Maman travaille, 10 conseils de working-girl pour que ça marche

Mis à jour le par Justine Guilhem

Aucune femme ne devrait avoir à choisir entre son bureau et sa famille. Je suis une maman qui travaille, ce n'est pas toujours simple, mais c'est un beau challenge ! En troquant mon sentiment de culpabilité contre de l'organisation, tout est possible. Mes enfants ne se sentent pas délaissés, et j'arrive à m'épanouir professionnellement. Hé oui, Maman travaille et assure ! Découvrez mes 10 astuces pour que ça marche !

Maman travaille, 10 conseils de working-girl pour que ça marche
Sommaire :
« Un bébé, c’est du travail à plein temps pour trois adultes. » - Erica Jong

10 conseils pour combiner sa carrière et son rôle de maman

Ces deux métiers ne sont pas incompatibles…

1. Je commence chaque journée dans la joie et la bonne humeur (enfin, j'essaye)

Un enfant en larmes devant l’école, rien n’est plus culpabilisant. Pour partir l’esprit tranquille, je m’assure que mon petit loup s’est levé assez tôt pour avoir le temps de bien se réveiller (les larmes coulent plus facilement dans les yeux fatigués). S’il se demande ce que je fais pendant qu’il est à l’école, ce que lui va faire de sa journée, ou encore qui viendra le chercher ce soir, je réponds à ses questions. Lui rassuré, je peux entamer positivement ma journée.

> Découvrez comment réduire le stress chez l'enfant

2. Je le surveille grâce à un petit cahier de liaison

Il s’en passe des choses en une journée ! Une montée de fièvre, un repas sauté, une altercation avec des camarades… Grâce à ce carnet de liaison, rien ne passera à la trappe. La maîtresse, la nounou, et moi-même notons tout ce qui a son importance, et ainsi tenir au courant les personnes concernées.

3. Je soigne mes relations avec la nounou 

J’arrive sûrement en retard certains jours, alors je soigne mes relations avec le directeur de l’école, la maîtresse ou le personnel aidant. Les gens sont plus prompts à passer l’éponge avec une maman agréable qu’avec la snob de service. 😇

4. Quand je ramène du boulot à la maison, je vais à l’hôtel

Ou dans un endroit où le calme règne en maître, loin du stress du travail. Cela peut sembler radical, mais pour finir un dossier important, j’ai besoin de me concentrer à 200%. Entre les petits qui ne sont pas loin et les tâches ménagères qui semblent m’appeler, travailler est difficile. Un marathon de 48h de boulot à l’hôtel semble être la solution qui s’impose. Je suis ainsi plus efficace et donc indisponible moins longtemps, reste à s'arranger avec le papa !

5. À ce propos, je prends mes RTT en semaine

Jusqu’à présent, je consacrais mes RTT à mes petits le mercredi après-midi. C’est tout à mon honneur, mais cela ne me permet pas de prendre du temps pour moi et de kiffer des moments seule. Faire du sport, une balade, ou tout simplement me poser à la maison serait bénéfique !

6. Je ne confonds pas télétravail et mode de garde

Travailler tout en surveillant sa petite tête blonde est une belle illusion. Les petits ont un certain talent pour venir gazouiller près du bureau dès qu’ils voient maman. Pour profiter des bienfaits du télétravail, je trouve un vrai mode de garde. Allô, nounou ?

7. Je m’organise

Pour m’éviter du stress inutile, je prends un moment le dimanche et me mets aux fourneaux. Cuisiner des plats en grande quantité et tout congeler me permettra d’être tranquille pour la semaine. Aussi, je ne lésine pas sur les courses avec le Drive ! Cela m'évitera de me lever beaucoup plus tôt, ou de me coucher beaucoup plus tard.

8. Je ne manque pas les moments importants en famille

Au travail, mon agenda est partagé et donc visible par mes collaborateurs et ma secrétaire. Pour éviter toute réunion le jour de la kermesse de l’école, je précise dans mon planning que j’ai un « rendez-vous » Sans m’étaler sur le contenu, je fais comprendre mon indisponibilité.

9. Je remercie ma famille

Puisque le travail prend beaucoup de place, autant le faire déborder de façon positive dans ma vie personnelle. Célébrer mes réussites en famille lors d’un dîner au restaurant ou d’une soirée festive est une bonne façon de remercier ma tribu pour le rôle qu’ils jouent dans mes succès !

10. Je ne néglige pas mon couple

Dans cette tempête qu’est mon quotidien, je n’oublie pas qu’en plus d’être une maman hyperactive et une working-girl, je suis aussi une épouse. S’octroyer des week-ends sans les enfants fera le plus grand bien à notre duo. C’est essentiel pour être un couple qui dure. Et puis, tout est lié, la vie de famille ne fonctionne pas si les parents ne forment pas une équipe solide qui s’aident mutuellement !

L’avis de la rédaction : déculpabilisez !

Dans notre société, les femmes portent encore la charge mentale de l'écartèlement entre la vie professionnelle et la vie familiale. Pourtant, il faut accepter que l’on ait une vie de femme, une carrière, une vie sociale et des enfants. Arrêtons avec cette idée qu’une mère qui travaille beaucoup est absente. Même si parfois les horaires sont compliqués, il faut l’assumer, et expliquer aux enfants pourquoi nous ne sommes pas là. Une absence justifiée déculpabilise ! L’attention donnée à l’enfant importe plus que le temps. Certains parents ne sont peut-être pas beaucoup là, mais quand ils le sont, ils sont pleinement présents. Pour déculpabiliser davantage, il faut accepter de partager et que tout ne soit pas parfait, alors Mesdames, déléguez ! Enfin, voir ses parents épanouis, est bénéfique pour l'enfant. Un garçon dont la mère travaille aura une meilleure attitude envers les femmes plus tard. Et dans les yeux d’une petite fille, maman sera un exemple de réalisation.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psy

*Source : madamelefigaro.fr

On peut aussi craindre que sa carrière soit remise en question... par son couple ! Découvrez comment travailler en couple, pour le meilleur ou pour le pire ?

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube