Canicross : 6 conseils pour courir avec son chien

Mis à jour le par Emilie Potenciano

En plus de vous permettre de prendre soin de votre santé et de celle de votre chien, le Canicross est l’activité idéale pour renforcer votre complicité. Mais que vous soyez déjà adepte du running ou non, cette course en équipe demande une préparation spécifique pour vous et votre chien. De toutes nouvelles sensations et de nouvelles habitudes à mettre en place. 🐕

Canicross : 6 conseils pour courir avec son chien

Voici quelques conseils pour vous aider à profiter pleinement de cette nouvelle activité. 

A quel âge commencer ?

🐶 Même si votre chiot vous fait les yeux doux, il faudra vous armer d’un peu de patience avant de vous lancer car il est important d’attendre que votre chien ait terminé sa croissance, soit généralement quand il a atteint l’âge de 12 mois. C’est d’ailleurs l’âge minimum exigé pour s’inscrire au Canicross de compétition.

Toutefois comme avant toute compétition, il faut bien une préparation, il est donc possible de démarrer un peu plus tôt, vers l’âge de 10 mois, en course modérée seulement et sans traction pour éviter de futurs problèmes de dos à votre chien. Mais que votre chien ait 12 mois ou qu’il soit plus âgé, on démarrera toujours très progressivement !

Quelle surface privilégier ?

Majoritairement les surfaces molles. Toutefois il n’est pas exclu pour nos amis citadins d’inclure un peu de surface dure comme le macadam, sauf par temps chaud et bien sûr d’une durée et distance modérées. Cela permettra de tanner naturellement les coussinets de votre chien, le protégeant ainsi de coupures, ou de blessures liées à des coussinets sensibles.

Distance et fréquence

On y va tranquillement et toujours très progressivement. Démarrez par de courtes distances, 1 fois par semaine. Vous pourrez augmenter ensuite peu à peu, quand vous sentirez que votre chien en a encore sous la patte et vous sous le pied ! Comme pour nous, l’entraînement progressif est primordial. Il permet de renforcer les muscles de votre chien sans risquer la blessure, et d’améliorer son endurance sans danger.


Important :

 Prenez toujours en compte les capacités physiques de votre chien. C’est vous, qui devez-vous adapter à sa course, et non l’inverse. C’est une course en équipe ! S’il montre des signes de fatigue, mettez fin immédiatement à la sortie.


En libre ou en traction ?

Pour débuter, préférez en liberté. Cela lui permettra de s’habituer à courir avec quelqu’un, et vous de commencer à l’éduquer à ce qu’il peut faire ou ne pas faire, l’occasion parfaite pour lui d'apprendre le sens du mot « STOP » qui pourra vous servir en maintes occasions. Privilégiez pour cette phase d’apprentissage les lieux peu fréquentés avec peu de distraction.

Ensuite quand vous vous sentez tous les deux prêts : la traction. Il se peut que le chien ne comprenne pas immédiatement le principe de partir devant pendant que vous le suivez. Si c’est le cas, vous pouvez par exemple vous faire accompagner d’une autre personne à vélo qui lui servira de lièvre.

Si votre compagnon a un ami qui pratique déjà le Canicross, n’hésitez pas à le convier à vos balades avec son maître. Il servira d’exemple à votre chien. Important : Il faut impérativement que votre chien s’entende bien avec lui. Enfin, si vous n’avez aucune de ces 2 possibilités, vous pouvez également vous inscrire à un club de Canicross. En voyant ses camarades faire il aura vite fait de comprendre le principe.

L’équipement

Il est important de bien s’équiper pour profiter pleinement et en toute sécurité de votre activité. Pour cela il y a 3 accessoires indispensables :

  • Le harnais pour chien : il répartit la force de traction.
  • La laisse amortisseur appelée aussi Ligne de trait : elle absorbe les chocs.
  • La Ceinture Canicross : elle amortit les chocs et protège le bas du dos des à-coups.

Apprendre les directions à son compagnon

Au début, pour lui faciliter la tâche, travaillez sur une seule direction à la fois. Vous pouvez par exemple, crier gauche ou droite en donnant l’information simultanément avec la ligne de trait. S’il a bon, félicitez-le exagérément à l’oral, il finira par comprendre. Pas de récompense sous forme de friandise pendant la course pour la même raison qui fait que l’on attend la fin de la séance avant de prendre un goûter 😊

Ne baissez pas les bras à la fin de la première séance si celle-ci n’est pas concluante. Persévérez. Laissez-vous le temps. Et si vraiment vous ne trouvez aucune amélioration et que cela vous démotive, passer par un club de Canicross pourra considérablement faciliter l’apprentissage.


L’avis d’Emilie : un petit check-up santé avant de vous lancer !

Comme pour tout jogger bipède, Faites faire un check-up à votre chien avant de vous lancer dans votre première virée. 😊
Privilégiez dans la gamelle une alimentation riche en nutriments et équilibrée, Avant la course : il est important de bien s’échauffer. Démarrer donc par un échauffement libre. Pendant la course : il est important de bien hydrater son chien. De manière modérée mais régulière. Et surtout prenez du plaisir ! C’est votre moment de complicité ! Variez les parcours et n’oubliez pas de le féliciter à la fin de votre sortie. Enfin, prévoyez un temps de récupération suffisant entre 2 sorties.

Contacter un coach


Vous aimerez aussi ces articles : 

Article proposé par Emilie Potenciano

Mon rêve de bonheur : toujours croire que tout est possible.

Nos derniers articles

Amours de vacances, mais qu'ont-elles de si spéciale ?

Ah, les vacances… Cette parenthèse hors du temps, cet espace de liberté totale… Si le reste de l’année nous croulons sous diverses obligations, les vacances sont le moment de se consacrer à l’essentiel : les relations sociales et donc par déclinaison aux relations amoureuses. Nul besoin d’aller le chercher à l’autre bout de la planète, la clé étant de rompre avec le quotidien pour que l’esprit soit libéré de sa charge mentale, qu’il soit lui aussi en vacances et ouvert aux nouvelles expériences.

Pourquoi je mange mes émotions ? La faim émotionnelle

Une contrariété et hop, je mange ! Aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours fait cela, manger quand je ressentais une émotion négative trop vive. Il faut dire aussi que je souffre de troubles alimentaires, j’ai l’impression que je règle mes problèmes avec la nourriture. Dernièrement, j’ai eu un suivi psychologique nutrition qui m’a fait comprendre pourquoi j’ai ce comportement alimentaire. Cela s’appelle la faim émotionnelle ou faim psychologique. Explications.

Les 8 bienfaits insoupçonnés du soleil sur l’organisme

Oui, l'été est enfin là ! On va pouvoir profiter pleinement des beaux jours. Après de longs mois de grisaille, les premiers rayons du soleil sont une véritable bénédiction. Les terrasses sont prises d’assaut et chacun·e profite de ce doux réconfort, après des mois pas toujours faciles. On se sent bien, joyeux·se et heureux·se. Tout cela, grâce au soleil ! Eh oui, car le soleil a des bienfaits insoupçonnés sur notre organisme. Surprises garanties !

“Je crois ce que je veux” : ouh quel vilain biais de confirmation

Personne n’aime avoir tort, moi la première. Cependant, je reconnais faire des erreurs, ce que d’autres personnes ne sont pas en capacité de faire. Du moins, elles ne veulent pas écouter ce qui ne va pas dans leur sens, et ça, ça s’appelle le biais de confirmation. Je vais vous expliquer en quoi c’est problématique et pourquoi on doit faire preuve d’ouverture d’esprit. Il est important de prendre conscience du biais de confirmation pour être une meilleure personne. Oui, oui, à ce point !

Dyscalculie : les chiffres + moi = une mauvaise équation

Il faut savoir une chose sur moi, j’adore jouer aux jeux de société, en particulier Sky-jo. Cependant, la première fois, en voyant tous les chiffres sur les cartes, j’ai un peu paniqué. Ça a été encore pire quand mon amie m’a demandé de compter les points que j’avais faits. J’ai senti un gros sentiment de honte m’envahir, car j’avais peur de ne pas arriver à faire de simples calculs. Bien plus tard, j’ai compris que je souffrais de dyscalculie.

Pourquoi des ambitions hautes nous rendent malheureux⸱se ?

Il y a quelques années, j’ai fait un constat : je n’étais pas heureuse. Je me comparais sans cesse aux gens et à l’époque, j’en suis venue à déduire que : ma vie est nulle. Sauf qu’avec la thérapie et le recul, j’ai compris que c'étaient mes ambitions qui étaient un peu trop hautes. On nous pousse toujours à avoir des objectifs démesurés, mais ça peut nous conduire au mal-être. Je vous explique pourquoi.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🌿 Méditation Dauto Compassion 7min [ Par Mélissa Parain, Naturopathe Et Professeure De Yoga ]

30 juin · Wengood

7:32


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube