Une vie sans câlins, sans contacts physiques, c'est possible ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Voilà près de 8 mois que nous vivons à 1 m 50 les uns des autres, sans contact physique et sans câlins. Difficile de ne pas prendre dans les bras les personnes que nous aimons. Surtout que les câlins sont une incroyable source de bien-être. Vivre sans contacts physiques affecte notre corps et notre cœur mais alors, comment s'adapter à cette distanciation sociale imposée ?

Une vie sans câlins, sans contacts physiques, c'est possible ?
Sommaire : 

Le toucher, un sens fondamental pour notre santé mentale

Combien de jours avons-nous déjà passé sans faire de câlin à notre mère, notre père, notre meilleure amie ? Hors de question de se mettre en danger, alors on respecte les règles de distanciation sociale. On se touche le bras, on s'effleure le dos, mais l'effet n'est pas le même. Il faut dire que le câlin a de nombreux bienfaits : anti-stress, anti-déprime, il libère des ocytocines qui nous font du bien et en plus il agit pour notre cerveau comme une récompense. De quoi booster notre confiance en nous et nous apporter joie et bonheur. Charlotte Jacquemot, chercheuse au CNRS au département d’études cognitives, rappelle que "le toucher est un sens fondamental pour la santé mentale et la construction de soi". Une vie sans câlin a-t-elle donc un impact sur notre santé mentale ?

La peau, cet organe sensoriel

Lorsque quelqu'un qu'on aime nous touche, nous prend dans ses bras, notamment lors d'un câlin, notre peau fonctionne comme un récepteur qui envoie l'information au cerveau et ce dernier active le centre du plaisir. En perdant ça, on a perdu ce réconfort, mais on a aussi perdu les effets que les câlins auraient sur notre système immunitaire. Une étude menée par une équipe de chercheurs américains de l'Université Carnegie Mellon à Pittsburgh, indique que lorsqu'on est câliné on a moins de chance d'attraper des virus hivernaux, d'être touché par la grippe ou encore de s'enrhumer. Le câlin aurait donc de véritables bienfaits physiologiques... sauf qu'aujourd'hui, il nous met en danger.

Vers une société sans contact ?

Toucher l'autre, pour un être humain, c'est instinctif et plus on aime les gens, plus on a envie de les toucher. Même si l'être humain est très capable de s'adapter il semble impossible qu'il se passe de contact physique. Il n'y a qu'à voir les bonjours avec le poing, les tapes du coude ou les saluts avec le pied. Nous savons créer un contact, aussi infime soit-il, car nous en avons viscéralement besoin. Nous en avons tellement besoin qu'il nous arrive même d'outrepasser les règles sanitaires. On fait attention et on oublie, parce que se toucher, c'est naturel. Mais au-delà du toucher, ce qui nous manque aussi beaucoup, c'est de vivre ensemble, de partager des émotions, des ressentis. Aller au ciné avec une copine, partager un repas avec un proche, etc. et c'est peut-être pour ça que pour le moment on s'accroche tellement à Noël malgré le confinement.

L'avis de la rédaction - Pas de vie sans câlins

C'est toujours pareil, maintenant qu'on ne peut plus en faire, on se rend compte à quel point les câlins et le toucher nous manquent. Quand le danger pointe, les animaux se regroupent, on nous demande de faire l'inverse, alors que le danger est là bien réel et contre intuitivement, ce n'est pas l'inconnu qui risque de nous contaminer, mais bien le proche, celui qu'on aime. Même si l'être humain sait s'adapter, une vie sans contact n'est pas possible, alors pour le moment, on invente d'autres formes de toucher, pour ne pas prendre de risque et puis bientôt on pourra à nouveau se prendre dans les bras, en attendant on profite de nos proches avec les yeux, se voir, se caresser du regard, c'est déjà ça !

Contacter un coach

En couple, le câlin est aussi très important, tout comme ces 5 secrets pour être un couple heureux.

Découvrez aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Votre couple va-t-il durer ? Les 6 questions que vous devez vous poser

Selon les Rita Mitsouko, "les histoires d'amour finissent mal... en général". Bon OK, mais ça ne veut pas dire que nous n'avons pas envie de passer un peu plus de bon temps à deux. Mais pour que ce soit vraiment du bon temps, encore faut-il être sûre que cette relation vaut le coup… Et pour savoir si c'est le grand amour, il y a quelques questions à se poser.

Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur l'importance de couper le cordon avec sa mère

Vous êtes toujours à l’écoute, toujours là quand ça ne va pas, en somme la parfaite mère exemplaire ! Mais attention, ce surplus d’attention peut nuire à votre enfant (adulte !). Trop le/la materner alors qu’il/elle devient un·e jeune adulte peut freiner son développement personnel. Mais pourquoi est-ce si difficile de couper de cordon ? Laurence Guin-Dagry, psychologue, nous dit tout sur le sujet.

La peur d'aimer : d'où vient-elle ? Comment la surmonter ?

En amour, il est rarement question de certitudes. Et quand on sait qu’un mariage sur deux se termine en divorce, pas étonnant que la peur d’aimer soit un mal de plus en plus courant. Cette peur cache des angoisses profondes et peut devenir handicapante. C'est la raison pour laquelle il est important de s'en libérer, mais pour vaincre ses peurs, il faut bien les connaître. Découvrez raisons qui font que vous avez peur d'aimer et comment vous en débarrasser pour donner une chance à vos relations.

Psychologie positive : Qu’est-ce que c’est ? Est-elle sans danger ?

Lorsqu’on décide de commencer un suivi psychologique, c’est généralement pour soigner des blessures. On se tourne vers notre passé pour comprendre ce qui nous entrave et plus globalement, ce qui nous rend malheureuse. On peut appeler la psychologique traditionnelle en opposition à la psychologique positive. Cette dernière est une autre approche visant à cultiver le bonheur. Bien sûr, elle est tout aussi légitime que sa consœur. Alors qu’est-ce que c’est exactement ? En quoi peut-elle nous aider ? Explications.

Pourquoi me voit-on comme une gamine dans ma famille ? Ras-le-bol de l’infantilisation !

J’ai bientôt 32 ans et pourtant, dans ma famille, je suis toujours traitée comme une enfant. On m’infantilise en critiquant mes choix, qu’ils soient importants ou insignifiants… Mais aussi, on me dit quoi faire, sans que cela soit un conseil, il s’agit vraiment d’une marche à suivre. Néanmoins, je me considère assez grande pour pouvoir faire mes propres choix et agir comme je le souhaite ! Pourquoi suis-je traité comme cela ? Comment sortir de l’infantilisation par nos parents, notre famille et, voire, par notre belle-famille ? Élément de réponse.

Limérence, quand aimer devient envahissant et obsessionnel...

Tout le monde tombe amoureux·se. C’est un sentiment merveilleux dans la plupart des cas, mais il peut parfois nous dépasser et se transformer en obsession. En effet, il y a un état psychologique lié à l’amour qui procure beaucoup de souffrance. Cela s’appelle la limérence ! Qu’est-ce que c’est exactement ? Quelles sont les causes ? Est-il possible d’en guérir ? Quand aimer devient obsessionnel… On vous explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Comprendre La Ménopause Conseils Pour Vivre Cette Transition 🌺💬 Avec Laurence Dispaux

12 avril · Wengood

28:43


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube