Repérer et exterminer les pensées limitantes, c'est important

Mis à jour le par Emilie Potenciano

Sky is the limite… Or not ! Comment en finir avec les croyances limitantes ? Nous en avons tous, ce sont ces pensées qui nous empêchent d’avancer à cause d’un pré-conditionnement. Des croyances infondées dont nous avons fait notre vérité. "Je suis nulle en maths", "je n'ai jamais de chance", ça vous parle ? Explications.

Repérer et exterminer les pensées limitantes, c'est important

Je vous aide. Elles sont souvent formulées avec les adverbes « toujours » et « jamais ». Exemple : « De toute façon, je n’ai jamais de chance ». Une simple phrase qui, bien ancrée dans votre tête, vous empêche de vous lancer dans bon nombre d’aventures. Parfois, vous vous limitez également quand vous vous déclarez « trop comme ceci » ou « pas assez comme cela » pour mener à bien une activité. Tout cela peut paraître anodin, on finit par s’y habituer, à composer avec, et c’est là le danger : la croyance limitante est très sournoise.

🤫 Pas de panique, il est tout à fait possible de s’en débarrasser, voici 2 points clés :  Identifier ces croyances limitantes - Apprendre à s’en débarrasser  

Faites l’état des lieux !

1. Identifiez vos croyances limitantes

Identifiez celles qui s’érigent devant vous, et qui vous empêchent de vous réaliser. Choisissez-en une, et demandez-vous pourquoi vous pensez ça ? Car oui parfois nous nous cachons derrière ces croyances pour nous épargner un refus ou une déception. Libre à vous de juger, si cela en fait un bénéfice.

On vous aide 👉 Top 15 des croyances limitantes les plus courantes - 6 astuces pour identifier les pensées limitantes.

2. Identifiez ce qu’elles vous ont empêché de faire

Maintenant, attribuez à cette même croyance ce qu’elle vous a empêché de réaliser par le passé, et encore aujourd’hui. Les opportunités que vous n’avez pas saisies, ce que vous n’avez pas osé dire ou faire.

3. Faites le bilan : cette croyance limitante vaut-elle vraiment le coup ?

Est-ce que le bénéfice tiré de l’abandon du projet est plus favorable que la satisfaction que vous auriez pu obtenir en allant jusqu’au bout ? Vous pouvez tout à fait décider du sort de cette croyance ! Si vous le souhaitez, vous pouvez poursuivre votre chemin avec dans chacune de vos semelles, cette croyance un peu rabat-joie, c’est ce que l’on nomme « l’acceptation de soi ». Ce n’est pas un mal non, mais si et seulement si, il s’agit d’une décision que vous prenez en conscience car c’est à vous, et seulement à vous, de choisir vos croyances.

Parfois, par exemple, on hérite d’une croyance qui ne nous appartient pas. Une croyance venue de nos parents, voire grands-parents et comme nous l’avons toujours plus ou moins entendue, nous avons appris à composer avec sans nous poser davantage de questions.

Comment se débarrasser de ces pensées limitantes ?

Avez-vous seulement pensé que vous pouviez la faire voler en éclat ? Oui, vous pouvez choisir de tordre le cou à une croyance limitante, et voici comment y parvenir.

1. Choisissez votre pensée limitante

👉 Ex. le travail est toujours pénible.

2. Demandez-vous s’il y a des cas où cette affirmation n’est pas avérée

👉 Ex. Certaines personnes s’épanouissent au travail.

A vous maintenant de nuancer, et de reformuler votre pensée en une croyance aidante.

👉 Ex. Le travail est parfois pénible MAIS il peut être source d’épanouissement.

3. Ancrez de nouvelles croyances positives

Maintenant demandez-vous, alors que vous venez d’abattre les obstacles liés à votre précédente croyance, quelles actions vous allez désormais pouvoir réaliser. Ancrez votre nouvelle croyance, en notant toutes les réponses qui vous viennent en tête. Sortez votre to do list et définissez votre calendrier, à vous de jouer !

L'avis de la rédaction : des croyances ancrées profondément en nous

Des croyances limitantes, nous en avons toutes mais il n'est pas toujours facile de les repérer tant elles sont ancrées profondément en nous. Elles sont en nous depuis tellement longtemps que nous ne les questionnons pas. Ces croyances négatives sur nous-mêmes finissent par nous emprisonner et nous empêcher de faire de belles choses, c'est pourquoi il est important de les repérer et de les éteindre. N'hésitez pas à prendre rendez-vous avec un psychologue afin de réaliser ce travail ensemble. 

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue


Plus de conseils en vidéo

null

Article proposé par Emilie Potenciano

Mon rêve de bonheur : toujours croire que tout est possible.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube