Le monde va mal, alors c'est la bonne période pour lâcher-prise

Mis à jour le par Lauriane Amorim

Attention, la liste qui suit va nous mettre un sérieux coup de mou : coronavirus, inflation, réchauffement climatique, guerre en Ukraine, backlash sur le droit à l'IVG, démocratie en péril... D'accord j'arrête avant que l'on sombre toutes simultanément dans une déprime généralisée. À moins qu'on en profite pour apprendre à lâcher prise ? Après tout, qu'est-ce qu'on risque ?

Le monde va mal, alors c'est la bonne période pour lâcher-prise
Sommaire : 

« Parfois, lâcher-prise est un acte plus puissant que se défendre ou s'accrocher. » Eckhart Tolle

Notre impitoyable besoin de contrôle

Dans une situation et un environnement qui semblent totalement hors de notre contrôle, il est évident que nous avons envie de reprendre la main. C'est presque une nécessité, nous avons besoin de tout contrôler. Nous avons peur pour notre avenir, notre emploi, nos finances, nos proches, notre santé. Rien d'anormal jusque-là, à ce que nous cherchions à diriger notre monde à notre façon, à ce que nous souhaitions un résultat qui corresponde à nos désirs. Sauf que même au sein de notre petit univers, tout ne va pas dans le sens de nos désirs. Vous pouvez passer des heures en cuisine et rater le dîner, vous pouvez demander à votre conjoint tel ou tel service et qu'il ne vous le rende pas, vous pouvez vous donner du mal au travail et qu'on ne le remarque pas. Et que se passe-t-il alors ?

  • colère
  • doutes
  • culpabilité
  • disputes
  • impossibilité de prendre du recul ou de penser à autre chose

Toute une panoplie d'émotions qui nous grignotent peu à peu, qui rendent l'échec toujours plus insupportable et entament notre confiance en nous 😦.

Tout va mal, alors pourquoi c'est le bon moment pour apprendre à lâcher-prise ?

Peut-être pour éviter de rajouter de l'émotion à l'émotion, mais surtout parce qu'il est rare que les événements se plient à notre volonté et que nous n'avons aucun contrôle sur les événements actuels. Attention, lâcher prise, ce n'est pas se soumettre, fuir, se résigner ou approuver. On est loin de la faiblesse ou de la lâcheté. Avec le lâcher-prise on apprend plutôt à connaître ses limites, à les accepter, à se faire confiance et à faire confiance aux autres afin de ne plus se laisser parasiter par ce qui nous fait souffrir. Et puis surtout, on prend conscience que notre bonheur ne dépend pas des circonstances extérieures. Plus vous en attendez du monde et des autres et plus vous serez déçue. Pour apprendre à lâcher-prise vous devez avant tout vous concentrer sur ce que vous pouvez changer, ce sur quoi vous pouvez agir. Ne vous inquiétez pas pour ce qui est hors de votre contrôle et ne vous inquiétez pas pour ce que vous pouvez contrôler.

Comment commencer à lâcher prise dans le contexte actuel ?

Vaste question et réponse difficile. En fait, il faut changer notre façon de percevoir ce qu'il nous arrive. Plutôt que de nous accrocher aux événements, en en parlant sans cesse, en restant figée devant les chaînes d'info, il faudrait trouver un côté constructif à ces différentes crises. Souvenez-vous par exemple, pendant le confinement, des choses que vous avez pu mettre en place pour améliorer votre quotidien, vous rapprocher de ceux qui étaient loin, etc. Ce peut être un moyen de repenser le monde, d'envisager notre avenir, de commencer un nouveau projet et de se mettre moins de pression. Par exemple, si la crise climatique vous fait souffrir d'éco-anxiété, vous pouvez vous servir de cette angoisse comme d'un moteur pour agir et tenter d'améliorer les choses.

Le lâcher prise doit s'effectuer sur ce qu'on ne contrôle pas, mais que l'on voudrait contrôler malgré tout. Si vous pensez que vous avez un rôle à jouer dans les différentes crises que l'on traverse, jouez votre rôle, sinon, ne vous entêtez pas à vouloir régler les choses que vous ne pouvez pas régler et reportez votre énergie sur ce qui est entre vos mains.


L'avis de la rédaction - Accueillir et s'abandonner

Lâcher prise quand tout va mal ne semble être qu'un effort de plus. Comment lâcher prise face au deuil, face à la souffrance. Il faut les accueillir et s'y abandonner. Il est important de comprendre que peu importe notre volonté, la vie passe par des hauts et des bas et que nous devons nous abandonner à ce mouvement de haut et de bas. Tout finit toujours par passer, sauf les hauts et bas de la vie. Le véritable lâcher-prise, c'est donc de les accueillir afin de s'y abandonner. C'est ainsi seulement que nous pourrons passer à l'action et ne pas nous résigner.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

"Je suis accro au sport" : tout savoir sur la bigorexie !

“Je suis une véritable accro au sport”. C’est fou comme cette phrase peut paraître anodine, voire positive dans notre société. Il est certain qu’elle est beaucoup mieux perçue que “je suis une véritable accro à la cocaïne” 😅. Pourtant, cela reste une addiction et elle peut avoir des graves répercussions. Sauf qu’elle est plus pernicieuse et qu’elle touche à d’autres troubles qui provoquent une grande souffrance psychologique. Être accro au sport, on appelle cela de la bigorexie et non, ce n’est pas une bonne nouvelle. Pratiquer une activité physique à haute intensité peut être réellement dangereux pour la santé. Alors parlons-en !

La naturopathie pour soulager les troubles hormonaux par Mélissa Parain, naturopathe

L’équilibre hormonal de la femme est fragile et il est de plus en plus mis à mal par notre mode de vie : alimentation, stress, sédentarité, perturbateurs endocriniens… Un déséquilibre peut entraîner différentes problématiques. En plus d’un suivi régulier indispensable avec votre médecin, la naturopathie peut se révéler d’une aide précieuse. Comment la naturopathie peut venir en aide pour aider à lutter contre les troubles hormonaux ? Mélissa Parain, naturopathe, est avec nous pour nous en parler.

Le sentiment d’injustice, comment naît-il et comment le gérer ?

La vie, c’est trop injuste ! Qui n’a jamais eu ce sentiment d’injustice et fait le constat amer que le quotidien n’était jamais facile ? Moi, en tout cas, je l’ai fait. On aimerait que tout roule sur des roulettes et que tout aille dans notre sens, mais on rencontre souvent des déceptions. C’est alors difficile de gérer la frustration, la colère, l’impuissance qui mène au sentiment d’injustice ? Comment gérer alors ? Comment supporter l’injustice ? Qu’est-ce que cela traduit si on a toujours la sensation que tout est injuste ?

"Je suis hyper pudique" : est-ce vraiment un rempart efficace ?

En vérité, moi, je suis plutôt du genre à tout balancer : sentiments, détails personnels et nudité en prime ! La pudeur est pour moi une barrière inutile, j'ai pourtant une amie, qui même après 10 ans d'amitié est incapable de retirer son soutien-gorge devant moi, dans le vestiaire avant le sport. Elle met des limites, par respect ? Peut-être. Par pudeur extrême ? Sans doute. Pour elle, un seul credo : pour vivre heureux vivons cachés. Heureux ? Ça reste à voir.

Syndrome “Cover Your Ass” : pourquoi on se couvre au boulot ?

Mettre son manager en copie, demander qui fait le compte rendu de réu ou demander des confirmations écrites pour chaque projet… Je pense que tout le monde l’a un jour fait, moi la première ! Je n’ai jamais conscientisé cela, mais j’ai récemment découvert que cela portrait un nom : le syndrome du “Cover Your Ass”, autrement dit en français le syndrome “couvre tes fesses”. Quelle réalité cela montre-t-il de la vie en entreprise ? En quoi c’est problématique ? Je vous explique.

L'acceptation, une étape capitale pour aller de l'avant

En ce moment, je suis dans une période très compliquée de ma vie, puisque je fais le deuil d’une relation amoureuse. J’ai été quittée brutalement il y a quelques mois et j’avoue avoir du mal à m’en remettre… Je passe par toutes les étapes du deuil, sauf la dernière qui est pourtant cruciale : l’acceptation. En effet, une fois que je l’aurais atteinte, je pense que je pourrais véritablement aller de l’avant. D’ailleurs, ça marche un peu pour tout, je m’explique.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

Pourquoi la libido augmente en été ? Comment en profiter ? Par Laurence Dispaux, sexologue

24 juin · Wengood

18:10


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube