6 astuces pour identifier les pensées limitantes qui vous gâchent la vie

Mis à jour le par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

« Je n’y arriverai jamais», « Je n’ai aucun talent » … STOP ! Que font ces pensées dans ma tête ? Qui les a mises là ? Si je les ai autorisées à s'installer étant enfant, il est temps de m’en débarrasser pour m’épanouir et retrouver confiance. Ces phrases assassines ne détruiront plus mon potentiel ou mon bonheur, car je vais les identifier pour mieux les exterminer. Voici 6 astuces pour les repérer.

6 astuces pour identifier les pensées limitantes qui vous gâchent la vie
Sommaire :

6 astuces pour reconnaître ces croyances qui nous freinent

Je vous vois…

1. Je reconnais une phrase négative quand j’en vois une

Vous voulez savoir où chercher ? Sachez qu’il existe trois grandes familles de pensées limitantes. Elles expriment soit :

  • Le désespoir avec des phrases comme « De toute façon, rien ne changera jamais », « Les choses sont comme elles sont… »
  • L’impuissance qui se fait ressentir dès que l’on se dit « Je ne pourrais rien y faire », « Je ne suis pas doué pour cette tâche », « Je n’ai pas la force d’y arriver »
  • La dévalorisation à chaque fois que l’on se répète « Je ne mérite pas de réussir », « Les autres sont meilleurs que moi », « Fais-le à ma place »

personnes se cachant les yeux

« Nos croyances peuvent tuer notre potentiel… ou le décupler. » 

2. Je cherche du côté de mes croyances

Celles qui sont ancrées en moi, parce que je me suis basée sur une expérience isolée et que j’en ai fait une généralité. Pour identifier ces vérités biaisées, je peux aussi procéder par catégorie. Ces dernières peuvent concerner :

  • L’amour et les relations : à chaque fois que je pense que les personnes intéressantes ne sont jamais libres, ou que montrer ses sentiments fait de moi une personne faible
  • Le travail, la réussite et le succès quand je me dis qu'uniquement les autres y ont droit, ou que le travail est toujours une corvée
  • L’argent : lorsque je me dis que tous les gens riches sont malhonnêtes ou que l’argent ne fait pas le bonheur
  • La santé, le droit au bonheur, l’accomplissement de soi : dès que je m’imagine que je serai aimée seulement si j’agis dans le sens des autres

En listant toutes les choses qui me viennent à l’esprit de manière automatique quand on évoque un sujet, je mets le doigt sur mes pensées limitantes. La plupart du temps, elles se trahissent car concernent toutes les phrases qui commencent par « C’est toujours… » « Je suis trop/pas assez… »

3. Je prends du recul sur ma vie

Je repense à toutes les frustrations que j’ai connues, qu’elles concernent mon bien-être au travail ou mes relations. Je me remémore aussi toutes les fois où j’ai manqué la réussite, quel que soit le domaine. Revivre la scène va m’aider à l’analyser, et c’est instinctivement que mes croyances limitantes vont se remettre en action. Sauf que cette fois-ci, je les attends de pied ferme, prête à les démasquer.  

4. Je fouille dans mon passé

Le plus souvent, ce sont nos parents, nos professeurs, et tous ceux qui étaient censés nous apprendre la vie, qui nous ont collé ces pensées limitantes. Souvenez-vous, qu’est-ce que ces gens disaient à propos de vous ? Si cela ressemble étrangement aux mauvais jugements que vous portez sur vous-même, alors vous êtes sur la bonne voie.

5. Je sais qui je suis

Sans quoi tout le travail sera faussé. Je dois être honnête envers moi-même, et capter ma véritable personnalité, mon essence propre, pas le rôle que j’ai envie de jouer en société. Les croyances limitantes sont reconnaissables car elles m’empêchent d’être moi-même, de cultiver mes forces et de m’exprimer en restant intègre.

6. Une fois que je pense en tenir une, j’approfondis pour confirmer le diagnostic

Est-ce que le fond de mes pensées me freine ? Pour le savoir je me pose les questions suivantes :

  • De qui est-ce que je tiens cette croyance ? Est-ce que cette personne est fiable ? Est-ce un modèle pour moi ?
  • Qu’est-ce qu’il y a de ridicule ou d’absurde dans cette croyance ?
  • Quelles sont les conséquences sur émotionnelles actuelles ?
  • En quoi cette croyance affecte mes relations avec les autres ?
  • Qu’est-ce que peut me coûter cette croyance à long terme ?

femme questionne

Devenir conscient de nos mécanismes, est la première marche vers la libération. Grâce à mes réponses je serai vite fixée !

L'avis de la rédaction : nos pensées peuvent être aussi constructrices que destructrices

Comme l'a dit Bouddha "Nous sommes ce que nous pensons, et avec nos pensées nous bâtissons notre monde."  Le psychologue Aoutif Robert confirme ces dires et explique que nos croyances brident notre potentiel. Freins et blocages trouvent souvent racine dans notre éducation, dans notre entourage, dans la généralisation de nos expériences passées négatives ou douloureuses, dans l'interprétation de nos échecs. Avant de s'en libérer, il faut les identifier. Prendre conscience de ses pensées limitantes, c'est changer son regard sur une situation. Nos croyances en nos forces et nos faiblesses, en nos capacités ou incapacités, ont du pouvoir. Nous détruire ou nous construire, c'est à vous de choisir ! Pour vous retrouver, il suffit dans un premier temps de faire taire cette petite voix. Maintenant que vous êtes conscient, vous seul avez le contrôle.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un psychologue

*Source : psytherapieparis.fr

Vous avez aimé cet article ? Alors vous allez adorer : 

Article proposé par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Les commentaires

Cet article est simple et remarquablement conduit. Simple. dans sa lecture, conçus dans sa présentation des possibles et les solutions pour approcher une sortie de ces traumatismes Remarquable pas la proposition de solution accessibles aisément quand on a fait un parcours d’Analyse et que l’on appréhende le chemin des solutions préconisées. Merci

Nos derniers articles

On récolte ce que l'on sème, est-ce toujours vrai ?

Pour moi, cette expression a toujours sonné comme quelque chose de négatif. Comme une punition. Je l'entendais comme une menace : "si tu sèmes de mauvaises graines, tu n'auras qu'une mauvaise récolte." Sans doute quelque chose en moi pensait n'avoir rien de bon à semer. Des années plus tard, je comprends enfin que non seulement que récolter ce que l'on sème, ça peut être très positif, mais quand plus, il vaudrait mieux que ça le soit, parce que visiblement, on récolte TOUJOURS ce que l'on sème.

Pourquoi je me sens toujours coupable ? Comment arrêter ?

Le sentiment de culpabilité vous ronge, alors que vous n’avez rien fait de mal. Vous avez souvent l'impression que c'est de votre faute, que vous auriez pu agir différemment, en faire plus, etc. Pourquoi vous blâmez-vous alors que vous êtes innocent ? Comment arrêter de vous auto-flageller sans raison ? On vous explique tout !

9 podcasts érotiques pour faire grimper la température 🔥

Le porno n’a jamais trop été ma tasse de thé. En revanche, j’ai découvert les podcasts érotiques et je dois avouer que ça m’a plu ! Déjà, parce qu’ils sortent du schéma classique très hétéronormé, on explore des points de vue érotiques pour les femmes, pour les personnes LGBTQ+, etc. On retrouve des témoignages, des fictions, des jeux de rôles… Chacun peut vraiment y trouver son compte ! Donc enfilez vos écouteurs et préparez-vous à découvrir des moments auditifs qui vont faire grimper la température !

Je n'ai pas d'amis... Pourquoi ? Est-ce que c'est grave ?

Non pas que je passe mes journées seule, dans mon coin, sans décrocher un mot. J'ai bien deux ou trois personnes à appeler si je veux sortir boire un verre, mais je n'ai pas d'amis. Pas de "deuxième famille" comme on dit. Est-ce volontaire ? Est-ce qu'un trop mauvais caractère repousse tous ceux qui m'approchent ? Ou tout simplement la vie, qui nous éloigne de certaines personnes lorsqu'on grandit ? Je n'ai pas d'amis, est-ce vraiment grave ?

Je ne supporte pas les enfants de mon conjoint, au secours !

Vous avez enfin trouvé l'homme idéal. Il correspond à toutes vos attentes et votre bonheur serait total si seulement... il n'avait pas ses enfants que vous ne supportez pas ! 😤 Pour certains c'est un sujet tabou, mais pour vous, ce rôle de belle-mère est une plaie. Véritables monstres, ils vous insultent ou vous ignorent et c'est mal, mais ses enfants vous ne les aimez pas pire, vous les détestez et vous prenez à rêver d'une vie dans laquelle ils n'existeraient pas ("et si on partait vivre à l'étranger ?"). Tatata on se reprend, belle-mère ou marâtre, on a le droit au bonheur amoureux !

La météo intérieure, un exercice simple et très éclairant

Vers la fin de l'adolescence, j'avais inventé un jeu de mots, avec une partie de mon prénom, que j'écrivais très souvent : Lau rage ⛈️. Très colérique, je trouvais que cette combinaison me correspondait parfaitement. Ça grondait, ça éclatait en moi. C'était l'orage. Sans le savoir encore, je faisais état de ma météo intérieure. La métaphore la plus efficace pour faire le point sur ses émotions.

Votre horoscope directement chez vous

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici