L'absence de sport, une grande souffrance pour les enfants

Mis à jour le par Emilie Potenciano, rédactrice pour Wengood

Les cris qui résonnent, les survêt’ fluo et surtout cette odeur si subtile reconnaissable entre toutes à base d’extrait de chaussettes. Dispensé ou non, nous avons tous connu les vestiaires d’un gymnase. Pourtant, depuis quelques semaines déjà, gymnases et autres associations sportives pour les enfants ont été contraints de fermer leurs portes en raison des restrictions sanitaires liées à la Covid. Un manque d’activité non sans conséquence chez les jeunes.

L'absence de sport, une grande souffrance pour les enfants

Si cette époque est déjà bien lointaine pour moi, je me rappelle pourtant bien de l’ambiance qui régnait quand nous partions en chahutant en groupe au gymnase, des cours de gymnastique, d’escalade ou de badminton, les cris d’encouragements, les fausses blessures pour rejoindre sa copine sur le banc mais aussi les visages pourpres et les corps prêts à repartir de plus belle à la fin de la séance.

Les bienfaits de la pratique du sport chez les enfants ne sont plus à démontrer : développement de la condition physique, de la concentration, de la socialisation, boost du système immunitaire, l’apprentissage du respect des règles, le contrôle du poids… L’activité physique, de l’avis de tous, est indispensable et sa privation dramatique.

Quelles conséquences pour nos enfants ?

Une prise de poids qui dure au-delà du confinement

L’arrêt brutal de l’activité physique lié aux précédents confinements pèse lourd sur la balance, et c’est le cas de le dire. Il faut savoir que les prises de poids apparues pendant le confinement ne sont pour la plupart des cas pas encore résolues. Même si des efforts alimentaires sont réalisés, la privation de sport retient les kilos alors que le grignotage lié au stress et à l’anxiété s’impose comme un adversaire redoutable.

Un développement physique et psychomoteur en danger

L’être humain est né pour bouger. Le développement psychomoteur est progressif de la naissance jusqu’à la fin de la croissance. La phase critique se situe dans les 10 premières années de vie. Le mouvement sous forme de jeux ou de sport doit faire partie de la vie quotidienne des enfants et pas seulement le mouvement des pouces sur la console en jouant à Fifa.

➡ Ce qu’il faut savoir : L’activité physique est déterminante pour l’enfant, pour son niveau de santé à l’instant « T », sa capacité pulmonaire aussi, mais elle va également déterminer son activité physique et donc son niveau de santé à l’adolescence et à l’âge adulte.

Le moral dans les chaussettes (de sport rangées au placard)

Le manque d’activité physique impacte profondément le moral de nos enfants. Outre les désordres alimentaires que cela peut engendrer, les conséquences sont multiples. Car au cours de sa séance de sport, l’enfant se dépense, il s’amuse, il relâche la pression, il se sociabilise, il acquiert de nouvelles aptitudes, il prend confiance en lui.

Privé de tout cela, parents et spécialistes voient apparaître chez les enfants :

  • Des troubles du comportement : anxiété, nervosité, agressivité…
  • Des états dépressifs : tristesse, fatigue, manque de tonus, manque de motivation, problème de sommeil…

Les recommandations officielles

Les bienfaits du sport sont avérés et l’OMS y va même de ses recommandations :

  • Les enfants de 5 à 17 ans doivent pratiquer au moins 1h d’activité physique modérée à soutenue par jour.
  • Les enfants de – 5ans : 3 h par jour ! L’activité physique joue un rôle primordial dans le développement de la motricité.

L’ ONAP (Observatoire national de l’activité physique et de la sédentarité) souligne également que le maintien d’une activité physique permet de lutter contre le développement et l’instauration du stress et l’altération de la santé mentale. Nous avons donc bien conscience de tout cela, mais nous ne le savons que trop bien, nous n’en sommes pas à nos premières contradictions dans la gestion de cette crise…

Bouger en famille pour réduire les risques

L’immobilité fatigue… Bouger défatigue. L’activité physique ne se réduit pas qu’au sport. Ce sont aussi tous les mouvements de la vie quotidienne. Proposons à nos enfants, quand nous le pouvons, de nous accompagner faire les courses en marchant, de nous aider à porter les sacs légers, de prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur, le vélo plutôt que les transports.

Inculquons-leur la notion de mouvements, sortons nous dégourdir en plein air, jouons avec eux. Cela fera du bien à toute la famille. Toute l’équipe de Wengood soutient tous les enfants, les clubs et associations sportives en cette période difficile. Visons plus loin que ce satané virus, les J.O 2024 !

L'avis de la rédaction : soyez attentif aux changements de comportements

Les psychiatres et psychologues sont de plus en plus nombreux à tirer la sonnette d'alarme. Face à la crise, certains enfants ne vont pas bien du tout. Les plus petits ne sont pas épargnés par la déprime. Ce qu'observent les spécialistes, c'est que les enfants n'extériorisent pas directement leur mal-être, ils ne viendront pas vous voir en criant "j'ai peur du Covid !", les signaux seront plus détournés, à vous d'être attentif. Il peut s'agir par exemple de troubles du sommeil, à moins que l'enfant ne se mette à poser beaucoup plus de questions que d'habitude ou ne parvienne plus à gérer ses émotions. Si vous constatez des changements de comportements alarmants, prenez rendez-vous avec un professionnel de santé.

Contacter un thérapeute


Vous aimerez aussi ces articles : 

Article proposé par Emilie Potenciano, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : toujours croire que tout est possible.

Nos derniers articles

Qu’est-ce que la phobie sociale et comment la soigner ?

Manquant de confiance en vous, vous êtes tétanisée lors d’une prise de parole en public. Vous rougissez et tremblez car vous avez peur d’être ridiculisée ou humiliée. Si la timidité peut être la cause de ce malaise, cette angoisse peut cacher un mal-être beaucoup plus profond : la phobie sociale, également appelée anxiété sociale. Mais alors, comment se définit-elle et comment la soigner ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Être proactive, ça veut dire quoi au juste ? Comment on le devient ?

J’ai parfois la sensation d’être totalement proactive et d’autres fois, beaucoup moins. Je sais pourtant que c’est un comportement qui peut m’apporter beaucoup, surtout dans la sphère professionnelle. Mais qu’est-ce que ça veut dire au juste, être proactive ? Pourquoi c’est bien de l’être, en particulier dans notre carrière ? Allons aux devants des événements et des attentes pour faire encore mieux ! Je vous explique.

Dissonance cognitive : quand notre comportement n’est pas aligné sur nos valeurs…

“Il n’est pire sourd que celui qui ne veut entendre” et c’est encore pire quand il s’agit de soi-même ! Je connais bien le sujet, car il m’arrive d’avoir une pensée que je trouve légitime et pourtant d'agir au strict opposé. C’est ce qui caractérise la dissonance cognitive, mais pourquoi se voile-t-on autant la face ? Comment la dissonance fonctionne ? Comment s’en débarrasser ? Autant de questions qu’il est légitime de se poser !

Mon collègue s’approprie mon travail

Mon collègue clame haut et fort qu’il a eu une super idée ou de bons résultats. Quel héros me direz-vous ? Eh bien non, c’est un pillard qui s’approprie MES idées et MES résultats. Et moi, je le regarde récolter les lauriers, mon sang ne faisant qu’un tour. Cette situation est certes commune en entreprise mais comment réagir pour éviter que cela ne se reproduise ?

Peur de la hiérarchie, de l'autorité, d'où vient-elle ?

Depuis longtemps, j’ai peur de la hiérarchie. Lorsque je vois le big boss entrer dans les bureaux ou me parler sur le chat de l’entreprise, j’ai des angoisses. J’ai peur qu’on me fasse des reproches et qu’il y ait des conflits. Il m’est arrivé d’aller au travail avec la boule au ventre, angoissant à l’idée d’être confrontée à un supérieur. D’où vient cette peur de la hiérarchie ? Est-ce forcément rationnel ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici