Quels sont les troubles autistiques chez l’adulte ?

Mis à jour le par Camille Lenglet

TSA, TED, Aspie... Des termes qui ont de quoi nous perdre lorsqu’on entend parler d’autisme, ou plutôt, de troubles autistiques. Il est difficile de s’y retrouver et de comprendre tous ces troubles du spectre autistique. Quels sont donc les différents types d’autisme ? Comment les détecter chez un adulte qui n’a pas été diagnostiqué dans son enfance ? Autant de questions qu’on peut se poser sur l’autisme, qui affecte le développement de la communication, les interactions sociales, etc. Explications.

Quels sont les troubles autistiques chez l’adulte ?
Sommaire : 

Qu’est-ce que sont les troubles autistiques ?

TSA, TED, Aspie, … Comment s’y retrouver ?

Les “troubles autistiques” sont considérés comme un spectre (un ensemble) de troubles du développement neurologique. On les appelle donc TSA (troubles du spectre autistique) ou TED (trouble envahissant du développement). Leur manifestation varie considérablement d’une personne à l’autre, n’ayant pas la même forme et la même gravité. Dans l’ensemble des TSA, on peut retrouver différentes affections :

  • Syndrome d’Asperger : forme la plus légère d’autisme sans déficience intellectuelle, c’est aussi la plus répandue.
  • Syndrome de Rett : trouble génétique distinct avec perte du langage et l’arrêt développement psychomoteur.
  • Autisme infantile : TSA qui apparaît avant 3 ans avec des gros troubles de la communication et avec des comportements répétitifs accompagnés de troubles du sommeil et de l’alimentation.
  • Autisme atypique, aussi appelé, “Trouble envahissant du comportement non spécifié” (TED-ns) : qui débute plus tardivement et qui ne répond pas à l’ensemble des critères du TSA. Il est souvent associé à des troubles envahissants du développement.

⚠️ Attention, il faut faire la distinction entre TSA et déficit intellectuel, bien que beaucoup de personnes autistes souffrent des deux (sauf pour le syndrome d’Asperger).

Les causes du TSA

Il est difficile de connaître précisément les causes des troubles du spectre autistique. Bien qu’elles soient souvent liées à des facteurs génétiques, un parent atteint de TSA aura plus de risques d’avoir un enfant lui-même atteint. D’autres anomalies génétiques peuvent être associées à l’autisme, comme le syndrome de Down (aussi appelé Trisomie 21).

➜ Il est important de souligner que les TSA ne sont pas une maladie psychique mais bien des troubles du développement au niveau de la formation et du fonctionnement du cerveau.

Comment détecter les troubles autistiques chez les adultes ?

L’idéal est de détecter les troubles autistiques dès l’enfance. Ils sont, en effet, plus complexes à diagnostiquer chez l’adulte. Cependant, la réalité est que beaucoup de personnes ont une manifestation de l’autisme plus légère, comme avec le syndrome d’Asperger. Elles réussissent à camoufler leur difficulté et à se fondre dans la masse pour s’adapter au mieux, voilà pourquoi il est plus complexe de les identifier. Il y a néanmoins des signes qui ne trompent pas et des comportements qui peuvent indiquer si l’adulte a des troubles du spectre autistique. En voici quelques-uns :

  • Difficulté à regarder dans les yeux, malaise pendant les conversations,
  • Grande timidité,
  • Phobie sociale, évite les foules, et les bruits forts,
  • Confusion des signaux sociaux et du langage corporel,
  • Mauvaise intégration à l’école,
  • Difficulté à suivre les normes sociales,
  • Peu de flexibilité,
  • Peu d’amis et des difficultés à maintenir les relations amicales,
  • Problème d’expression, impossibilité d’exprimer ses sentiments et émotions,
  • Peu de domaines d’intérêt,
  • Intelligence moyenne ou supérieure,
  • Rigidité : donne beaucoup d’importance aux routines, les changements angoissent,
  • Anxiété généralisée,
  • Dépression,
  • Comportements répétitifs,
  • Problèmes sensoriels, de léger à sévère,
  • Maladresse, manque de coordination.

Le diagnostic des troubles autistiques

Comment se faire détecter ?

Comme dit précédemment, il est plus simple de faire une observation attentive d'un enfant que d'un adulte. Généralement, l’enfant est placé dans un contexte de jeu et il doit dialoguer avec ses parents.

Pour un adulte, le diagnostic se passe autrement puisque c’est à la personne de prendre rendez-vous pour un examen clinique fait par un médecin. Un bilan fonctionnel doit se faire en simultané pour observer les comportements. Celui-ci est réalisé par un psychologue (analyse du comportement), un orthophoniste (analyse de la communication et langage), un psychomotricien (analyse psychomotrice).

🔍 Au besoin, une recherche d'autres troubles peut être effectuée pour identifier des maladies associées à l’autisme (troubles du sommeil, auditifs, neurologiques, etc.).

Prise en charge des troubles autistiques

Comme pour les enfants, les troubles autistiques varient d’une personne à l’autre. Il est important de consulter un professionnel de santé qui pourra orienter la personne suivant la forme d’autisme. Avoir une prise en charge individualisée et personnalisée est nécessaire ! Généralement, les formes d’autisme graves sont détectées dès l’enfance, l’accompagnement est depuis longtemps mis en place. Mais pour les personnes atteintes d’une forme plus légère, comme le syndrome d'Asperger, cela peut être plus compliqué à déceler. Il ne faut donc pas attendre de se faire diagnostiquer pour pouvoir mettre en place des solutions adaptées qui accompagnent au mieux la personne souffrant de troubles autistiques.

L'avis de la rédaction : prenez rendez-vous !

Vous l'avez compris, il existe plusieurs troubles autistiques et les déceler n'est pas toujours évident, surtout à l'âge adulte. Si vous pensez en  être atteinte ou avoir une personne dans votre entourage qui n'a pas été diagnostiquée dans l'enfance, prenez rendez-vous avec un professionnel de santé. 

Contacter un psychologue

Mais aussi :

Source : msdmanuals.com

Article proposé par Camille Lenglet

⭐ Mon rêve de bonheur : Me sentir libre dans ce que je fais.

Nos derniers articles

Votre couple va-t-il durer ? Les 6 questions que vous devez vous poser

Selon les Rita Mitsouko, "les histoires d'amour finissent mal... en général". Bon OK, mais ça ne veut pas dire que nous n'avons pas envie de passer un peu plus de bon temps à deux. Mais pour que ce soit vraiment du bon temps, encore faut-il être sûre que cette relation vaut le coup… Et pour savoir si c'est le grand amour, il y a quelques questions à se poser.

Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur l'importance de couper le cordon avec sa mère

Vous êtes toujours à l’écoute, toujours là quand ça ne va pas, en somme la parfaite mère exemplaire ! Mais attention, ce surplus d’attention peut nuire à votre enfant (adulte !). Trop le/la materner alors qu’il/elle devient un·e jeune adulte peut freiner son développement personnel. Mais pourquoi est-ce si difficile de couper de cordon ? Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur le sujet.

La peur d'aimer : d'où vient-elle ? Comment la surmonter ?

En amour, il est rarement question de certitudes. Et quand on sait qu’un mariage sur deux se termine en divorce, pas étonnant que la peur d’aimer soit un mal de plus en plus courant. Cette peur cache des angoisses profondes et peut devenir handicapante. C'est la raison pour laquelle il est important de s'en libérer, mais pour vaincre ses peurs, il faut bien les connaître. Découvrez raisons qui font que vous avez peur d'aimer et comment vous en débarrasser pour donner une chance à vos relations.

Psychologie positive : Qu’est-ce que c’est ? Est-elle sans danger ?

Lorsqu’on décide de commencer un suivi psychologique, c’est généralement pour soigner des blessures. On se tourne vers notre passé pour comprendre ce qui nous entrave et plus globalement, ce qui nous rend malheureuse. On peut appeler la psychologique traditionnelle en opposition à la psychologique positive. Cette dernière est une autre approche visant à cultiver le bonheur. Bien sûr, elle est tout aussi légitime que sa consœur. Alors qu’est-ce que c’est exactement ? En quoi peut-elle nous aider ? Explications.

Pourquoi me voit-on comme une gamine dans ma famille ? Ras-le-bol de l’infantilisation !

J’ai bientôt 32 ans et pourtant, dans ma famille, je suis toujours traitée comme une enfant. On m’infantilise en critiquant mes choix, qu’ils soient importants ou insignifiants… Mais aussi, on me dit quoi faire, sans que cela soit un conseil, il s’agit vraiment d’une marche à suivre. Néanmoins, je me considère assez grande pour pouvoir faire mes propres choix et agir comme je le souhaite ! Pourquoi suis-je traité comme cela ? Comment sortir de l’infantilisation par nos parents, notre famille et, voire, par notre belle-famille ? Élément de réponse.

Limérence, quand aimer devient envahissant et obsessionnel...

Tout le monde tombe amoureux·se. C’est un sentiment merveilleux dans la plupart des cas, mais il peut parfois nous dépasser et se transformer en obsession. En effet, il y a un état psychologique lié à l’amour qui procure beaucoup de souffrance. Cela s’appelle la limérence ! Qu’est-ce que c’est exactement ? Quelles sont les causes ? Est-il possible d’en guérir ? Quand aimer devient obsessionnel… On vous explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Fleur au Vent 16 🌸 Cultiver l’élan du renouveau avec Anne-Fleur Saraux

4 avril · Wengood

10:52


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube