La philo pour les enfants et adolescents par Catherine Bouru, animatrice philo agréée

Mis à jour le par Emilie Potenciano, rédactrice pour Wengood

Je ne sais pas vous, mais quand on me parle de philo je pense tout de suite à ma note obtenue au Baccalauréat. Une matière proposée très tard dans le parcours scolaire, qui apprend non pas à recracher un texte ou des théorèmes appris par cœur mais qui invite à s’interroger, à raisonner par soi-même et à entendre des points de vue différents. Autrement dit une matière qui apprend à se construire et enseigne la tolérance. La philo pour les enfants et adolescents est désormais accessible aux plus jeunes et cela pourrait bien avoir un impact positif sur le monde de demain. Pour vous, j’ai interrogé Catherine Bouru, animatrice philo agréée.

La philo pour les enfants et adolescents par Catherine Bouru, animatrice philo agréée

Pourquoi la philo pour les enfants et les ados ?

La pratique de la philosophie peut changer le monde dit le philosophe Frédéric Lenoir alors je pense que la généraliser dès le plus jeune âge permettrait aux enfants et aux adolescents d’aborder avec plus de confiance leur vie de demain tout en apprenant à réfléchir pour mieux structurer leur pensée et favoriser le vivre ensemble.

Quels sont les bienfaits que peuvent produire ces ateliers ?

Ces ateliers peuvent permettre aux enfants et aux adolescents d’apprendre à amadouer leurs émotions pour mieux s’en servir, de faire preuve d’empathie, de créativité, de respect, de bienveillance envers eux-mêmes et envers les autres, à coopérer et ceci quelles que soient leurs cultures. Cette démarche permet également de poser et de prioriser leurs idées tout en accueillant sans jugement celles des autres.

Les effets sont-ils immédiats ?

Tout dépend des enfants, de leurs besoins et de la manière dont ils arrivent à cet atelier. Dans tous les cas, si les ateliers philos amènent des bienfaits, le but est de ne pas les atteindre coûte que coûte. L’enfant ou l’adolescent prendra ce dont il a besoin.

Les effets sont-ils durables ?

C’est la répétition qui pourra asseoir la durabilité des effets mais, dans tous les cas, le passage d’une petite graine fera son chemin pour germer à sa vitesse.

À qui s'adressent-ils ?

À tous les enfants de 4-5 ans jusqu’à 16-17 ans…

J’imagine très bien vos yeux s'agrandirent en vous disant que vous même, vous avez commencé la philo, au mieux, en classe de terminale et au moins bien, pas du tout, si vous étiez en lycée professionnel. Pourtant, les enfants, dès le plus jeune âge, ont cela d’extraordinaire, ils s’interrogent et nous interrogent en toute tranquillité et spontanément sur le sens des choses. Alors quoi de mieux pour écouter ces philosophes en culottes courtes, je pense qu’ils ont énormément à nous apporter…

Quels sont les profils des enfants que vous rencontrez lors de ces ateliers ?

Les enfants sont partants pour échanger, partager ou juste écouter. Et ceci quelles que soient leurs histoires, leurs cultures et leurs différences car ce sont avant tout des citoyens du monde. Il arrive que certains soient véhéments, d’autres introvertis, d’autres monopolisent la parole bref ils viennent comme ils sont et ils repartiront au moins plus riches du regard de l’autre.

Que recherchent-ils ou que recherchent les parents ?

Du côté des enfants :

Ils sont en totale découverte et une fois le mot "PHILOSOPHIE" décortiqué, je leur propose toujours un premier thème qu'ils plébiscitent souvent : l’amitié. Les thèmes choisis pour aider les enfants dans leur démarche de penser peuvent être la liberté, la violence, grandir, l’amour, l’argent, la différence, la vérité, l’esthétique, les émotions, la nature, l’égalité, le bonheur, les préjugés, etc... avec des propositions comme “Filles, garçons, les stéréotypes” ou "Pauvre, riche mais de quoi ?” ou "Qu'est-ce qu’être libre ?” ou “Qui suis-je ?” ou “Est ce que la nature a des droits ?” etc…

Ils adorent faire tourner le bâton de parole, être journaliste, faire des activités autour des thèmes ou encore se questionner et se répondre car dans tous les cas, ces ateliers restent ludiques pour pouvoir mieux libérer la parole.

Du côté des parents :

Ils proposent de découvrir ces ateliers à leurs enfants pour aider la parole de ceux qui la maîtrisent mal, pour que leurs enfants trop volubiles construisent mieux leurs pensées à la manière des architectes ou parfois pour aider leurs enfants introvertis. Cela peut être tout simplement pour passer un moment enrichissant ensemble.

Du côté des éducateurs :

Ces ateliers peuvent avoir lieu dans des bibliothèques ou des médiathèques, des centres culturels, des centres de loisirs (périscolaire), des clubs de sports, des écoles de danse ou de yoga, des musées, etc… Ils sont très demandés au sein de l’éducation nationale dans le cadre de l’enseignement moral et civique pour que chacun puisse s’épanouir en trouvant sa place au sein d’un groupe de classe plus respectueux. Grâce à ces ateliers, certains enseignants découvrent parfois leurs élèves sous un autre angle.

Par quel prisme peut-on explorer les thèmes philosophiques ?

Les outils de médiation sont larges et doivent s’adapter à la tranche d'âge présente. Dans mes mallettes, je puise des livres jeunesse, des contes, des légendes, de la musique, des objets, des œuvres d’art, des documents, des documentaires, des films, des jeux, du yoga ou des boîtes à idées ou les enfants postent leurs sujets ou leurs questions.

Combien de séances recommandez-vous ?

Je recommande un minimum de 3 séances pour que l’enfant ou l’adolescent comprenne le fonctionnement et que les timides se sentent plus sereins. Et parce que la timidité, c'est aussi à l'âge adulte 👉 6 astuces pour vaincre définitivement sa timidité. Un cycle de 10 séances est parfait pour asseoir l’écoute, pour mieux faire tourner la parole, pour aider la pensée à la réflexion et fluidifier le questionnement, pour accepter que l’autre ne pense pas comme eux, etc…

Que faut-il expliquer à l’enfant avant la première séance ?

Cette séance est un moment de partage comme un laboratoire de pensées où on va échanger sur des sujets qui les touchent directement et qui impactent leur quotidien. Il est possible de donner quelques exemples de thèmes.

Comment se déroule une séance ?

J’aime bien ne pas tout dévoiler pour qu’ils puissent s’étonner et se faire plaisir mais voici les grandes lignes d’une séance qui se déroule sur 30 minutes à 2h suivant les âges. Dans l’ensemble, je pars toujours de ce qu'ils connaissent et le mot philosophie est ainsi décrypté.

Ensemble, nous mettons en place des règles de vie essentielles pour des échanges qualitatifs. Je leur propose, également, une pratique de l’attention pour se poser et mieux se concentrer. Des questions suivent la lecture ou le visionnage de l’outil de médiation pour mieux conceptualiser. Enfin une activité manuelle ou autre peut venir clore la séance. Parfois cette séance peut être divisée en deux par un moment convivial comme un goûter.

Est-ce que les parents peuvent poursuivre ce travail à la maison ? Si oui comment ?

Tout d’abord, ce n’est pas un travail comme l’école l’entend car il n’y a surtout pas de notes, ni d'appréciations et je leur dis dès le début qu’il n'y a pas de bonnes et de mauvaises réponses. Cela permet de libérer la parole car certains se sous-estiment. Quelques enfants rentrent à la maison en partageant ces séances et d’autres les gardent comme leur petit jardin. Dans tous les cas, il est préférable que les parents comprennent que ce n’est pas leurs idées qu’ils doivent faire passer à leurs enfants mais plutôt de faire éclore leur pensée propre.


Un exemple tiré d’une séance ayant pour thème la liberté. Un enfant me dit : “ Mon père m’a dit qu’on pouvait tuer les animaux parce qu'il y en a trop !” Ma réponse immédiate a été : “Et toi, qu'en penses-tu ?” Puis après sa réponse et pour faire voyager la parole, j'ai ajouté "Est-ce que quelqu’un veut lui répondre ?”

👉 Ce que les enfants aiment en étant hors du foyer familial, c’est qu'ils peuvent s’exprimer sans jugement.

Des livres existent pour mettre en place des moments de qualité en famille :

  •  “La philo pour enfants (ados) expliquée aux adultes” Johanna Hawken
  •  "Philosopher et méditer avec les enfants” Frédéric Lenoir
  •  "Osez parler philo avec vos enfants” Roger Pol Droit

Socrate disait : “Connais-toi, toi-même”

Ma place en tant qu’animatrice philo jeune public n’est pas de faire un cours mais de libérer la parole pour qu’elle puisse se construire, se partager et que ce moment soit le leur. Ma force est l’empathie car je ne dois jamais forcer la prise de parole ; je dois : être inclusive, dynamiser ou calmer l’échange et pouvoir reformuler les questions, voire les réponses. Pourtant, avant tout, la séance est créée par les enfants car je ne suis qu’une facilitatrice de leurs propos.

J’aime les écouter et voici pour vous une farandole de phrases :


- Si on est tous pareils, on est personne (Nela 9 ans)
- Il n'y a pas de mauvais choix car chaque choix fait grandir (Léna 8 ans)
 - L’humain grandit avec son cœur (Louise 9 ans)
- La porte du bonheur existe dans tes pensées mais parfois ce n’est pas que tu ne la vois pas mais c’est que tu ne la regardes pas (Malone 8 ans) - Si tu fais toujours bien, tu ne vas pas apprendre (Myla 10 ans)
 - On peut ne pas être beau de l’extérieur mais l’être à l'intérieur et inversement (Louise 9 ans)
- Tu voyages dans tes pensées, tu peux imaginer tout ce que tu veux, tu es donc un super héros (Andréa 11 ans)
- Dans le monde, il n'y a ni gentils, ni méchants, il y a que le choix que nous faisons (Minly 11 ans)
- Le courage c'est affronter une peur (Luna 9 ans)
- Des enfants ont dit :” Que vaut-il mieux, une tortue en pleine mer entre pollution et pêcheurs ou une tortue dans un parc aquatique”


Je me présente :

Je suis animatrice philo. Ayant suivi le parcours S.E.V.E. (association agréée par le ministère de l'éducation nationale) pour enfants et adolescents (WE 5). Je travaille dans des écoles, des collèges, des bibliothèques, des musées, des écoles de danse, de yoga, des clubs de sport et des centres de loisirs. Je suis également professeure de yoga spécialisée dans l'enfance et l'adolescence certifiée Pedayoga et formations R.Y.E. (association agréée par le ministère de l'éducation nationale).

Par ailleurs, je suis éducatrice sportive spécialisée dans l'enfance, l'adolescence et la différence (FFgym, FFsa, carte professionnelle délivrée par le ministère des sports).

Je travaille depuis plus de 25 ans auprès de l'enfance et de l'adolescence dans ces différents secteurs mais qui se regroupent tout autour du bien-être et du bien vivre. Je suis maman de deux grands enfants.  Mon troisième bébé est mon livre "Mon cours de yoga en famille" éditions Eyrolles préface Marie-Jeanne Trouchaud, illustrations Leslie Plée. Ce livre a été sélectionné, notamment, au festival du livre de Mouans-Sartoux. Vous souhaitez en savoir plus où mettre en place des séances avec les enfants ou les adolescents, n'hésitez pas à me contacter.

Catherine Bouru - Mon site : www.lessen-ciel.com  - Mon instagram: yogacat_naturopathe

Merci Catherine.

L'avis de la rédaction : apprendre à penser par soi-même, c'est capital !

La philosophie permet d'apprendre à penser par soi-même, à construire son raisonnement, à se forger une opinion et bien d'autres choses, alors pourquoi ne pas apprendre dès le plus jeune âge ? En proposant à votre enfant des ateliers de philo, vous lui offrez une formidable boîte à outils qui lui servira tout au long de sa vie... Et si vos relations familiales sont tendues, que vous avez le sentiment de ne plus comprendre vos enfants et que vous en souffrez, n'hésitez pas à contacter un psychologue afin d'en parler.

🤗 Se comprendre, s'accepter, être heureuse... C'est ici et maintenant !
#BornToBeMe



Article proposé par Emilie Potenciano, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : toujours croire que tout est possible.

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici