Arrêter de s'épiler et assumer ses poils, un retour au naturel ?

Mis à jour le par Justine Guilhem

"On dirait un singe". Je crois que c'est une histoire tristement banale, mais c'est comme ça qu'a débuté mon histoire avec l'épilation. J'avais 13 ans, j'étais en cours d'EPS quand un garçon m'a fait cette réflexion. Depuis, je n'ai jamais cessé de vouloir passer mes poils au fil du rasoir, de l'épilateur ou de la cire. Mais aujourd'hui, un mouvement est en marche. De plus en plus de femmes assument et revendiquent leur pilosité, il faut dire que le confinement nous a autorisées à laisser pousser nos petits poils... Tentant ? Certainement. Sauter le pas ? Pas si facile...

Arrêter de s'épiler et assumer ses poils, un retour au naturel ?
Sommaire : 

Pilosité féminine : de l'impossible au difficile retour au naturel

Pour vous, hors de question de porter jupe, short, robe ou encore maillot bain sans passer par la case épilation ! Vous faites sans doute partie de ces 96 % des femmes qui estiment qu’elles doivent s’épiler au moins une partie du corps (sondage réalisé en 2019 par le collectif « Liberté, pilosité, sororité »). Même si les poils sont naturels pour tout le monde, chez une femme, ils reflètent rapidement un manque d’hygiène et de féminité. De nombreuses critiques ou remarques de mères, grands-mères ou ami(e)s augmentent cette pression sociale qui pèse sur la gent féminine, qui aujourd’hui encore, opte pour une peau lisse, plus facile à vivre socialement.

Une étude réalisée en 2017 par GlossyBox montre d’ailleurs qu’une femme sur 2 adapte son épilation en fonction des goûts de son compagnon, qu’une sur 4 adapte son épilation en fonction des saisons et que 78,5% sont contre le retour de la mode du « all natural ».

📌
Le saviez-vous ? 
Une femme qui s’épile régulièrement de ses 15 à ses 65 ans passera environ 800 heures, soit plus d’un mois entier, allongée sur la table de son esthéticienne ou dans sa salle de bains à dire adieu à ses poils.

Accepter ses poils et dire non aux diktats de la beauté

De plus en plus de stars comme Emma Watson, Alicia Keys, Julia Roberts, Miley Cyrus ou encore Madonna assument et affichent fièrement leurs aisselles et jambes poilues. Grâce à elles et à la montée du féminisme, les femmes reprennent possession de leur corps et renversent les codes. De nombreux hashtags sur les réseaux sociaux ont vu le jour pour réconcilier le grand public, femmes comme hommes, avec la pilosité à l’état naturel comme #maipoils #nonalepilation #bodyhair ou encore #lesprincessesontdespoils lancé par Adèle Labo, une Lilloise. L’occasion pour une marque de rasoir Billie de célébrer les poils dans une publicité qui détonne. 

Pourtant, nous sommes encore nombreuses à avoir du mal à dire non à l’épilation de peur d’être victime de body shaming (dénigrement du corps), alors même que ce mouvement d'acceptation des poils, prône le body positivisme, la quête du bonheur et de l’amour de soi. Difficile alors de ne pas passer par la case épilation quand on craint d'être moquée et montrer du doigt. Pas sûr que nous ayons toutes la même confiance en nous que Madonna ou Miley Cyrus. 

Instagram eliemassicoli - [Tout ça pour dire; j’suis pas prête à reprendre le rasoir de sitôt. J’me trouve belle nature. C’est tout.]

🧠 Et pour cause, selon un sondage Ipsos réalisé pour la marque Wilkinson en 2017, 54% des hommes estiment qu’on en demande trop aux femmes en matière d’épilation, mais paradoxalement, 89% d’entre eux pensent qu’il est important que les femmes s’épilent pour être séduisantes. Après, nous ne sommes pas non plus obligées de leur demander leur avis. Garder ou non ses poils devrait avant tout être une histoire entre soi et soi.

Pourquoi ne pas s’épiler ?

Certaines sont passées à l'acte et ont définitivement jeté leur rasoir aux ordures. Si on peut les regarder avec envie, nous ne sommes pas toutes prêtes à renoncer à nous épiler. Ce n'est pas grave, mais profitons alors de ces heures passées dans la salle de bains pour se demander pourquoi. Est-ce que le regard des autres me fait peur ? Est-ce que j'aime m'épiler, un point c'est tout ? Est-ce que je le fais pour quelqu'un d'autre ? Est-ce que je m'aimerais moins avec mes poils ? 🤔

En tant que femmes et que femmes adultes, il est important que nous faisions des choix en prenant en compte notre bien-être, notre plaisir et notre bonheur. Nous passons déjà assez de temps à nous préoccuper des autres, replaçons un peu au centre de nos vies et de nos choix, sans chercher à tout prix à plaire à tout le monde.

Instagram Camille.pare.poirier - [Ne plus craindre le poil, le pli, la vergeture, la craque, la rougeur, la bosse, la ride]

5 raisons de ne plus s'épiler : vos poils vous veulent du bien ! 

  • 1. Vous gagnez du temps et de l’argent : vous n’avez plus besoin de passer des heures à la recherche du moindre poil qui dépasse et votre budget mensuel chez l’esthéticienne peut être utilisé pour d’autres activités !
  • 2. Vous faites du bien à la planète : entre les rasoirs jetables, les crèmes dépilatoires aux multiples produits chimiques et les piles ou autre bandes de cire qui génèrent de nombreux déchets, l'épilation est en général loin d'être une habitude écologique. 
  • 3. Vos jambes sont plus douces : nous pensons toutes qu’une peau lisse est synonyme de douceur, pourtant, si vous laissez vivre vos poils comme ils l’entendent, vos jambes seront douces et soyeuses. Promis !
  • 4. Vos poils sont utiles : ils protègent du chaud, du froid, et même des ultraviolets. Ils servent à maintenir une hydratation suffisante de la peau grâce à la sécrétion de sébum. Sur les aisselles, ils retiennent l'écoulement de la sueur et participent à la régulation thermique corporelle. Sur le pubis, ils protègent les muqueuses génitales contre les infections et limitent le risque de sécheresse vaginale.
  • 6. Ils vous protègent : lors d’un rasage ou d’une épilation, de nombreuses femmes se retrouvent avec des micro-lésions ou des microcoupures qui peuvent laisser le champ libre à de petites bactéries, saletés ou encore infections.

 L'avis de la rédaction : des poils et des sentiments contradictoires

On voit de plus en plus de stars poser sur les réseaux sociaux, poils apparents. Beaucoup de femmes souscrivent alors à l'idée que l'épilation pourrait être facultative et surtout relever d'un choix personnel. Sauf que des poils sur une star au corps magnifique c'est facile, sur nous, dans une société où la pilosité reste stigmatisée et les corps scrutés, c'est beaucoup plus difficile. Entre pilosité vue comme repoussante (voire sale), la pression sociale et un esprit logique qui nous pousse à penser santé et féminisme, il est tout à fait logique d'avoir des sentiments contradictoires sur l'épilation. Alors pas de culpabilité, on fait de son mieux ! Être en accord avec son corps demande du temps, ne vous flagellez pas et n'hésitez pas à vous faire aider si besoin, nos coachs sont disponibles 😉.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe

Contacter un coach

On fait ce qu'on peut mais quand même, les Françaises, championnes d'Europe… du manque de confiance en soi.

Découvrez aussi :

Article proposé par Justine Guilhem

Mon rêve de bonheur : faire de ma vie un grand terrain de jeux

Anonyme il y a 7 mois

Nos derniers articles

L'intestin : tout savoir sur notre deuxième cerveau

C'est une petite musique que l'on entend depuis bien longtemps : "comment ça va ?". L'origine de cette expression vient du Moyen-Âge et faisait en fait référence aux selles de l'interlocuteur, indicateur principal d'une bonne santé. Aujourd'hui encore, notre système digestif suscite un vif intérêt. Il est la source de nos émotions (boule au ventre, prendre aux tripes) et de notre attention. Tant mieux, parce que dire que notre ventre est notre deuxième cerveau n'est pas qu'une simple expression.

Grands-parents qui font des différences, comment gérer ?

Parmi les 5 petits-enfants dont je fais partie, je sais que mon cousin, le petit dernier, est le préféré de ma grand-mère. Il n'y a que des louanges pour lui et des critiques pour les autres, notamment moi, l'aînée. J'avoue que c'est assez pesant, même à 33 ans, d'avoir cette différence de traitement. Alors comment gérer les grands-parents qui font des différences ? Il faut agir en tant que parents, mais aussi en tant que "petit-enfant" adulte ! Explication.

Ma famille rejette mon/ma partenaire, je fais quoi ?

Lorsque j’étais plus jeune, il m’est arrivé de ramener mon mec chez mes parents et que ça se passe très mal. Clairement, ils ne l’ont pas aimé et j’ai senti qu’ils le rejetaient. À l’époque, j’étais jeune et je ne savais pas trop quoi faire et ça m’a profondément rendu triste. Alors que faire lorsque notre famille n’accepte pas notre partenaire ? Comment réagir ? J’ai grandi désormais et j’ai compris les raisons de cette réaction, alors voici mon partage d’expérience.

Ma famille me critique tout le temps : comment gérer ?

Du choix de mes vêtements, à la couleur de mes cheveux en passant par le travail que je fais, j’ai souvent eu des critiques de la part de ma famille. Oncle, tante, grands-parents, parents, tout le monde y va de son commentaire. Ce n’est pas forcément méchant (quoique…), mais à force d’entendre leur avis, on souffre. Pendant longtemps, j’ai souffert des remarques négatives de mon entourage, mais désormais, je m’en détache complètement. Comment se libérer d’une famille qui nous critique tout le temps ?

Je n'ai rien à voir avec ma famille, sommes-nous vraiment incompatibles ?

Plus je vieillis, plus j’ai l’impression d’être différente de ma famille. J’ai même souvent la sensation que nous sommes incompatibles, pourtant je n’avais pas ce sentiment avant. La famille est une part tellement importante de notre vie que c’est déroutant lorsqu’elle nous est antinomique. Qu’est-ce qui fait qu’on a l’impression de ne plus rien avoir en commun avec sa famille ? Est-ce le reflet d’une incompatibilité réelle ? Quelles solutions ? Explications.

Fury room : pourquoi tout casser fait autant de bien ?

Qui n'a jamais eu envie de laisser aller sa colère et de tout casser ?! Bon, peut-être que je suis la seule, mais qu'est-ce que ça fait du bien d'évacuer comme ça. Le Japon a bien compris cela, puisque c'est dans ce pays que la "Fury Room" est née. Le concept ? Payer une entrée pour casser tout ce qu'il se trouve dans la pièce. Ayant parfois du mal à maîtriser ma colère, je me suis dis que ça pourrait être intéressant de tester et de se demander : pourquoi ça fait autant de bien ?

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.

🧠✨ Vivre avec ses Émotions avec Audrey Platania, COGITO’Z

14 mai · Wengood

41:12


Retrouvez-nous sur Youtube

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !

Retrouvez-nous sur Youtube