Covid-19 : comment gérer l'anxiété des enfants ?

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

"le coronaminus, il nous embête". Ils ont connu le confinement loin de l'école, des copains et de papy et mamie. Maintenant la vie reprend, mais pas trop quand même. Ils n’aperçoivent que les yeux inquiets de leurs parents masqués alors stress et anxiété peuvent devenir de nouveaux compagnons. Voici quelques conseils pour soulager vos enfants.

Covid-19 : comment gérer l'anxiété des enfants ?
Sommaire : 

Comment gérer un enfant anxieux face au coronavirus ?

L'autre jour, une amie me racontait que son fils avait tellement peur du "grovide" (comprendre covid) qu'il ne voulait plus lui faire de bisou et refusait ses câlins en lui disant "Maman faut pas faire de bisous, les bisous ils peuvent tuer". A peine rentré de l'école, il se dépêchait aussi de se déshabiller entièrement, parce que "La maman de Marley elle dit que le virus il est partout. Il y en a sur mes vêtements alors je me mets tout nu". Eh oui, en cette période anxiogène il n'est pas anormal que les enfants ressentent du stress et de l'anxiété. Le rôle de parent est de protéger ses enfants, il ne faut donc pas nier cette anxiété. Sa détresse peut être aussi intense que la vôtre alors prenez-la en compte, mais sans en faire trop.

Instragram Croche Patte Paris

Comment se manifeste le stress chez l'enfant ?

Petite enfance (moins de 6 ans)

  • Peur d'être seul
  • Cauchemars
  • Perte d'appétit
  • Régression concernant par exemple la parole, le sommeil, la propreté
  • Crises, colères, pleurs
  • Irritabilité

Enfant (de 6 à 12 ans)

  • Irritabilité, colère et comportement agressif
  • Cauchemars
  • Perturbation du sommeil et/ou de l'appétit
  • Maux de tête, maux d'estomac, eczéma
  • Recherche l'attention de ses parents
  • Difficulté à se concentrer
  • Perte d’intérêt

Adolescent (de 13 à 18 ans)

  • Maux de tête, maux d'estomac, eczéma
  • Irritabilité, colère
  • Perturbation du sommeil et/ou de l'appétit
  • Agitation ou apathie
  • Difficulté à se concentrer
  • Isolement
  • Préoccupations concernant les stigmatisations et les injustices

covid-19 gérer anxiété enfants

Réconfortez et câlinez vos enfants mais ne centrez pas toute la vie de famille autour de leurs anxiétés

Communication, routine et contact pour prévenir l'anxiété

Maintenez la communication avec votre enfant

Si votre enfant a envie de parler de ce qui le tracasse, écoutez-le et répondez à ses questions. Répondez-lui honnêtement et faites en sorte que vos réponses soient fiables en vous informant, par exemple, sur le site du gouvernement ou de l'OMS

Vos réponses doivent être simples, surtout pour les plus jeunes. N'hésitez pas non plus à leur demander ce qu'ils savent déjà et à corriger certaines idées fausses. Il est important de les aider à lutter contre les fakes news (concernant d'ailleurs la covid ou tout autre sujet). Vous pouvez aussi évoquer vos propres sentiments, sans débordement. En étant honnête sur ce que vous ressentez votre enfant se fera moins d'inquiétude pour votre détresse. Dites-lui que c'est normal et naturel d'avoir peur mais rassurez-le en lui disant qu'il sera soigné s'il tombe malade. S'il a peur pour votre santé, demandez-lui ce qui l'aiderait à calmer cette crainte et mettez-vous à l'œuvre.

Bon à savoir : évitez d'exposer vos enfants aux médias s'ils sont seuls. Un adulte devrait toujours être présent pour les aider à décrypter ce qu'ils entendent ou voient.

Mettez une routine en place

Soyez réguliers. Mangez et couchez-vous à heure fixe et encouragez vos enfants à participer aux tâches ménagères. Ils aiment être responsabilisés et auront l'impression d'avoir fait une bonne action dans la journée. De votre côté, faites preuve de patience et de tolérance et lorsque vous sentez l'énervement, le stress ou l'anxiété vous gagner, respirez en allongeant les expirations. Assis ou debout, mettez votre main sur votre ventre, inspirez puis expirez en allongeant le plus possible votre expiration (5, 6, 7 ou même 8 secondes). 10 à 20 respirations suffisent à se relaxer et à se recentrer. Faites cet exercice de respiration avec votre enfant pour lui montrer qu'il existe des moyens simples de se détendre. Enfin, cette crise sanitaire peut être l'occasion de passer plus de temps en famille, de jouer ensemble, de regarder des films ou de faire du sport.

Gardez le contact

Aidez-les par tous les moyens à garder contacts avec les personnes qu'ils ne peuvent plus voir. Des amis qui habitent plus loin, des grands-parents, des membres de la famille. Soyez vous aussi plus disponible pour votre enfant, parfois ils ont seulement besoin que nous les écoutions. Enfin, si vous sentez que l'anxiété de votre enfant persiste et que des signes de dépression apparaissent, n'hésitez pas à contacter un professionnel de santé.


L'avis de la rédaction - Bienveillance, compassion et positif

Aider son enfant passe par des gestes simples. Prendre le temps de parler avec lui, lui manifester son affection, jouer avec lui. Mais en cette période où les émotions sont parfois à fleur de peau on peut aussi bien faire en se concentrant sur le positif et moins sur le négatif. On raconte un moment sympa de notre journée, on félicite plus qu'on ne punit et on se fixe un objectif plaisant pour la fin de journée : un film qu'on aime bien, une partie de cache cache, une danse endiablée. Bref on fait preuve de bienveillance, de compassion, de positif et on lâche un peu de lest.

Contacter un psychologue

 Allez plus loin en découvrant notre article : Quand emmener votre enfant chez le psychologue ?

Et aussi :

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici