Quand le confinement rapproche les gens

Mis à jour le par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Je n'ai jamais autant appelé mes grands-parents. Autre grande première, je discute tous les jours avec mon voisin, par balcons interposés, et il est plutôt sympa en fait. Moi qui pensais me transformer en ermite, je me mettais (même si c'est déconseillé par les bonnes pratiques) le doigt dans l’œil. Comme si j'avais fait du tri dans mes contacts pour me concentrer sur l'essentiel, comme si j'avais pris conscience de la valeur de certaines personnes... Il n'y a pas à dire : le confinement rapproche les gens !

Quand le confinement rapproche les gens
Sommaire : 

« La distance empêche un câlin ou un baiser, pas un sentiment. » 

Qui l'eut cru ? Le confinement rapproche les gens

On me dit dans l'oreillette que le confinement aurait du positif...

Spectatrice d'un élan de solidarité générale

C'est certain, le Covid-19 est en train de nous changer. Moins égoïste, plus humain, plus inventif, j'ai autour de moi de nombreux exemples qui redonnent foi en l'humanité. Les plus jeunes prennent soin des personnes âgées, ou de nos chers soignants en livrant leurs courses, pour leur faire gagner du temps et les empêcher de sortir... Les salles de sport qui diffusent gratuitement des cours en direct, pour qu'on puisse se défouler et rester en forme... La notion de solidarité renaît peu à peu, et beaucoup se mettent à œuvrer, pour cultiver cette impression d'être ensemble, et favoriser l'entraide. Nous sommes (plus ou moins) logés à la même enseigne, et surtout obligés d'accepter la situation. Alors au lieu de se renfermer et de broyer du noir, autant ouvrir ses yeux et son cœur.

Ma vie sociale est différente, mais pas moins intense 

Comment garder le moral, seule, pendant le confinement ? Je me suis posée cette question, en panique, le jour où j'ai appris que j'allais rester enfermée chez moi pendant quelques semaines, sans recevoir personne. Mais ça, c'était avant de réaliser que je vivais au 21ème siècle et que la technologie m'avait dotée de moyens de communications plus développés que les lettres et les cartes postales du temps de mes grands-parents. Je les ai souvent critiqués, mais aujourd'hui je suis bien contente que les réseaux sociaux existent, car grâce à eux je peux voir et discuter avec mes proches, sans modération. J'ai même appris à mamie à se servir de Whatsapp ! Je prends le temps de prendre des nouvelles de ceux que j'avais malheureusement délaissés. J'instaure même des rituels que personne ne manque, comme des apéros vidéos pour fêter le week-end !

confinement voisins

Dans la vraie vie, ce changement s'est aussi opéré. Puisqu'il n'y a quasiment plus personne autour de moi, je m'ouvre aux autres. Comme si l'invisible était devenu visible, comme si le quotidien était des oeillères qui m'empêchaient de voir mes voisins. Tous les jours, après manger, on prend le café ensemble par balcons interposés, c'est la moindre des choses quand on partage le même palier depuis 3 ans..

Je laisse entrer les autres dans mon intimité

Avant, on était simplement "potes" ou "collègues", et on allait boire un verre en terrasse en échangeant, aussi sympathiques soient-elles, des banalités. Maintenant, si je veux garder contact avec les gens, je n'ai pas d'autres options que de les inviter en visio, directement dans mon salon. Ils voient mon intérieur, la tête de mon compagnon, rencontrent mes enfants ou mon chien ! Tout se joue à domicile. Et c'est ainsi que j'ai pu regarder des séries avec mes amis, en direct. Quoi de mieux que de commenter le dernier épisode de Peaky Blinders toutes ensemble sur Facetime ? Ce que je faisais seule avant, je me suis mise à le partager, mes collègues avec qui j'ai transpiré lors d'un cours de sport en live pourront témoigner.

> Envie d'instaurer un rituel "séries" avec vos amis ? Découvrez le top 10 des séries à dévorer pendant le confinement.


L’avis de la rédaction - Les liens ont deux fois plus de valeur

Le temps, on en manque souvent. C'est ce qui justifie le fait que, parfois, on délaisse nos proches. Mais avec le confinement, l'excuse n'est plus valable ! La situation nous donne du temps pour que l'on puisse soigner les relations qui nous tiennent vraiment à cœur

Ne plus prendre de nouvelles d'une personne, c'est facile, et très révélateur. Chacun se rend compte des êtres qui lui manquent vraiment, et à contrario de ceux qui étaient toxiques (et qu'on aime encore plus maintenant qu'ils ne sont plus là !) Alors, la prochaine fois que vous recevrez un message, que vous serez interpellé par un voisin, soyez flatté !

Contacter un thérapeute

Le confinement vous paraît interminable ? Découvrez comment éviter la déprime Covid-19, et 10 choses à faire pour combler l'ennui !

Article proposé par Justine Guilhem, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici