Être efficace en télétravail, ça s'apprend : 7 règles d'or

Mis à jour le par Justine Guilhem

Dans "télétravail", il y a "travail"... Là est toute la difficulté. A la maison, quand je ne suis pas tentée d'aller faire un tour dans le frigo ou sur les réseaux sociaux, mes proches accaparent mon attention. Mais je crois que je n'ai pas le choix, je dois m'adapter et maîtriser cette nouvelle façon de travailler. Entre distraction et tentation, comment être aussi efficace à la maison qu'au bureau ? Découvrez les 7 règles d'or du télétravail.

Être efficace en télétravail, ça s'apprend : 7 règles d'or
Sommaire : 

Les 7 règles d'or d'un télétravail productif

Avec une bonne organisation et de la motivation, tout est possible !

1. Je me trouve une autre tenue de travail que mon pyjama

Pyjama et efficacité n'ont jamais été associés. Le matin, je m'habille comme si j'allais au bureau. Même si je passe à côté d'économies de lessive, je ne peux pas travailler en pyjama ou en peignoir. Conserver ses rituels, ses repères, et une tenue décente, c'est dire à son cerveau et à son corps qu'on est sorti du lit, c'est leur transmettre un élan de motivation inconscient.

2. Je m’octroie de vraies pauses

Au lieu de lever le nez toute les 30 secondes parce que je ne suis pas concentrée, je me prends une pause, une vraie, pour souffler et me ressourcer. Quitte à passer 30 minutes devant un thé ou un bon livre. Quand je reviendrai devant mon ordinateur, je ne serai que concentration et efficacité. En d'autres termes je m'arrête pour mieux repartir.

3. J’ignore l’appel des tâches ménagères

Le risque lorsqu'on est chez soi, c'est de penser à tout ce qu'on a à faire. Ranger la vaisselle, passer l'aspirateur... Bien que ces tâches ne soient ordinairement pas tentantes, en télétravail il est difficile de faire abstraction de tout ce qui se trouve à côté de nous. Et pourtant il le faut. Il y a un temps pour tout, ce qui nous amène au point suivant. 

4. Je crée un espace de travail rien qu’à moi

Je suis un être humain, et donc incapable de travailler efficacement affalée dans mon canapé. Pour me mettre dans une ambiance de travail (et pour m'éloigner de toute source de distraction) je m'aménage un coin bureau, dans lequel je me sens bien, dans lequel mes écrans, mes dossiers et ma concentration trouveront leur place. 

5. Je ne me laisse pas distraire

Car s'il ne me faut pas plus d'une seconde pour perdre le fil, me remettre dans le bain me prend plus de temps. Le meilleur endroit pour travailler ? Dans sa bulle. Là où aucun gazouillement d'enfant ou blague de conjoint ne pourront vous atteindre... Tout ce qui peut faire du bruit et nuire à ma concentration est également à bannir pendant mon temps de travail. Alors si besoin, m'isole et m'équipe d'une paire de boules Quiès

6. Je mets mon téléphone en mode avion

Puisque ce petit être diabolique a le don d'attirer mon attention quelques centaines de fois par jour. Je le vois clignoter ou l'entends vibrer, et si je n'accours pas dans la seconde qui suit, j'ai l'impression de passer à côté de quelque chose d'important. Alors cher smartphone, tu vas rester tranquille un petit moment.

7. Je pense résultats, pas heures

Travailler montre en main peut provoquer du stress. Surtout quand l'heure tourne et que je n'ai pas avancé comme si j'étais au bureau, parce qu'ici, j'ai par exemple des enfants à occuper. Pour ne pas laisser la panique m'envahir, je repense ma façon de travailler. Au lieu de me mettre la pression sur mes 8 heures habituelles, je me concentre sur les objectifs fixés dans mon planning. Si je sais qu'ils seront atteints à la fin de la journée, je la passerai de façon plus sereine (et plus productive, CQFD).

L'avis de la rédaction : quand le télétravail fait souffrir...

Le télétravail peut également être source d'une grande souffrance pour certains salariés. Sentiment d'isolement, surcharge de travail, perte de sens, perte du collectif de l'entreprise etc.. Les psychologues sont nombreux à témoigner de la détresse psychologique de certains employés. Si c'est votre cas, il est alors urgent de vous tourner vers un professionnel qui saura vous accompagner.

Contacter un coach 

Rester à la maison n'est pas toujours facile, pour rendre cette période plus agréable, découvrez comment survivre au confinement et éviter le divorce ou l'infanticide ?

Et aussi : 

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube