de ventre, syndrome du côlon irritable,etc)
  • maux de tête
  • migraines
  • acouphènes
  • règles douloureuses
  • stress
  • fatigue
  • anxiété
  • burn-out
  • troubles liés à la grossesse (maux de dos, nausées, migraine, etc.) Attention, la fasciathérapie est déconseillée aux femmes enceintes de moins de 3 mois
  • et après l'accouchement (troubles circulatoires, rééducation périnéale, maux de dos, constipation, etc.)
  • troubles physiques liés à une chirurgie ou une chimiothérapie (le kinésithérapeute doit prendre en compte le temps de cicatrisation)

La fasciathérapie est aussi très efficace pour les bébés : 

  • pleurs prolongés
  • troubles digestifs (reflux gastro-esophagien, coliques, etc.)
  • difficultés à téter
  • torticolis congénitaux
  • plagiocéphalites (crâne déformé)
  • problèmes ORL
  • poussées dentaires difficiles

Comment se déroule une séance de fasciathérapie ?

Une séance de fasciathérapie dure en moyenne entre 30 minutes et une heure. Lors de la première séance le praticien réalise un bilan de santé du patient puis un bilan des tensions des fascias. Le patient est alors allongé sur une table de massage. Il réalise ensuite des mouvements lents et des pressions douces et profondes sur les tensions afin d'assouplir, d'étier et de faire glisser les fascias. Tout au long de la séance, le thérapeute demande au patient quel est son ressenti afin que ce dernier prenne bien conscience des réactions de son corps.

En général, les patients ressentent rapidement une diminution de leurs douleurs. Une à trois séances sont suffisantes et une séance coûte entre 50 et 80 euros.

Y a-t-il des effets secondaires ?

On l'a vu, la thérapie des fascias est contre-indiquée en cas de grossesse de moins de 3 mois, mais aussi en cas de phlébite avec suspicion de caillot ou encore si le patient porte un pacemaker et n'a pas d'avis médical.

Concernant les effets secondaires, il n'en existe pas de notoires. Il arrive cependant qu’après la séance on puisse ressentir quelques courbatures ou une grande fatigue. Rien qui n’empêche de sauter le pas pour dire enfin adieu à une douleur !

Parce qu'on a toutes besoin d'aide et de conseils

La fasciathérapie est très efficace,

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach bien-être

Sources : Fasciathérapie - Santé magazine
Fasciathérapie : quels sont ses bienfaits et comment se déroule une séance ? - Femme actuelle

Découvrez aussi les bienfaits des massages sur le corps et sur l'esprit

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici