Arrêtez d'attendre le monde d'avant, il ne reviendra pas !

Mis à jour le par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

On a beaucoup entendu parler du monde d'après mais en plein cœur de la crise de Covid-19 nous continuons d'espérer un retour au monde d'avant. Vous savez, quand on pouvait se faire la bise, prendre un verre au comptoir et faire ses courses sans masque. Désolée de vous le dire, mais le monde d'avant ne reviendra pas… et tout se passera bien quand même !

Arrêtez d'attendre le monde d'avant, il ne reviendra pas !
Sommaire : 

Mesures temporaires ou changements durables ?

Depuis que la Covid-19 est entrée dans nos vies, ces dernières ont été pas mal chamboulées. D'abord par un confinement et maintenant par diverses mesures, passant des gestes barrières aux fermetures de bar, de salle de sport ou encore à l'interdiction des rassemblements. Alors que nous forgions tous de grands espoirs dans un monde d'après, voilà que nous souhaitons maintenant un retour au monde d'avant, espérant que toutes ces mesures ne soient que temporaires. Espérant, car nous n'en savons rien.

>>> Cet article pourrait vous intéresser : Pro du confinement, comment aborde-t-on un possible reconfinement ?

Faire face à la réalité

Est-ce que vous ne l'entendez pas, cette petite musique qui joue pourtant de plus en plus fort ? Celle qui dit qu'il "faut apprendre à vivre avec le virus". Au lieu d'attendre un retour à la normal nous devrions donc plutôt affronter la réalité dans laquelle nous vivons déjà.

Une dangereuse illusion

Continuer de croire que la pandémie finira bientôt et que tout ça n'est que passager empêche de prendre ses responsabilités et de se protéger contre le virus. C'est pourtant un problème très humain. En psychologie, on appelle ça le "biais de normalité". C'est la tendance à croire que les choses fonctionneront toujours normalement et donc à sous-estimer un potentiel désastre. Face à une crise, à une événement inattendu, l'être humain réagit souvent en faisant preuve d'une grande normalité parce qu'il pense que le changement sera temporaire. Face à cette crise sanitaire, pourquoi donc modifier mes habitudes, comme par exemple porter un masque, si tout ça va passer ?

S'adapter pour survivre

Face à tout ce que nous avons perdu et face aux doutes, il est tout à fait normal de préférer la fuite à la confrontation à la réalité, sauf que l'espère humaine est bien faite et que son envie de survivre prime sur tout. Les psychologues mettent en avant "l'adaptation hédonique" qui nous permet d'avoir un niveau de bonheur constant. Un événement heureux nous arrive, nous ressentons une vive émotion, puis nous finissons par reprendre notre vie. C'est de l'adaptation hédonique. Et ça fonctionne aussi pour un changement négatif. Une crise arrive et nous devons changer nos habitudes (faire du télétravail, porter un masque, ne pas sortir sans son gel hydroalcoolique), nous sommes d'abord bouleversés, triste, en colère, puis la routine reprend et on finit par s'adapter à ce changement négatif.

Finalement la sensation de bonheur est aussi fugace que la sensation de malheur. Bonne ou mauvaise nouvelle ? On vous laisse seule juge.


L'avis de la rédaction - La normalité gagne toujours

Nous ne devons pas oublier que la vie est une suite de changements. Bien sûr, certains sont plus perceptibles que d'autres et nous demandent de plus grands efforts d'adaptation, mais nous savons et nous devons tous nous adapter, continuellement. Cette crise est un bon moyen pour apprendre à lâcher-prise et surtout pour prendre conscience qu'un avenir différent finira toujours par nous paraître normal.


Contacter un coach

Les temps changent mais l'amour reste et pour un premier rencard en temps de coronavirus, on fait comment ?

Et aussi : 

Article proposé par Lauriane Amorim, rédactrice pour Wengood

Mon rêve de bonheur : redécouvrir le monde avec des yeux d'enfants

Nos derniers articles

Pourquoi la malbouffe nous fait tant de bien ?

Rien qu'en l'écrivant, je sens déjà que j'ai envie de manger et pas de manger n'importe quoi. Non, ce qui me donne envie et que je pourrais manger sans faim à toute heure de la journée (ou de la nuit), c'est d'un hamburger. Bizarrement, ce ne sont jamais les légumes qui me mettent autant l'eau à la bouche rien qu'en écrivant leurs noms. Il faut dire que la malbouffe sait y faire. Elle est aussi attrayante qu'addictive. Reste à savoir pourquoi...

Comment gérer l’anxiété face à la guerre en Ukraine ?

Guerre. Depuis des mois j’entends et je me répète ce mot. C’est un cauchemar. Le simple fait de l’écrire me paraît irréaliste. Les lettres s’affichent, mais le mot ne s’imprime pas dans mon esprit. Pourtant, je la vois, elle est là, tout proche : la guerre. Il y a les morts et l’exode, les enfants terrifiés qui pleurent, les mères inquiètes et celles et ceux qui se battent. Il y a les menaces et les espoirs perdus. Tout ça à notre porte avec l’impression horrible de ne rien pouvoir faire, mais que le moindre mauvais geste pourrait tous nous faire sombrer. Comment peut-on encore vivre sereinement, alors qu’en Ukraine, à côté, la guerre nous regarde dans les yeux et que les menaces nucléaires se multiplient ?

Harcèlement scolaire : comment réagir ? Comment aider son enfant ?

S’il est un phénomène qui se développe, mais qu’on aimerait éviter, c’est bien le harcèlement scolaire. Même s’il a toujours existé, ces dernières années, le harcèlement scolaire a pris de plus en plus d’ampleur, au point qu’il inquiète sérieusement les parents et les enseignants. Si vous avez détecté un problème chez votre enfant, un changement de comportement, sachez qu'il existe des solutions pour aider votre enfant face au harcèlement scolaire.

Phobie des chiffres, quand l’arithmophobie traduit un traumatisme

Je garde un souvenir cuisant de ma prof de maths de 5e, elle m’a tellement traumatisée que j’ai développé une aversion pour cette matière et je me suis toujours considérée comme “nulle” avec les chiffres. Même si je n’en ai pas peur, je continue toujours à les éviter, en étant persuadée que, de toute manière, je ne suis pas une “matheuse”. Si j’ai réussi à ne pas développer une peur pour les chiffres, ce n’est pas le cas de tout le monde. D’ailleurs beaucoup de gens en sont atteints et ne s’en rendent pas compte. Pour cause, on n'en parle pas, pourtant, il faudrait !

Auto-compassion : comment devenir notre propre meilleure amie ?

“Sois ta meilleure amie”. C’est une phrase que j’ai apprise il y a quelques années, car j’avais tendance à me déprécier tout le temps, que ce soit au sujet de mon corps ou mes compétences. Après un suivi thérapeutique, j’ai compris qu’il était essentiel que je sois empathique avec moi-même et que je pratique l’auto-compassion. Cependant, ce n’est pas un exercice facile à mettre en place. Comment la pratiquer alors ? En quoi est-ce important qu’on s’applique de la compassion ? Je vous explique tout.

Je me justifie tout le temps, pourquoi ? Comment on arrête ça ?

Un retard de train ? J’ai déjà passé 10 minutes à ME justifier. Une tâche que je n’ai pas pu terminer au travail ? Je pouvais passer encore PLUS de temps à me justifier. Pendant longtemps, j’ai eu l’impression de passer mon temps à expliquer mes faits et gestes, pour être certaine de ne pas être mal vue ou de ne pas froisser les gens qui me fréquentaient. Pourquoi en vient-on à se justifier tout le temps ? Et surtout comment on arrête ça ? Maintenant que j’ai réussi à ralentir mes justifications permanentes, je peux vous expliquer !

Les podcasts Wengood

Des podcasts avec du bonheur dedans parce qu'il est temps de penser à soi ! Retrouvez nos podcasts en intégralité ici.


Les Masterclass Wengood 


Chaîne Youtube : lesrdvdemilie by Wengood

Yoga, coaching, cuisine, rencontres etc... Bonnes vibrations en libre-service ! Allez hop, on s'abonne !


🎬 Et pour plus de vidéo, c'est par ici