Charge mentale vous avez dit ?

Mis à jour le par Anne-Fleur Saraux, fondatrice de Wengood

Il y avait la vie d'avant... Celle dans laquelle il n'y avait pas de conflits d'agenda entre ma vie de mère et celle de femme active. Enceinte, je travaillais normalement, jusqu'à point d'heure, jusqu'au jour de l'accouchement... et par choix ! En congé mat', je venais dans le quartier du bureau, je me posais dans un starbucks avec le landau, je rencontrais le temps d'un café ou d'un déjeuner mes collaborateurs ou collègues ou bien faisais des retours sur leurs reportings et plans d'actions.

Charge mentale vous avez dit ?

Mère de deux enfants en bas âge, je partais souvent le matin avant leur réveil. Si je rentrais le soir au moment du coucher, je travaillais encore ensuite, car j'avais de la chance : ils s'endormaient vite ! Et puis sinon je restais au bureau ou allais boire un verre avec des collègues.

Je pense que cela aurait pu durer comme ça. Question de schéma familial, d'éducation, de société... je réfléchis à mon enfance : mes parents travaillaient beaucoup et je n'ai pas de "mauvais souvenirs" associés à ce modus vivendi. (J'ai bien conscience qu'un psy me prouverait le contraire mais bon en ai-je besoin ?!?)

J'étais partie pour faire ainsi et n'identifiais pas de besoin de faire autrement (tout en ayant quand même un peu de culpabilité car ce schéma ne collait quand même pas à mon idée illusoire de vie parfaite).

Et puis... et puis, tout a basculé !

3 mois de confinement et 30 mois de covid plus tard...

  • J'ai découvert la vitesse de progrès des enfants à l'école... outre que cela m'épate et qu'une fois encore je regrette que nous ne cultivions pas davantage tous et tous les jours les capacités de nos cerveaux... j'ai surtout pris goût à ce suivi des apprentissages et ça, c'est maintenant !
  • J'ai apprécié ces discussions entre l'école et la maison. La journée et les émotions sont chaudes dans leur tête et ils ont hâte de la partager. Pareil ça, c'est maintenant !
  • J'ai apprécié la vie et les loisirs autrement. Ils se sont habitués à ce qu'on ne sorte pas ou presque pas et passent notre temps avec eux... quelle difficulté de les "des" habitués... et puis en ai-je autant envie ? Ou en ai-je envie plus que de profiter avec eux de ces morceaux de vie et âges qui ne reviendront pas ?

Alors je ne suis pas revenue à avant. D'une part, je ne le veux plus. D'autre part, soyons honnêtes, avant n'existe plus, nous sommes marqués et changés, il faut l'accepter !

Ma vie d'après du coup c'est...

Une journée en plusieurs étapes...

.... Je me lève à 6h pour travailler. Ils se lèvent et je m'occupe d'eux. Je me remets à travailler. J'enchaîne toute la journée et aussi régulièrement que possible je les récupère au centre et les fais dîner. Cela crée plein d'occasions de discuter mais quel effort de les écouter, d'être patiente alors que le boulot que j'ai mon boulot plein la tête et qu'une envie me poser et mettre tout en mode silencieux !

Télétravail le matin...

... Je peux préparer leur repas du soir en même temps que mon café... mais derrière je pars sur un dossier et fais tout cramé... il faut un rappel sur mon téléphone si je ne veux pas bousiller toutes mes casseroles et sur consommer en électricité !

... Je peux faire la lessive des draps suite aux accidents de la nuit mais combien de fois ai-je oublié de mettre à sécher avant de partir ?

Une vie avec plein de souplesses pour accueillir la livraison du frigo, déjeuner dans mon quartier, planifier un RDV médical, garder mon enfant malade... (sans moins travailler bien sûr !) ... Mais quelle organisation !?! (Vous avez déjà vidé un frigo entre deux réunions ?) N'était-ce pas plus simple quand il n'y avait pas le choix que d'aller au bureau ? (Et cette vie encore d'avant où on ne pouvait pas rapporter son boulot à la maison ?)

Et cette vie maintenant elle est mieux ? Que vous dire ? Je crois surtout qu'elle est différente et autrement fatigante !

Oui ça me plaît ainsi et oui je suis fatiguée !

La vie c'est dur et la vie c'est beau.

(Oui il y a un père, nous sommes une équipe et on co-gère tout cela mais je ne vais pas tout vous raconter en tout cas pas en une fois !)


Article proposé par Anne-Fleur Saraux, fondatrice de Wengood

Mère & Dirigeante d'entreprise, tout simplement une femme d'aujourd'hui en voie de sérénité... qui partage ici ses histoires personnelles et les réflexions qu'elles lui inspirent

Nos derniers articles

Empowerment : prenez le pouvoir !

Je ne sais pas vous, mais moi, chaque jour j'ai l'impression que de nouveaux mots font surface. À mesure que le monde se transforme et évolue, notre vocabulaire s'enrichit, ou tout du moins tente de s'enrichir. Parce qu'il est vrai que si on voit très souvent de nouveaux mots poindre, on ne sait pas toujours exactement ce qu’ils définissent. Celui qui m'intéresse aujourd'hui c'est l'empowerment. Si vous êtes prêtes à prendre le pouvoir, vous allez adorer cet anglicisme !

L’éducation non genrée, est-ce vraiment possible ?

Les filles aiment le rose, jouer aux poupées et sont nulles en maths. Les garçons aiment la guerre, jouer aux foots et ne pleurent jamais. N’importe qui a déjà été confronté à ces stéréotypes et ce, à peine sorti du berceau. N'est-ce pas insupportable ? Je sais que, lorsqu’on n’a pas d’enfants, on est rempli de principes, mais s’il y a bien une chose que je veux faire, c’est une éducation non genrée avec mes (futurs) enfants. Mais est-ce vraiment possible dans notre société patriarcale ? Comment échapper à ses clichés qui ont des conséquences néfastes sur les enfants ? Explication.

Le blurring, quand la journée de travail ne s'arrête jamais…

"Tiens, si je répondais à ce mail ? Bon OK, il est 21h mais ce n'est pas grave. Ah, puis je vais jeter un œil à ce dossier aussi...". Lorsque j’étais à mon compte, j’avais la fâcheuse tendance à vouloir travailler tout le temps. Je n’avais pas vraiment de journée de travail, mais mon excuse, c’était le métier-passion. En revanche, lorsque la journée de travail ne s’arrête jamais quand on est salarié, cela s’appelle du “blurring”. La frontière entre vie pro et perso devient alors floue et c’est le début de l’épuisement professionnel...

Faire sonner son réveil plusieurs fois, une bien mauvaise idée…

Tous les matins j’appuis sur la fonction “snooze” de mon réveil. Eh oui, comme des milliers de Français, je ne suis pas du matin ! Je suis plutôt un oiseau de nuit, alors il est toujours difficile de me réveiller à une heure fixe. Cependant, je me réveille toujours plus fatiguée et la fonction “snooze” participerait à cela… En effet, faire sonner son réveil plusieurs fois serait très mauvais pour la santé, selon une étude australienne. Penchons-nous sur le problème.

Le stalking, un harcèlement obsessionnel dangereux

Sur les réseaux sociaux comme sur Facebook ou sur Instagram, qui n'a jamais espionné un(e) ami(e) ? Un ex. ? 👀 Où est-il/elle ? Nous sommes tous plus ou moins stalker ! L'art de traquer sur les réseaux sociaux ou dans la vie réelle porte un nom : le stalking. Apprenez-en plus sur ce harcèlement qui fait de plus en plus de victimes.

Ennéagramme : le test pour tout savoir sur soi

En introspection on observe, on analyse et on étudie sa propre personne. Pour connaître ce qui nous pousse à avancer, ce qui nous anime, ce qui nous motive, on peut se baser sur le test d'Ennéagramme. Un outil de connaissance de soi qui nous aide à comprendre qui nous sommes vraiment et à redéfinir une certaine image que l'on peut avoir de soi. Voici tout ce que vous devez savoir sur l'Ennéagramme.

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici