Top 15 des croyances limitantes les plus courantes

Mis à jour le par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

« J’ai toujours été comme-ci », « je suis trop comme ça », « je ne suis pas capable de...»... En vous fiant à vos croyances limitantes, vous vous condamnez à la médiocrité. Ces phrases assassines, vous freinent dans vos initiatives et vous empêchent d’être vous-même. Bien que chacune ait son vécu, souvent les mêmes pensées reviennent. Découvrez les 15 croyances limitantes les plus courantes, vous allez peut-être vous reconnaître (et enfin ouvrir les yeux !)

Top 15 des croyances limitantes les plus courantes

Sommaire :

Les 15 croyances limitantes les plus courantes

« Nous sommes ce que nous pensons. Avec nos pensées, nous bâtissons notre monde .»  Bouddha

Savez-vous identifier vos croyances limitantes

1. Je suis trop vieille pour apprendre

Comme si l’apprentissage n’était lié qu’aux études... Au contraire, une fois adulte, je suis libre d’approfondir mes connaissances dans un domaine qui me plaît. Il n’est jamais trop tard pour se découvrir un nouveau centre d’intérêt. Et de façon plus large, la vie est un apprentissage constant, elle nous offre la possibilité de voir nos expériences ou nos échecs comme des leçons. 👉 Découvrez 11 citations qui vous feront apprécier l’échec

2. On ne me changera pas

Pourquoi tant de rigidité ? Il n’est jamais trop tard pour devenir la personne que je rêve d’être, alors j’arrête de m’enfermer dans une vie qui me déplaît.

3. Trop bonne, trop c*nne

Malgré les idées reçues, la gentillesse n'est pas un signe de faiblesse, mais l'un des meilleurs moyens pour se faire entendre et respecter. Il faut simplement apprendre à dire non pour ne pas être une bonne poire.

4. La vie est dure

Seulement si je vois le verre à moitié vide et que faire des efforts ne fait pas partie de mon  vocabulaire.

5. Je ne peux pas tout avoir

Mais je peux me battre pour avoir ce que je veux, et apprécier ce que j’ai en attendant.

6. Pour que l’on m’aime, je dois faire plaisir aux autres

Et pourtant je ne leur dois rien. Soit ils m’aiment pour qui je suis, soit nous ne sommes pas faits pour être ensemble.

7. L’enfer, c’est les autres

Si je suis cette logique, du point de vue d’un autre je serai moi aussi l’enfer de quelqu’un ? Étrangement je n’avais jamais vu les choses comme ça. Comme quoi changer de point de vue peut être instructif.

8. Les autres sont meilleurs que moi

Et si j’abandonnais la mauvaise habitude de ne voir que le positif chez les autres et le négatif chez moi ? 👉 7 choses que je gagne en arrêtant de me comparer aux autres

9. Les autres vont me juger

En plus, je ne suis pas le centre de leur monde ! Si j’apprenais à développer ma confiance en moi, à moins de craindre le regard des autres, je serai plus spontanée.

10. Le changement, c’est dangereux

On sait ce qu’on perd mais pas ce qu’on trouve… Heureusement que je ne me suis pas dit ça étant enfant, je n’aurais jamais grandi et évolué. Pourtant, le changement fait partie de la vie et nous fait parfois faire de belles découvertes !

> Découvrez 9 bonnes raisons d’aimer sa zone de confort.

11. C’est trop beau pour être vrai

Et si j’acceptais que le bonheur n’arrive pas qu’aux autres ?

12. Je n’ai pas le droit à l’erreur

Comme si se mettre la pression était le meilleur moyen de réussir un projet…Une erreur est une erreur si je n’apprends rien.

13. Il faut souffrir pour être belle

Cette phrase, devenue banale dans ma vie de femme, est en réalité une excuse. Je peux très bien être belle sans souffrir. Si je souffre, c’est par crainte de ne pas répondre aux standards de beauté que je m’impose.

14. Je suis trop timide

Même si cela me demande de sortir de ma zone de confort, il existe de nombreux moyens pour vaincre ma timidité. Je n’hésite pas à me renseigner au lieu de me cacher derrière cette excuse.

15. Je ne suis pas capable

Je ne m’en rends pas forcément compte, et pourtant j’ai déjà réalisé de nombreux challenges. Alors oui, je suis capable ! J’ai juste un petit effort à fournir.


À vous de jouer !

liste

À vous de faire la liste de vos pensées limitantes ! Si besoin, notez sur 10 à combien vous y croyez. Puis prenez du recul, et voyez à quel point ces croyances sont légitimes et crédibles.


L’avis de la rédaction : interrogez vos croyances limitantes

Emma Scali, psychopraticienne intégrative explique que « nous ne sommes faits que de croyances et personne n’a accès à la vérité absolue, pas même les scientifiques ». « Ces croyances nous empêchent d’accéder à notre plein potentiel », précise l’experte en rappelant que ces dernières sont héritées, à partir de ce que l’on nous a appris, ou à partir de notre expérience. En résumé, on fait dépendre notre futur de notre passé. Mais il n’est pas trop tard pour agir dans le présent ! 

Voici quelques pistes :

• Après avoir identifié la ou les croyance(s) interrogez-les.

• Puis, cherchez des exemples inspirants pour trouver des bonnes raisons d’y croire.

• Ensuite, visualisez votre réussite.

• Il est temps de passer à l’action pour les déconstruire !

• Le tout en relativisant 😉

Nous espérons que ces quelques pistes vous aideront à travailler sur vos pensées limitantes mais nous ne saurions que trop vous conseiller de vous faire accompagner par un psychologue. Souvent ces pensées sont ancrées très profondément, depuis des années, qu'il est difficile de sortir de ce schéma. 👉 Un psychologue vous aidera à prendre conscience de ces pensées, les identifier et les éliminer. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psy

*Source : marieclaire.fr 

Prochaine étape, découvrez comment exterminer ces pensées limitantes.

Article proposé par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Quiet quitting : quand le travail est un désenchantement…

Partir du travail à la seconde près, ne plus s’investir dans de nouveaux projets, montrer une certaine lassitude… Je pense qu’on a toutes vu un jour, une personne de notre entourage ou un.e collègue se comporter comme ça au travail. Peut-être même que cette personne, c'est nous et qu'on n'est plus vraiment dans notre travail. Cela s’appelle le “quiet quitting” et c’est un phénomène exponentiel. Qu’est-ce que c’est exactement ? Pourquoi ça touche de plus en plus de gens ? Explications.

Empowerment : prenez le pouvoir !

Je ne sais pas vous, mais moi, chaque jour j'ai l'impression que de nouveaux mots font surface. À mesure que le monde se transforme et évolue, notre vocabulaire s'enrichit, ou tout du moins tente de s'enrichir. Parce qu'il est vrai que si on voit très souvent de nouveaux mots poindre, on ne sait pas toujours exactement ce qu’ils définissent. Celui qui m'intéresse aujourd'hui c'est l'empowerment. Si vous êtes prêtes à prendre le pouvoir, vous allez adorer cet anglicisme !

L’éducation non genrée, est-ce vraiment possible ?

Les filles aiment le rose, jouer aux poupées et sont nulles en maths. Les garçons aiment la guerre, jouer aux foots et ne pleurent jamais. N’importe qui a déjà été confronté à ces stéréotypes et ce, à peine sorti du berceau. N'est-ce pas insupportable ? Je sais que, lorsqu’on n’a pas d’enfants, on est rempli de principes, mais s’il y a bien une chose que je veux faire, c’est une éducation non genrée avec mes (futurs) enfants. Mais est-ce vraiment possible dans notre société patriarcale ? Comment échapper à ses clichés qui ont des conséquences néfastes sur les enfants ? Explication.

Le blurring, quand la journée de travail ne s'arrête jamais…

"Tiens, si je répondais à ce mail ? Bon OK, il est 21h mais ce n'est pas grave. Ah, puis je vais jeter un œil à ce dossier aussi...". Lorsque j’étais à mon compte, j’avais la fâcheuse tendance à vouloir travailler tout le temps. Je n’avais pas vraiment de journée de travail, mais mon excuse, c’était le métier-passion. En revanche, lorsque la journée de travail ne s’arrête jamais quand on est salarié, cela s’appelle du “blurring”. La frontière entre vie pro et perso devient alors floue et c’est le début de l’épuisement professionnel...

Faire sonner son réveil plusieurs fois, une bien mauvaise idée…

Tous les matins j’appuis sur la fonction “snooze” de mon réveil. Eh oui, comme des milliers de Français, je ne suis pas du matin ! Je suis plutôt un oiseau de nuit, alors il est toujours difficile de me réveiller à une heure fixe. Cependant, je me réveille toujours plus fatiguée et la fonction “snooze” participerait à cela… En effet, faire sonner son réveil plusieurs fois serait très mauvais pour la santé, selon une étude australienne. Penchons-nous sur le problème.

Le stalking, un harcèlement obsessionnel dangereux

Sur les réseaux sociaux comme sur Facebook ou sur Instagram, qui n'a jamais espionné un(e) ami(e) ? Un ex. ? 👀 Où est-il/elle ? Nous sommes tous plus ou moins stalker ! L'art de traquer sur les réseaux sociaux ou dans la vie réelle porte un nom : le stalking. Apprenez-en plus sur ce harcèlement qui fait de plus en plus de victimes.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici